Publicité

Les investisseurs preneurs de règles plus claires à la COP26

De nombreux investisseurs espèrent que des règles plus claires et précises en matière d'investissement durables sortiront de la COP26 de Glasgow. ©REUTERS

La COP26 est suivie de près dans les rangs des investisseurs. Des avancées sont attendues sur les règles applicables aux entreprises et aux placements durables.

La COP26 est très suivie par les investisseurs. Les professionnels de l'investissement espèrent que la conférence des Nations unies sur les changements climatiques débouchera sur des règles plus claires sur la façon dont les entreprises devront réduire leurs émissions polluantes et sur des avancées vers des normes harmonisées relatives à l'investissement durable.

Les investisseurs détestent l'incertitude. Or, en matière de placements durables, il en existe beaucoup, qu'on peut classer en deux grandes catégories.

Quels efforts et quelles règles?

Premièrement, les pays signataires de l'accord de Paris se sont engagés à réduire fortement leurs émissions de gaz carbonique, mais on ignore encore ce que cet objectif ambitieux implique très précisément comme efforts de la part des entreprises cotées qui se retrouvent dans les portefeuilles des investisseurs. Quels seront les secteurs les plus sollicités? Quel calendrier leur sera-t-il imposé? Toutes ces données sont cruciales pour les stratégies d'investissement.

"Les investisseurs professionnels anticipent des accords coordonnés, significatifs et pragmatiques sur la politique climatique."
Sebastiaan Reinders
Responsable de la science de l'investissement chez NN Investment Partners

Deuxièmement, une autre grande incertitude réside dans la définition des produits financiers durables. L'Union européenne y travaille, mais sa "taxonomie", soit l'ensemble de règles censées décrire ce qui est durable et ce qui ne l'est pas, n'est pas encore prête. À l'échelon international, il existe des règles et des pratiques très diverses en la matière: tout cela manque d'harmonisation, ce qui complique la tâche des professionnels de la finance au moment de créer un produit durable.

Deux fois plus de sujets ESG

La COP26 pourrait donner lieu à des avancées dans ces deux domaines. C'est en tout cas le souhait des investisseurs, selon une étude de NN Investment Partners. Le gestionnaire d'actifs a parcouru plus de 10.000 publications émanant des 500 plus grands gérants d'actifs financiers internationaux.

"Les investisseurs ont besoin de clarifications sur la stratégie et les plans d'action pour parvenir à zéro émission."
Stéphane Monier
Chief investment officer de Lombard Odier Private Bank

Dans cette littérature, NN IP a découvert que 150.000 paragraphes sont consacrés aux sujets environnementaux, sociaux et de bonne gestion (ESG), soit deux fois plus qu'auparavant.

"Ces 150.000 paragraphes contiennent des opinions diverses, mais résolument optimistes en matière de résultats concrets issus de la COP26", précise Sebastiaan Reinders, responsable de la science de l'investissement chez NN IP. "La recherche montre que les investisseurs professionnels anticipent des accords coordonnés, significatifs et pragmatiques sur la politique climatique."

Neutralité carbone

Cette ambition d'atteindre zéro émission nette de gaz carbonique d'ici à 2050 concerne déjà une grande majorité des entreprises, mais les investisseurs souhaiteraient davantage de précisions à ce sujet. "Nous estimons que près de 80% de l'économie mondiale est désormais couverte par des objectifs de zéro émission nette de diverse nature", explique Stéphane Monier, chief investment officer de Lombard Odier Private Bank.

24%
Gestionnaires engagés
Près du quart des grands gestionnaires d'actifs comptent utiliser leurs investissements pour atteindre l'objectif de zéro émission nette.

"Pourtant, les investisseurs ont besoin de clarifications sur la stratégie et les plans d'action pour y parvenir, comprenant les objectifs intermédiaires en matière de réduction des émissions, les orientations politiques et les stratégies industrielles. Des progrès sont nécessaires à la COP26."

La banque privée suisse espère aussi des avancées sur une harmonisation des règles applicables à l'investissement durable. "Nous accueillerons favorablement tout effort de la COP26 visant à adopter des recommandations au niveau mondial et à encourager les sociétés d'investissement à travailler avec des experts du climat pour développer et tester la résistance de leurs modèles", précise Stéphane Monier.

L'étude de NN IP montre que 24% des grands gestionnaires d'actifs se sont fixé pour objectif d'utiliser leurs investissements pour atteindre la neutralité carbone. "Ce mouvement va s'accélérer dans le sillage de la COP26", prédit le gestionnaire d'actifs néerlandais. "L'un des résultats de la COP26 pourrait très bien être un changement permanent des perceptions vis-à-vis des secteurs à forte intensité d’émissions carbone." Voilà pourquoi beaucoup d'investisseurs ont, eux aussi, les yeux rivés sur Glasgow actuellement.

Le résumé

  • Parmi les investisseurs, on espère que la COP26 précisera les attentes vis-à-vis des entreprises en matière climatique.
  • Les professionnels de la finance souhaitent aussi des règles plus claires pour les produits durables.
  • La COP26 pourrait lever des incertitudes dans ces deux domaines.
  • 24% des gestionnaires d'actifs ont l'ambition d'atteindre la neutralité carbone via leurs investissements.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés