Les profits des sociétés américaines en mode pause

©Bloomberg

À New York, la hausse des profits de sociétés pourrait s’être interrompue au 2e trimestre, pour la 1ère fois depuis la mi-2009. Avant de reprendre probablement plus tard dans l’année.

22
Wall Street mettra probablement fin à une série de 22 trimestres de croissance ininterrompue des profits.

Les patrons américains parviendront-ils, une nouvelle fois, à déjouer les pronostics des analystes? Ceux-ci avaient tablé sur un recul de 5% des profits pour les entreprises cotées à Wall Street au premier trimestre. Mais au final, ils ont crû de 0,5% en moyenne.

La hausse des profits marque le pas à Wall Street. Pas étonnant dès lors que le S&P 500 ait fait du surplace ces derniers temps

Pour la période qui va d’avril à juin, les analystes estiment que les résultats finaux des entreprises liées à l’indice S & P 500 accuseront un repli moyen de 6,5%, avec des chiffres d’affaires en baisse de 4,5%. Si ces chiffres compilés par Bloomberg s’avèrent corrects, Wall Street mettra ainsi fin à une série de 22 trimestres de croissance ininterrompue des profits. Il n’est dès lors pas surprenant que le S&P 500 ait passé le plus clair de son temps, ces 3 derniers mois, à faire du surplace.

Pas d’inquiétude toutefois. Toujours selon les analystes suivis par Bloomberg, les résultats devraient renouer avec la croissance vers la fin de cette année, pour enregistrer une hausse de 1,2% sur l’ensemble de 2015.

La faute à l’énergie

Comme lors de la période trimestrielle précédente, c’est aux résultats attendus à nouveau en nette baisse chez les producteurs d’énergie (pétrole et gaz), que l’on doit cette pauvre performance. Les cours moyens du baril de WTI sont pourtant bien remontés de 25% au cours du 2e trimestre (+ 25%). Mais ils se situent toujours à un niveau 40% inférieur à ceux du 2e trimestre de 2014. Idem pour les prix du gaz qui ont plongé de 60%!

Cela dit, Bloomberg a calculé que si l’on ne tenait pas compte de ce secteur, les bénéfices des sociétés américaines seraient alors dans le vert. Modestement tout de même, avec une croissance de 0,7% à peine.

Ce n’est pas la première fois que le secteur pétrolier pèse sur la croissance de l’ensemble des résultats à New York. Mais selon toute vraisemblance, les choses devraient s’améliorer dans les prochains trimestres, alors que les cours du WTI font mine de se stabiliser aux alentours de 55 dollars par baril.

Pour le deuxième trimestre de cette année, les analystes suivis par Bloomberg tablent sur un repli moyen de 63,1% du profit par action pour les sociétés pétrolières.

Tesla bientôt au vert

En dépit de la hausse continue, ces derniers mois, de la confiance des consommateurs américains et de leur optimisme au sujet de l’économie et du marché du travail, les secteurs de la distribution, avec Walmart notamment (-6,7%), de l’agroalimentaire (-4,9%) et des produits ménagers (-5%) n’ont pas le vent en poupe. Tranchant avec cette morosité, Nike avait récemment publié des résultats pour son troisième trimestre supérieurs aux attentes (+ 25,6%).

Affectés par la concurrence des sociétés européennes comme Hermès, LVMH et Luxotticca qui bénéficient de la faiblesse de l’euro face au dollar, les profits devraient se contracter chez Fossil (-18%) et Tiffany (-6,2%), notamment. Par contre, les constructeurs automobiles devraient pourvoir tirer leur épingle du jeu. Ford en particulier, pour qui le résultat trimestriel rebondirait de 16%. Concernant Tesla, le constructeur de voitures automobiles électriques devrait encore supporter des pertes avant de "passer au vert" au 3e trimestre selon les analystes. Au passage, épinglons la chute prévue de 27% des profits pour le fabricant d’engins de chantier Caterpillar. Son concurrent japonais Komatsu a indiqué que la croissance de ses ventes aux USA est tombée à 6% en avril contre 13% en avril 2014.

Au rayon des sociétés technologiques, les nouvelles seront souvent moins favorables que par le passé. Les bénéfices gonfleraient chez Google (+ 34%), Apple (+ 39%), Facebook (+ 56%) ou encore Netflix (+ 72%). Mais plieraient chez Intel (-7,8%), IBM (-9,2%), Sandisk (-67%) et seront même négatifs pour AMD. Dans les autres secteurs, les analystes prévoient une baisse généralisée des performances pour les banques (-4%) et les "utilities" (-0,6%), mais des chiffres plutôt en croissance dans la pharma et les télécoms (+ 4,6%). Enfin, le fabricant d’aluminium Alcoa, qui ouvrira la saison des résultats mercredi soir, est attendu avec un profit par action en hausse de 24,5%.

[Suivez Marc Collet sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés