Publicité

Les marchés ont franchi deux obstacles majeurs

Le groupe portugais Galp Energia est l'un des grands gagnants de la semaine boursière. Le prix du gaz naturel a bondi de 7% depuis lundi. ©Bloomberg

Les investisseurs semblent avoir digéré l'annonce d'une réduction prochaine des achats d'actifs de la Fed et la déroute du géant immobilier chinois Evergrande.

Après trois semaines négatives, les actions européennes sont reparties à la hausse. L'indice Stoxx 600 des plus grandes sociétés cotées en Europe a gagné 0,31% depuis lundi. Cette première progression hebdomadaire en septembre intervient alors que les marchés ont été confrontés à deux tests de grande envergure cette semaine: la Réserve fédérale (Fed) a ouvert la voie à une réduction de ses achats d'actifs et le groupe chinois Evergrande s'est abstenu de tout commentaire sur l'échéance d'un paiement d'intérêts de 83,5 millions de dollars qui devait avoir lieu jeudi.

Les investisseurs ont pénalisé les actions de groupes soupçonnés d'être affectés par la déconfiture d'Evergrande.

Concernant le géant immobilier chinois, la situation est assez floue. Certains investisseurs ont parié sur une intervention de Pékin. D'autres pensent que le groupe sera démantelé en limitant les répercussions sur la finance et l'économie. Dans l'ensemble, le marché paraît convaincu que l'affaire n'aura pas de conséquences systémiques. Reste que les investisseurs ont pénalisé les actions de groupes soupçonnés d'être touchés par la déconfiture du numéro 2 chinois de la brique.

Le secteur des services financiers a subi le plus net recul de la semaine en cédant 1,4%, tiré vers le bas par Crédit Suisse (-3,26%) et UBS (-3,85%). Crédit Suisse est la banque qui avait souscrit le plus d'obligations Evergrande au cours des dix dernières années mais elle a affirmé, jeudi, que ses gestionnaires d'actifs avaient fortement réduit leur exposition au groupe chinois. UBS a quant à elle assuré que son exposition à Evergrande était limitée.

Taux US en hausse

L'autre grand rendez-vous de la semaine était l'annonce de la Fed de mercredi soir. La banque centrale américaine n'a pas fait dans la dentelle: elle a clairement laissé entendre qu'elle envisageait de débuter la réduction de ses achats d'actifs dès novembre.

"Les investisseurs devraient garder un œil sur les taux US. Cela pourrait bien être le prochain défi."
Frank Vranken
Chef stratégiste chez Edmond de Rothschild

Les marchés semblent avoir très bien accueilli la nouvelle. Les indices boursiers n'ont pas tremblé. En tout cas du côté des actions. Sur le marché obligataire, il faut quand même noter une certaine tension du côté des taux d'intérêt des titres de dette des États-Unis. Cette semaine, le taux des Treasuries (obligations gouvernementales US) à dix ans a augmenté de 8 points de base, c'est-à-dire 0,08 point de pourcentage, à 1,43%.

Frank Vranken, chef stratégiste chez Edmond de Rothschild, fait remarquer que si on se fie aux anticipations des membres de la Fed au sujet du niveau futur des taux directeurs américains, la Fed devrait relever le taux des fonds fédéraux, son principal taux de référence, une fois en 2022 puis trois fois chacune des deux années suivantes, ce qui le situerait à 1,75% à terme.

Aérien et énergie en vue

"Si tous les taux augmentent dans la même mesure, le taux des obligations US à dix ans atteindraient environ 3%", note Frank Vranken. "Cela implique que les taux obligataires US devraient augmenter au fil du temps. Pas seulement un peu mais d'environ 70 points de base. On a connu ça vers mars-avril, quand le taux US à dix ans a atteint près de 1,8%. Le résultat a été une rotation sectorielle et des actions à longue duration (sensibles aux taux d'intérêt, ndlr) étrillées. Une hausse des taux conduit souvent à faire pression sur les prix des actions. La conclusion est que les investisseurs devraient garder un œil sur les taux des obligations US. Cela pourrait bien être le prochain défi, en particulier s'ils continuent à bondir comme cette semaine."

+7%
Gaz plus cher
Le prix du gaz naturel a bondi de 7% cette semaine, ce qui a profité à plusieurs actions du secteur énergétique, comme Galp Energie, Repsol et Aker BP.

La hausse des taux n'a pas empêché les actions du secteur des voyages et des loisirs de bondir de 3,89% depuis lundi. Les actions des compagnies aériennes ont profité de l'annonce d'une autorisation de voyager prochainement vers les USA pour les personnes vaccinées. IAG s'est envolé de 17,46%.

Le secteur de l'énergie s'est également distingué en prenant 3,71% en cinq jours. Cette semaine, les prix pétroliers ont grimpé: le baril de Brent a pris environ 3% pour atteindre près de 78 dollars. Mais que dire des prix du gaz, qui ont bondi de 7%? Les actions des groupes Galp Energia (+8,42%), Repsol (+6,73%) et Aker BP (+7,36%), tous actifs dans le gaz naturel, ont tiré profit de cette évolution.

Le résumé

  • Pour la première fois en septembre, les actions ont enregistré un gain hebdomadaire malgré les interrogations sur les conséquences de la déroute d'Evergrande et la perspective d'une réduction prochaine du soutien monétaire de la Fed.
  • L'affaire Evergrande a néanmoins pesé sur le secteur des services financiers: Crédit Suisse et UBS ont souffert en bourse.
  • La décision de la Fed a coïncidé avec une hausse des taux des obligations, un paramètre qui pourrait avoir des conséquences dans les mois à venir.
  • Le secteur aérien et celui de l'énergie se sont distingués. Le premier a profité de l'autorisation de voyager aux USA pour les personnes vaccinées et le second a été soutenu par le bond du prix du gaz naturel.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés