Les tensions commerciales reviennent avec fracas sur les marchés

©EPA

Les marchés européens ont connu leur pire semaine de l'année alors que les tensions commerciales sont revenues en force. Le secteur automobile européen accuse un repli de près de 7% sur la semaine.

Les tensions commerciales entre la Chine et les Etats-Unis sont revenues avec fracas sur les marchés financiers. La mise en oeuvre de nouveaux droits de douane américains sur des produits chinois a remis en cause le scénario, largement intégré par les investisseurs, d'un accord prochain entre les deux puissances économiques.

Le tweet du président américain Donald Trump dimanche dernier, indiquant que les tarifs douaniers seraient relevés de 10% à 25% sur l'équivalent de 200 milliards de dollars d'importations chinoises dès ce vendredi, a pris par surprise les observateurs.

Washington a expliqué qu'il s'agissait d'une réaction à la marche arrière effectuée par la Chine sur certains de ses engagements dans les négociations.

Les marchés ont surtout retenu le fait qu'un accord, qui était espéré dans le courant du mois, était finalement encore loin d'être conclu. Le regain d'aversion au risque qui s'en est suivi n'a pas été surprenant.

"Menacer de droits de douane pour amener la Chine à la table des négociations. Menacer à nouveau pour faire avancer les négociations. Et finalement si un accord est éventuellement trouvé, continuer de menacer de tarifs douaniers pour faire respecter l'accord", relève David Lafferty, responsable de la stratégie de marché de Natixis Investment Managers. "C'est pourquoi les investisseurs ne devraient tirer qu'un modeste confort en cas d'accord éventuel", prévient-il. "Même si un accord est trouvé, nous vivrons toujours dans un monde où la détente commerciale peut être instantanément brisée par un tweet hargneux."

Sur la semaine, les Bourses chinoises ont perdu 4,5% et l'indice paneuropéen Stoxx 600 a lâché 3,39%, similaire au repli du S&P 500.

Parallèlement, le rendement des Treasuries à dix ans est retombé de huit points de base pour revenir à 2,45% et le yen a touché un plus haut depuis début février face au dollar. Le taux américain à dix ans est retombé sous le taux à trois mois jeudi en cours de séance, pour la deuxième fois après mars. L’inversion de la courbe des taux indique historiquement une récession à venir.

Des valeurs automobiles en première ligne

Le durcissement de ton de Donald Trump dans les négociations commerciales avec la Chine a particulièrement pesé sur le secteur automobile européen. L’indice Stoxx 600 du compartiment a perdu 6,8% sur la semaine, la pire performance parmi les secteurs du Stoxx 600. Le titre Faurecia se place parmi les pires performances du Stoxx 600 cette semaine (-12,85%). Juste derrière le secteur automobile, les valeurs bancaires européennes signent aussi un fort recul cette semaine (-5,86%). Banco BPM affiche la pire performance du secteur (-15,89%) après avoir publié des résultats au premier trimestre en dessous des attentes du marché. Nick Nelson, analyste chez UBS, estime que les banques risquent d’être affectées par une escalade des tensions commerciales , en raison de l’impact sur la croissance économique mondiale et sur les prévisions de la Banque centrale europenne pour l’économie de la zone euro.

Le secteur de la chimie (-4,32%) a été affecté par l’avertissement sur résultats de Solvay.

Le secteur des ressources de base (-4,85%) a lui pâti du recul des prix des métaux alors que les investisseurs s’inquiètent d’un ralentissement économique mondial. Si la vigueur des deux premières économies mondiales, en particulier celle de la Chine, numéro un des importations de matières premières, venaient à souffrir, la demande de métaux de base devrait en pâtir.

Le secteur de l’énergie a aussi reculé (-4,30%) alors que le baril de Brent a vu son cours légèrement diminer sur la semaine, de 0,24% à 70,68 dollars.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect