Les nouveaux indicateurs économiques (2/4): les bulletins hebdomadaires britanniques

L'Office for National Statistics britannique a cherché une alternative pour mesurer l'évolution des prix à la consommation malgré le lockdown. ©Bloomberg

La crise a été si soudaine que les indices conjoncturels traditionnels se sont avérés insuffisants pour mesurer l’ampleur des dégâts. De nouveaux indicateurs, quasi en temps réel, sont utilisés.

Beaucoup l’ignorent, mais pour mesurer l’évolution des prix, des relevés officiels sont régulièrement effectués dans les commerces, en nombre suffisant pour obtenir un échantillon représentatif de l’ensemble des prix pratiqués dans un pays. Mais la crise sanitaire a nécessité des mesures de confinement sans précédent, qui ont notamment impliqué la fermeture d’un grand nombre de magasins, hormis dans les secteurs de la grande distribution et de l’alimentation.

Établir des statistiques sur l’évolution des prix dans ces conditions devenait donc une gageure. Les autorités ont donc dû rivaliser d’imagination pour pouvoir donner un aperçu fiable de l’évolution des prix dans ce contexte complètement inédit.

Dès le début avril, l’office statistique britannique a pu fournir des données sur l’évolution des prix au cours des deux dernières semaines de mars, soit pendant les premiers jours du confinement au Royaume-Uni.

C’était d’autant plus nécessaire que les économistes entrevoyaient deux conséquences possibles mais diamétralement opposées de la crise: soit les interruptions des chaînes d’approvisionnement allaient provoquer une contraction de l’offre et donc une montée des prix, soit la chute de la consommation liée à la crise allait peser sur la demande et donc faire baisser les prix…

Indicateurs expérimentaux

Pour vérifier le plus rapidement possible la façon dont les prix à la consommation réagissaient à cette crise inédite, beaucoup d’organismes officiels se sont rabattus sur les prix pratiqués sur les sites de vente sur internet. C’est ainsi qu’au Royaume-Uni, l’Office for National Statistics (ONS) a commencé à publier des bulletins hebdomadaires où figurent de nouveaux indicateurs expérimentaux. L’un d’eux concerne les prix dans la vente en ligne de produits fortement demandés.

Un indicateur des échanges commerciaux britanniques, qui avait nettement baissé entre début mars et fin avril, a quasiment retrouvé ses niveaux d’avant la crise.

Dès le début du mois d’avril, l’office statistique britannique a ainsi pu fournir les premières données sur l’évolution des prix au cours des deux dernières semaines du mois de mars, soit pendant les premiers jours du confinement au Royaume-Uni.

Comptage des bateaux

En l’occurrence, ces données montrent une forte augmentation des prix des produits pharmaceutiques contre la toux, du paracétamol, du riz ou encore de la farine, soit des articles qui ont suscité un fort engouement au début de la propagation de la pandémie en Europe.

L’ONS a aussi publié des statistiques hebdomadaires sur les expéditions de produits pour tenter de traduire l’impact de la crise sur les échanges commerciaux du Royaume-Uni. Cet indicateur basé sur un comptage des bateaux, cargos et autres tankers transitant par les ports britanniques a nettement baissé entre début mars et fin avril mais aujourd’hui, il a quasiment retrouvé ses niveaux d’avant la crise.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés