Publicité

Les obligations sociales montent en puissance

©AFP

Mis sur le devant de la scène financière avec la crise sanitaire, ce marché qui pèse près de 300 milliards d'euros ne cesse d'attirer de nouveaux émetteurs.

Le marché des obligations durables est en plein expansion, une évolution aidée par deux événements qui ont poussé à son développement durant les dix dernières années.

Le segment des obligations vertes a vu son essor encouragé par les accords de Paris sur le changement climatique, signés à l'issue de la COP 21 en 2015.

Le segment des obligations vertes a ainsi vu son essor encouragé par les accords de Paris sur le changement climatique, signés à l'issue de la COP 21 en 2015. De son côté, celui des obligations à vocation sociale a réellement pris son envol depuis le déclenchement de la pandémie de Covid-19 au début 2020.

Soutien bancaire

Pour pouvoir être considéré comme une obligation sociale, l'émetteur doit respecter les principes applicables aux obligations sociales (Social Bond Principles) et respecter certaines exigences quant à l'utilisation des fonds empruntés.

De nombreuses émissions obligataires ont ainsi été réalisées afin de préserver l'emploi, et ont donc pu directement entrer en considération pour cette classe d'actifs. Pour pouvoir être considéré comme une obligation sociale, l'émetteur doit respecter les principes applicables aux obligations sociales (Social Bond Principles) et respecter certaines exigences quant à l'utilisation des fonds empruntés, notamment sous la forme de rapports réguliers distribués aux investisseurs.

Après avoir enregistré un triplement des émissions durant la seule année 2020, 166 milliards d'euros de plus ont été émis durant le premier semestre 2021, avec une taille du marché qui approche désormais la barre des 300 milliards d'euros. À l'origine, ce marché concernait surtout des émetteurs publics, mais la pandémie a vu l'arrivée de nombreuses institutions bancaires, qui ont bénéficié de garanties gouvernementales pour maintenir ouvert le flux de crédits en faveur des PME impactées par la pandémie.

166
milliards d'euros
Après avoir enregistré un triplement des émissions d'obligations sociales durant la seule année 2020, 166 milliards d’euros de plus ont été émis durant le premier semestre 2021.

Diversification

Pour Isabelle Vic-Philippe (gestionnaires de fonds chez Amundi), le marché est appelé à poursuivre sa diversification durant les prochaines années. "Les entreprises privées vont être de plus en plus actives sur ce segment", et elle cite par exemple des sociétés immobilières actives dans le logement social, ou des sociétés de leasing visant des catégories de personnes très spécifiques (personnes handicapées, etc).

Il existe aujourd'hui de nombreux produits qui permettent une exposition directe ou indirecte sur le marché des obligations sociales. Au niveau de l'exposition directe, nous pouvons, par exemple, citer Amundi Social Bonds ou Threadneedle – European Social Bonds, deux fonds de placement qui investissent la majeure partie de leurs actifs sur ce segment. Au niveau de l'exposition indirecte, il existe de nombreux fonds obligataires durables, qui vont mélanger une proportion croissance d'obligations sociales avec d'autres formes d'émissions durables (par exemple des obligations vertes), comme par exemple le Triodos Euro Bond Impact Fund.

En bref

> Quelle performance?

Les performances sont légèrement supérieures aux fonds obligataires classiques.

> Quelle diversification?

Les émetteurs devraient se diversifier dans le futur.

> Quelle taille?

Le marché devrait dépasser prochainement les 300 milliards d'euros.

> Quels produits?

Il existe deux fonds spécialisés exclusivement sur les obligations sociales.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés