Les marchés redoutent un report du sommet

Les grandes Bourses européennes ont toutes terminé la séance de ce jeudi sur des pertes. Alors que dans la matinée une information annonçant le possible rachat des obligations d’Etats par le Fonds européen de stabilité financière augurait une remontée des marchés, ils ont poursuivi une descente, poussée par des rumeurs de report du Sommet européen prévu dimanche.

Les marchés européens ont terminé la séance de ce jeudi sur des pertes assez marquées. Ainsi, le Dax a terminé en baisse de 2,49% à 5.766,48 points. A la Bourse de Londres,  le Footsie-100 a clôturé en baisse de 1,21% à 5.384,68 points. Le Cac 40 parisien a reculé de 2,32%, à 3.084,07 points. A Amsterdam, l’AEX s’est replié de 0,89%, à 299,01 points.

Le Bel20 a reculé de 1,76%, à 2.096,69 points. Umicore a enregistré une hausse de 3,42%, à 29,01 euros. Ses revenus ont augmenté de 13% au troisième trimestre 2011, par rapport à la même période l’an passé. L’entreprise a annoncé qu’elle s’attendait à un résultat record en 2011. Deceuninck a quant à lui dégringolé de 7,63%, à 1,21 euro. Le groupe a reçu un avertissement sur ses résultats 2011, et KBC Securities a modifié ses prévisions, de " à conserver " à " réduire ".

Les indices Stoxx Europe 600 et 50 ont respectivement terminé la séance sur des pertes de 1,54% (233,07 points) et 1,36% (2.228,88 points).

Les indices sectoriels bancaires ont littéralement bu la tasse, avec une chute de 3,97%. A Bruxelles, Dexia a cédé 2,44%, à 0,60 euro. KBC a lâché 7,90%, à 14,63 euros. A Paris, la Société Générale a plongé de 7,63%, à 17,97 euros tandis que le Crédit Agricole et Axa ont perdu plus de 6% chacune. A Francfort, la Deutsche Bank a reculé de 3,83%, à 26,14 euros. La Bourse de Milan a particulièrement été affectée par la chute des bancaires. Le FTSE Mib a clôturé jeudi sur une chute de 3,78% à 15.678 points. Les deux plus grandes banques italiennes, UniCredit et Intesa Sanpaolo, se sont en effet effondrées respectivement de 12,01% à 0,846 euro et de 9,81% à 1,204 euro.

Ce jeudi a été rythmé au fil des résultats et des nouvelles. Les premiers ont créé quelques surprises sur les marchés, comme Nokia, par exemple. Le fabricant de téléphones portables a publié de bons résultats trimestriels avec un bénéfice de 9 milliards d’euros (contre 8,7 milliards attendus). Au total, Nokia a vendu 16,8 millions de smartphones, alors que les attentes tournaient autour de 15,9 millions d'unités. Le titre du producteur finlandais a enregistré une forte hausse de 8% à la Bourse d’Helsinki, et a clôturé sur un gain de 4,46%, à 4,68 euros.

Sommet ou pas ?

Beaucoup d’analystes ont placé leurs espoirs dans le sommet européen de dimanche, au cours duquel la crise de la dette devrait être au cœur des débats. Leurs attentes ont monté d’un cran ce jeudi matin, lorsqu’une information annonçait le possible rachat des obligations d’Etats par le FESF. Mais ensuite, une autre nouvelle est arrivée : le gouvernement allemand n’exclut pas de postposer le Sommet, afin que les différents interlocuteurs accordent leurs violons. Si la nouvelle venait à être confirmée, ça serait le second report de cette réunion tant attendue… Cette rumeur de report a néanmoins été démentie.

Les marchés n’ont pas bien réagi à cette information et l’euro a reculé, en dessous de 1,38 USD.

 

AGENDA

Zone euro
- La confiance des consommateurs dans la zone euro a de nouveau reculé en octobre. La Commission européenne a annoncé lors d'une estimation flash que le moral des consommateurs des 17 pays membres de la zone monétaire était ressorti à -19,9 en octobre contre -19,1 (révisé) en septembre. Au sein des 27 Etats de l'Union européenne, cet indicateur a également baissé, passant de -19,1 à -20,2. Les analystes estiment qu'une solide demande privée est nécessaire pour une croissance auto-entretenue de la zone euro mais les mesures d'austérité mises en place par de nombreux gouvernements et les turbulences sur les marchés financiers limitent la demande des consommateurs

Grande-Bretagne
- Les ventes de détail sont reparties à la hausse en septembre au Royaume-Uni, progressant de 0,6% par rapport au mois précédent, une augmentation supérieure aux attentes des économistes, selon des données publiées jeudi par l'Office des statistiques nationales (ONS).

Etats-Unis
-  Les nouvelles inscriptions au chômage ont baissé aux Etats-Unis pendant la deuxième semaine d'octobre, selon des chiffres publiés jeudi à Washington par le département du Travail. Les Etats fédérés ont indiqué au ministère avoir reçu 403.000 demandes d'allocations de chômage du 9 au 15 octobre, en données corrigées des variations saisonnières, soit 1,5% de moins que la semaine précédente, ce qui est conforme à l'estimation médiane des analystes.
- L'indice des indicateurs avancés américains a augmenté de 0,2% en septembre (consensus : +0,3%) après une hausse de 0,3% en août.
- Indice Philly Fed pour le mois d’octobre: +8,7.
- Ventes de logements anciens pour le mois de septembre: -3%.
- La hausse de l'indice composite des indicateurs économiques américains a ralenti en septembre pour le deuxième mois d'affilée, a indiqué jeudi le Conference Board, pour qui la probabilité d'un retour du pays à la récession dans les mois qui viennent est de 50%.
Cet indice, qui regroupe dix indicateurs censés donner une idée de l'évolution de la conjoncture aux Etats-Unis dans les six mois à venir, a progressé de 0,2% par rapport à août, où il avait gagné 0,3%, a précisé cet institut de conjoncture privé. Les analystes tablaient sur une hausse de 0,3%.

Espagne
- Le Trésor espagnol a émis jeudi pour 3,906 milliards d'euros d'obligations à 5, 8 et 10 ans, à des taux qui restent élevés malgré une baisse pour l'émission à dix ans, qui avait eu lieu avant l'intervention de soutien de la BCE en août. Les taux ont monté pour les obligations à huit ans, à 5,110% contre 4,969% pour la précédente émission de ce type le 15 septembre, et pour celles à cinq ans, à 4,782% contre 4,489% le 1er septembre, selon un communiqué de la Banque d'Espagne.

VALEURS

DEXIA
- Dexia a annoncé que son conseil d'administration avait approuvé la vente de Dexia Belgium à l'Etat belge. La Caisse des Dépôts et la banque postale prennent respectivement 65% et 5% de Dexia Municipal Agency.

MOBISTAR
- Le chiffre d'affaires consolidé de Mobistar pour le troisième trimestre est de 405,2 millions d'euros, en baisse de 2,3% par rapport à la même période, en 2010. Les analystes en attendaient 417 millions.
- L'Ebitda sur les trois derniers mois s'établit à 130,2 millions (34,5% du chiffre d'affaires de la téléphonie). La Banque Degroof l'estimait un tout petit peu plus élevé, à 131 millions. Le résultat net consolidé est de 52,3 millions (56 millions attendus).
- L'ARPU (revenu moyen mensuel par client) est en baisse: il passe à 31,80 euros, alors que lors du trimestre précédent, il était de 32,03 euros.

SOLVAY
- Citi a relevé son objectif de cours sur la valeur à 80 euros contre 70 euros avant. L’avis reste à " neutre ".

UMICORE
- Avec ses revenus en progression de 13% au troisième trimestre, Umicore fait mieux que prévu par les analystes. La société réitère ses prévisions annuelles de résultat d'exploitation ce qui par contre était attendu par les analystes.

DECEUNINCK
- Deceuninck a vu son chiffre d'affaires fondre de 8,2% au troisième trimestre. Impacté dans toutes les régions du monde, le groupe a souffert d'une faible demande, de taux de change défavorables et du prix élevé du PVC. Deceuninck se voit contraint de revoir ses prévisions annuelles à la baisse.
- KBC Securities a réduit son objectif de cours sur la valeur à 1,25 euro contre 1,60 euro avant. L'avis est désormais à "réduire" contre "conserver".

MELEXIS

- Le fabricant de semi-conducteurs Melexis a annoncé mercredi un chiffre d'affaires de 56,8 millions d'euros au troisième trimestre, soit une baisse de 4% par rapport au même trimestre de l'année dernière et une baisse de 2% par rapport au dernier trimestre.
- Melexis prévoit que le chiffre d'affaires du quatrième trimestre de 2011 sera du même niveau que celui du troisième trimestre. Pour 2012, la société table sur une croissance du chiffre d'affaires à un chiffre dans une tranche moyenne à élevée.

CMB
- Résultats trimestriels, après Bourse

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés