Malgré des élections US tendues, les actions signent leur meilleure semaine en 5 mois

©REUTERS

Les marchés financiers ont montré une résilience à toute épreuve alors que la bataille pour la Maison-Blanche n'est pas encore terminée. Le célèbre investisseur Mark Mobius a toutefois lancé un avertissement.

Pleins feux sur les États-Unis. Le pays de l'Oncle Sam était au cœur de l'attention des marchés financiers cette semaine avec l'élection présidentielle et la réunion de la Réserve fédérale (Fed). À l'heure d'écrire ces quelques lignes, le nom du futur locataire de la Maison-Blanche n'est toujours pas connu officiellement. Cela n'a pas empêché les actions de signer l'une de leurs meilleures performances hebdomadaires de l'année.

"Une fois les élections terminées, les actions ont tendance à grimper avec les attentes pour la prochaine administration."
Norihiro Fujito
Chief investment strategist chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities Co

En Europe, le CAC 40 a progressé de 7,98%, le DAX allemand de 7,99% et le Footsie britannique de 5,97%. L'indice Stoxx Europe 600 a de son côté bondi de 7,02%, grâce au soutien des secteurs de l'assurance (+8,79%), des services financiers (+8,57%) et de la chimie (+8,42%).

Mieux encore, le Nikkei, l'indice phare de la Bourse de Tokyo, a atteint vendredi son plus haut niveau en 29 ans! Il affiche désormais une hausse de 2,8% depuis le début de l'année. "Depuis les années 1980, vous voyez que les actions évalueront tous les risques avant l'élection présidentielle américaine, comme ce fut le cas en septembre et octobre lorsque les actions technologiques ont corrigé", explique Norihiro Fujito, chief investment strategist chez Mitsubishi UFJ Morgan Stanley Securities Co. "Une fois les élections terminées, les actions ont tendance à grimper avec les attentes pour la prochaine administration."

Selon Mobius, Wall Street pourrait sous-performer à moyen terme

Certains observateurs restent tout de même inquiets, en particulier pour les actions américaines. Selon le célèbre investisseur Mark Mobius, une victoire de Joe Biden à la présidence pourrait être "positive pour les marchés émergents et les autres actions mondiales, mais négative pour Wall Street" compte tenu des projets du candidat démocrate en matière de hausse d'impôts sur les entreprises et les gros patrimoines. "Si les personnes qui investissent en bourse s'attendent à ce que leur richesse soit frappée par des impôts plus élevés, elles'abstiendront d'investir", prévient-il dans une note vendredi.

Une victoire de Joe Biden à la présidence pourrait être "positive pour les marchés émergents et les autres actions mondiales, mais négative pour Wall Street."
Mark Mobius

Un avertissement qui contraste avec l'avis général: beaucoup mettent en évidence l'absence de "vague bleue" qui obligera Joe Biden - s'il est élu - à négocier avec un Sénat républicain. Ce qui l'empêcherait de faire voter ses réformes les plus controversées. La plupart des investisseurs sont d'ailleurs arrivés à cette conclusion puisque les secteurs technologiques et de la santé - qui pourraient échapper à un éventuel renforcement de la réglementation - ont mené la tendance à Wall Street ces derniers jours.

Résultats et OPA à Bruxelles

À la Bourse de Bruxelles, le BEL 20 a également connu une excellente semaine et affiche une progression de 4,86%. Ce qui représente sa meilleure performance hebdomadaire depuis le mois de juin. Notre indice de référence a été notamment porté par Aperam (+14,69%), UCB (+12,16%) et Solvay (+9,76%).

+4,86%
Semaine faste pour le BEL20
L'indice phare de la Bourse de Bruxelles a signé sa meilleure semaine depuis début juin. Il en a profité pour flirter avec la barre symbolique de 3.200 points.

Le producteur d'acier inoxydable Aperam a fait état mercredi matin d'un bénéfice net de 24 millions d'euros entre juillet et septembre, contre 21 millions un an auparavant. En guise de prévisions, le groupe table sur un ebitda en hausse par rapport au troisième trimestre 2020 - au cours duquel le bénéfice d'exploitation a déjà grimpé jusqu'à 65 millions d'euros. "Les résultats et les perspectives sont plus solides que prévu, grâce à des économies de coûts, des volumes plus élevés et une solide performance au Brésil", souligne Frank Claassen de Degroof Petercam. Plus des deux tiers d'analystes qui suivent la valeur recommandent de l'acheter.

Le groupe biopharmaceutique UCB a de son côté annoncé les résultats détaillés de phase 3 BE SURE. Selon Kepler Cheuvreux, ils montrent pleinement le potentiel du bimekizumab dans le traitement du psoriasis. Le broker estime aussi que "l'action UCB offre un très bon rapport qualité-prix maintenant que le lancement du bimekizumab se profile pour l'année prochaine".

Hors BEL 20, la palme de la meilleure progression sur la semaine revient sans conteste à Kiadis Pharma (+251,78%). Le laboratoire français Sanofi a annoncé lundi le lancement d'une offre publique d'achat (OPA) sur la biotech néerlandaise au prix de 5,45 euros par action. Soit pour un montant total de 308 millions d'euros. Une offre jugée "équitable" par KBC Securities, qui recommande aux investisseurs de l'accepter.

Le dollar fléchit, l'or se revigore

Il n'y a pas que les actions qui ont bien performé cette semaine. Du côté des matières premières, l'or (+3,97%) et le cuivre (+3,43%) ont également attiré les investisseurs. "On pourrait affirmer que les métaux précieux ont profité des préoccupations concernant les conséquences d'une élection contestée", indique Marcus Garvey, responsable de la stratégie métaux chez Macquarie Group Ltd.

Par ailleurs, la porte laissée ouverte par la Réserve fédérale en faveur de mesures de soutien supplémentaires a fait reculer le billet vert (-1,92%), provoquant un rebond du métal jaune à environ 1.950 dollars l'once par effet de ricochet.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés