Publicité

Les investisseurs misent sur un redémarrage de l'économie

Les investisseurs misent désormais sur une reprise de l'économie mondiale. ©AFP

Malgré le flot de mauvaises nouvelles économiques cette semaine, les marchés d'actions sont parvenus à terminer sur une progression hebdomadaire. Les investisseurs se sont tournés vers l'optimisme.

Les mauvaises nouvelles économiques ont foisonné cette semaine. Mais cela n'a pas affecté les marchés comme durant le mois précédent, car les investisseurs misent désormais sur un redémarrage de l'économie mondiale. L'indice Stoxx 600 a terminé sur une progression hebdomadaire de 0,5%. Toutefois, tous les secteurs de l'indice n'ont pas affiché une avancée sur la semaine car certains ont ressenti les effets toujours présents de la crise économique résultant du Covid-19. La baisse des rendements d'obligations d'État sur la semaine a aussi rappelé que les investisseurs sont restés prudents.

6,85 millions de barils par jour
La baisse de la demande mondiale de pétrole
L'Opep s'attend à une baisse historique de la demande mondiale de pétrole cette année à cause du choc économique provoqué par le Covid-19.

Le secteur pétrolier a lâché 6,83% sur la semaine, et signé la pire performance du Stoxx 600 en raison de la chute des prix pétroliers. Le baril de Brent a perdu plus de 10% d'un vendredi à l'autre, pour tomber à 28 dollars, après des prévisions alarmistes sur la demande mondiale. Mercredi, l'Agence internationale de l’énergie (AIE) a prédit une baisse de la demande de 9,3 millions de barils par jour sur l'ensemble de 2020 malgré ce qu'elle a qualifié de "solide départ" de la part des producteurs, après leur récent accord sur une réduction sans précédent de leurs extractions face au choc provoqué par la pandémie de nouveau coronavirus. 

"En abaissant le pic de l'excédent d'offre et en aplatissant la courbe de la constitution des stocks, ils aident un système complexe à amortir le pire de cette crise", a déclaré l'AIE dans son rapport mensuel. Jeudi, l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) a anticipé pour 2020 un effondrement "historique" de la demande mondiale en raison de la paralysie économique généralisée due au Covid-19, confirmant "un choc historique, brutal, extrême et d'ampleur planétaire" pour le marché de l'or noir. Selon les prévisions dévoilées dans son rapport mensuel, l'Opep attend une consommation mondiale atteignant cette année 92,82 millions de barils par jour (mbj), soit une baisse "sans précédent" d'environ 6,85 mbj par rapport à 2019 (-6,87%). 

Une saison de résultats inquiétante

12%
Les défauts de crédit aux USA
Selon la fintech américaine Datasurvey, les défauts de crédits à la consommation accusent déjà ces dernières semaines une hausse importante.

Le secteur bancaire européen a également connu une semaine difficile avec un recul de 5,95%. Le compartiment a souffert des résultats trimestriels des banques américaines, qui font craindre aux investisseurs des chiffres pâles pour les institutions bancaires du Vieux Continent. JPMorgan, Wells Fargo, Citigroup, Goldman Sachs et Morgan Stanley ont indiqué des bénéfices en net recul, sous l'impact des provisions de liquidité qu'elles ont consenti à mettre de côté pour faire face à des prêts non remboursés de la part des clients individuels et des entreprises. Selon la fintech américaine Datasurvey, les défauts de crédits à la consommation ont déjà accusé ces dernières semaines une hausse de 12%.Mais l'agence de notation Moody's estime que les banques européennes sont mieux positionnées que leurs consoeurs américaines, en raison d'une meilleure diversification.

Par contre, le secteur technologique et celui de la santé ont été recherchés par les investisseurs. Ils ont pris respectivement 2,92% et 5,42% sur la semaine. Le secteur technologique a été notamment porté par les bons résultats du fabricant de puces électroniques américain TSMC, mais aussi par la possibilité d'une vente de la division de logiciels de réseaux mobiles par SAP. Le secteur de la santé a été porté par les annonces des grands groupes pharmaceutiques sur l'avancée des vaccins contre le Covid-19 mais aussi par des essais prometteurs de médicaments pour traiter le virus. Le secteur de l'alimentation a aussi progressé de 3,44% sur la semaine, alors que les sociétés de livraisons de kits repas ont flambés.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés