Les investisseurs belges plus prudents

Les particuliers belges ont continué à s'intéresser à la bourse après un mois de mars marqué par une activité record chez les courtiers. ©Bloomberg

Après un mois de mars record, les transactions et les arrivées de nouveaux clients ont ralenti chez les courtiers belges. Mais la tendance reste bien supérieure à la même période en 2019.

Les investisseurs belges, en particulier les jeunes investisseurs, ont continué à passer des transactions en bourse en avril, mai et juin. La période de confinement causée par le Covid-19 a poussé les particuliers à se tourner vers la bourse. Mais après le record enregistré en mars, les courtiers belges ont constaté que les volumes de transactions ont baissé depuis lors. Toutefois, comparé à l'année précédente, le nombre de transactions passées par les investisseurs belges s'avère toujours en forte augmentation.

Stef Leunens, porte-parole de KBC Securities, observe qu'"en avril et mai, le nombre de transactions exécutées et le volume ont été inférieurs à ceux de mars, bien qu'ils restent encore beaucoup plus élevés que pendant la période comparable de 2019. Mais ces mois-là, il y avait quelques jours de fermeture de la bourse comme Pâques, le 1er mai... Cette baisse de mai n'est pas non plus si illogique: les marchés étaient déjà légèrement plus hésitants en mai en raison de la forte reprise après le creux de mars, et la vie ordinaire se mettait en place."

Il note que les volumes de transactions chez KBC Securities ont été 270% plus élevés qu'en mai 2019, et en avril, les volumes de transactions étaient 310 % plus élevés qu'en 2019. Au mois de mars, la différence s'élevait de 400%. Chez Bolero, le courtier en ligne de KBC Securities, il observe la même tendance.

Chez BinckBank, Eddy Van Geyte, responsable marketing et communications, relève aussi que les volumes de transactions ont ralenti après le pic de mars, même s'ils restent 2 fois plus élevés qu'à la même période en 2019. Il observe aussi que l'arrivée de nouveaux clients a ralenti à partir du mois de mai, même si par rapport à 2019, le nombre s'avère trois fois plus élevé.

Chez Keytrade, Roel Vermeiren, responsable de la communication, souligne que "le deuxième trimestre a été également excellent avec des volumes quasi identiques à ceux du premier trimestre". "Si l’on regarde chaque mois, on n’est plus au niveau du mois de mars qui a été exceptionnel, mais quand même sur une activité très soutenue", ajoute-t-il. "Nous avons eu entre avril et juin 2,5 fois les volumes de la même période l'année précédente."

Des investisseurs toujours actifs

"L'âge moyen des clients souscrivant à des produits d'investissement a diminué de 5 ans sur les trois dernières années."
Roel Vermeiren
Responsable de la communication chez Keytrade

Eddy Van Geyte souligne que par rapport à l'année passée, où "un client sur deux a commencé immédiatement à négocier en bourse après l'ouverture de son compte, en 2020, la proportion a augmenté à 70%". Il observe que les investisseurs ont commencé à vendre leurs titres au début du mois, sans doute pour prendre leurs bénéfices à cause de la hausse des marchés depuis mars.

Chez Keytrade, Roel Vermeiren indique que le mois d'avril a été marqué par un afflux de nouveaux clients. "Il y a clairement eu un effet confinement qui fait que davantage de gens ont découvert la valeur ajoutée de notre modèle entièrement digital. La tendance a légèrement ralenti depuis. On voit aussi un effet 'FOMO' (fear of missing out) à la bourse : les investisseurs ont pris position après la correction boursière de février-mars en anticipant sans doute que les actions des banques centrales allaient faire remonter les cours", ajoute-t-il.

Il précise que les nouveaux clients ont surtout acheté des actions."On voit aussi une forte demande pour nos produits d’investissement KeyPlan et KeyPrivate: les souscriptions de ces deux produits ont plus que doublé par rapport à 2019".

Rajeunissement

Tous les courtiers observent un rajeunissement des nouveaux investisseurs. Chez KBC Securities, Stef Leunens souligne que pour la période mars-mai, 50% des nouveaux clients ont moins de 35 ans alors qu'en 2019, cette proportion s'élevait à 37%. Chez Keytrade, Roel Vermeiren indique que "l'âge moyen des clients souscrivant à des produits d'investissement a diminué de 5 ans sur les trois dernières années". Chez Binckbank, Eddy Van Geyte relève que la moyenne d'âge des nouveaux investisseurs a diminué à 39 ans, et la médiane à 37 ans contre une moyenne de 45 ans et une médiane de 43 ans en 2019.

Face à l'arrivée des jeunes investisseurs, les courtiers ont mis en place des webinaires. "Nous nous efforçons également de soutenir ces nouveaux investisseurs de manière optimale grâce à notre offre d'information et à divers webinaires afin qu'ils disposent des outils et des informations nécessaires pour être suffisamment préparés à la bourse", indique Stef Leunens. Car la bourse réserve bien des surprises pour les investisseurs. 

Les valeurs préférées des investisseurs

AB inBev et les valeurs biotechs du Bel 20 argenx et Galapagos sont les valeurs les plus achetées en juin par les clients de Binckbank. Par contre, Proximus est délaissée, tout comme Colruyt, mais aussi AB Inbev. Parmi les valeurs étrangères achetées, on trouve aussi Berkshire Hathaway (action B), le holding du milliardaire américain Warren Buffett, Royal Dutch Shell, et Coca-Cola. Parmi les valeurs étrangères les plus vendues se trouvent Hoschschild, Siemens, Pure Gold Mining et Johnson & Johnson.

Chez Bolero, AB Inbev fait à la fois partie des actions belges les plus achetées et les plus vendues entre mars et juin. Ageas, Galapagos et KBC figurent aussi dans cette liste des plus achetées. Pour les valeurs étrangères, ING, Royal Dutch Shell, Basic-Fit et ArcelorMittal font partie des actions les plus achetées et les plus vendues.

Chez Keytrade, AB Inbev, Aegas, Solvay ont été les plus traités.

 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés