interview

"Les marchés devront se reconnecter à l’économie"

"Les valorisations sur les marchés financiers sont encore plus détachées de l’économie réelle", dit Hans Stegeman, responsable de la stratégie d’investissement chez Triodos IM.

Dans des marchés qui resteront inondés par les liquidités, les stratégistes de Triodos préfèrent rester prudents et surpondèrent les liquidités.

Chez Triodos IM, le scénario macroéconomique pour 2021 se base sur un retour du niveau d’activité d’avant la pandémie pour le quatrième trimestre de l’année prochaine, lorsqu’une part substantielle de la population aura été vaccinée dans les pays occidentaux. Joeri de Wilde (Statégiste chez Triodos IM) souligne néanmoins que cette prévision dépendra en grande partie de la disponibilité de vaccins efficaces pour le milieu de l’année prochaine.

"Tout retard des vaccins pourrait repousser les perspectives de reprise vers 2022."
Joeri de Wilde
Statégiste chez Triodos IM

"Tout retard pourrait toutefois repousser ces perspectives de reprise vers 2022. Dans notre scénario de base, nous tablons sur une croissance qui devrait rebondir vers 4,7% en Europe, contre 3,2% aux Etats-Unis et 2,9% au Japon. Cette performance doit être liée à la sévérité de la contraction économique en 2020 sur le Vieux Continent."

Valorisations

Dans un contexte où la demande restera faible pendant une bonne partie de l’année, l’inflation ne constituera pas un problème pour les banques centrales, qui resteront donc largement accommodantes. Dans ce contexte, il souligne que la crise sanitaire a entraîné une hausse des inégalités et des retards importants dans la lutte contre le réchauffement climatique, qui ne sera que partiellement compensée par le Green Deal européen, et qui serait encore prolongée si les démocrates ne parviennent pas à prendre le contrôle du Sénat américain en janvier 2021.

"Il faut rester optimiste dans la capacité de l’humanité à innover et à s’adapter d’un point de vue économique."
Hans Stegeman
Responsable de la stratégie d’investissement chez Triodos IM

"Les valorisations sur les marchés financiers sont encore plus détachées de l’économie réelle. Nous restons convaincus que la valorisation reste encore importante sur le long terme, ce qui nous pousse à rester sous-pondérés sur les actions, neutre sur le crédit et les obligations, et surpondérés sur les placements monétaires", indique Hans Stegeman (Responsable de la stratégie d’investissement chez Triodos IM).

Dette publique

Sur le long terme, il souligne que les valorisations sont aujourd’hui extrêmement élevées sur les marchés financiers en raison de l’intervention des banques centrales. "Ceci ne peut pas durer indéfiniment. Les conditions favorables qui ont dopé la rentabilité des entreprises vont probablement disparaître, et les marchés boursiers risquent de devenir de plus en plus risqués pour les investisseurs."

Un point positif est la montée en puissance de l’investissement responsable, qui se marque par exemple dans les valorisations atteintes par les groupes pétroliers. "Il faut rester optimiste dans la capacité de l’humanité à innover et à s’adapter d’un point de vue économique, et nous assistons aujourd’hui à des changements beaucoup plus rapides que nos prévisions."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés