Les sociétés belges gâteront comme jamais leurs actionnaires

©BELGA

Dans les semaines à venir, les sociétés dévoileront le montant des dividendes (soldes ou totaux) qu’elles verseront à leurs actionnaires. Dans le Bel 20, 15 montants devraient être relevés.

De toutes les annonces de résultats que font les sociétés à intervalles réguliers, celles concernant le bilan annuel sont les plus attendues par les actionnaires. Et pour cause, ces derniers prennent traditionnellement connaissance à ce moment-là du montant des dividendes que les dirigeants d’entreprise leur alloueront.

La société de gestion de fonds britannique Janus Henderson avait indiqué dans une note publiée lundi que les montants seront encore en hausse dans le monde en 2018. On peut prendre pour acquis que les montants dévolus aux dividendes seront aussi plus élevés chez nous, à la Bourse de Bruxelles. De la petite dizaine de sociétés belges en dehors du Bel 20 à avoir déjà donné des précisions à ce jour, 6 proposent une augmentation. Les plus généreux sont Lotus-Bakeries (+ 18%), Barco (+ 10,5%) et Retail Estates (+ 9%). Wereldhave ne le modifie pas, tandis que Befimmo le réduit (légèrement).

15 sur 20 dans le Bel 20

Du côté des 20 valeurs qui composent l’indice bruxellois, alors que l’on va entrer de plain-pied dans la saison des publications de résultats pour 2017, avec Ageas ce mercredi matin, UCB et KBC jeudi, peu d’informations nous sont déjà parvenues.

Quelle sera la tendance? À en croire les avis d’analystes répertoriés par Bloomberg, les relèvements de dividendes devraient être largement majoritaires. Leurs pronostics: 15 membres du Bel 20 devraient le relever, et deux le maintenir inchangé. Tandis qu’un seul est susceptible de le réduire, deux sociétés devraient une fois encore le passer. Il s’agit de Galapagos et de Telenet qui a confirmé cela la semaine dernière.

Les hausses estimées pour les dividendes (soldes ou totaux) qui seront décidés dans les semaines à venir progresseront dans une fourchette comprise entre + 3,4% (Colruyt) et + 18% (Ontex). Chez Aperam qui, comme ING (+ 2,4%), a déjà fourni des indications au début de ce mois, le dividende trimestriel grimpe de 20%!

Le dividende attendu sera en baisse pour une seule société. Il s’agira d’Engie dont on prévoit un repli de 30% de son montant final à 0,35 euro par action. Il ne sera pas modifié pour Cofinimmo (5,50 euros), comme l’avait déjà indiqué le gestionnaire d’espaces immobiliers l’an passé. De même que pour le solde du dividende de Proximus (1 euro). Encore que l’évolution du cours de son action ces derniers temps en Bourse paraît trahir les doutes de nombre d’investisseurs sur le montant qu’attribuera l’opérateur de téléphonie. On se rappellera que lors de son accession au poste de CEO de Proximus, Dominique Leroy avait garanti un dividende total de 1,50 euro par action jusqu’à l’exercice… 2016.

AB InBev champion malgré tout

Par ailleurs, l’évolution décevante du cours de Bourse incite aussi à se demander si les analystes ne font pas preuve d’un excès d’optimisme pour Ontex. Ils tablent sur un bond de 18% de son dividende. La question se pose encore pour le solde d’AB InBev attendu en hausse de 10% à 2,20 euros. Vu son endettement élevé suite au rachat de SABMiller en 2016, AB InBev avait prévenu que la croissance de son dividende serait désormais plus modérée. Il y a un an, le taux de distribution du dividende représentait 136% de son bénéfice par action 2016.

Celui qui a souscrit à l’action bpost lors de son IPO bénéficierait actuellement d’un rendement de 9% sur la base des dividendes versés ces 12 derniers mois.
.

Mais même si AB InBev ne devait pas modifier le montant de son dividende, il conserverait son titre de champion de la hausse du dividende depuis son introduction à la cote en 2001. Il a grimpé de pas moins 2.630%! Suivent dans ce registre, Colruyt avec une hausse de 630%, AvH de 395%, Umicore de 440%, Sofina de 157% et GBL de 152% sur cette même période.

©Mediafin

Cette observation ne manquera pas de donner du grain à moudre à ceux qui prétendent qu’un investissement en actions doit être considéré dans une perspective de long terme. Tout comme celle selon laquelle celui qui aurait souscrit à l’IPO de bpost en juin 2013 au prix de 14,5 euros l’action, bénéficierait actuellement d’un rendement de 9,% sur la base de ses dividendes versés ces 12 derniers mois.

Petite précision, tous les montants mentionnés sont bruts. Un précompte de 30% est retenu par l’institution bancaire au moment du versement du dividende au profit de l’État. Il est toutefois possible de le récupérer en 2019 lors de la déclaration fiscale de ses revenus à concurrence de 640 euros de dividendes.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés