Mithra vole au secours de son action

©Debby Termonia

Les spéculations autour de Mithra se dégonflent depuis fin août. Ce qui n’est pas au goût de la société pharma. Elle tente de rassurer les investisseurs à grand renfort de lyrisme.

Don’t Panic. Face à la récente chute de son action en Bourse (-36,77% depuis le 23 août), Mithra Pharmaceuticals a décidé de sortir la lance d’incendie en publiant un communiqué pour faire le point sur ses différents programmes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que le ton utilisé est très enthousiaste. "Mithra est idéalement placée pour lancer sur le marché à court et moyen terme deux produits à fort potentiel, basés sur notre plate-forme innovante E4", y explique son patron François Fornieri. D’aucuns diront que c’est sa marque de fabrique, qui plaît aux investisseurs.

Les deux blockbusters cités sont l’Estelle et le Donesta. Le premier est une pilule contraceptive de cinquième génération, pour laquelle la société vise des ventes équivalentes à la pilule Yaz (1,2 milliard d’euros). Mithra rappelle dans son communiqué que plusieurs contrats de licence ont été signés pour l’Europe, le Japon, le Canada, la Corée du Sud, le Brésil et la Russie. Dernier exemple en date, l’accord conclu avec la société hongroise Gedeon Richter. Qualifié du "plus important de l’histoire de Mithra", il prévoit notamment le paiement d’une avance de 35 millions d’euros et des paiements d’étape additionnels pouvant atteindre 20 millions d’euros. "Les récentes données positives de la phase III ont également accru l’intérêt de partenaires potentiels sur d’autres marchés clés aux États-Unis et en Asie, y compris en Chine et en Amérique du Sud", signale la société. Pour mémoire, les résultats de la phase III réalisée aux États-Unis et au Canada sont attendus pour ce quatrième trimestre.

Le second potentiel blockbuster de Mithra, le Donesta, est un traitement contre les effets négatifs de la ménopause. Ce marché pourrait valoir environ 16 milliards de dollars par an d’ici 2025. Selon la société, les préparatifs pour la phase III sont en cours. "La soumission réglementaire est attendue pour le second semestre 2019", prévoit-elle, indiquant également que plusieurs discussions ont démarré avec de potentiels partenaires de développement.

Une trésorerie améliorée

En parallèle, "Mithra est convaincue que la recherche d’indications supplémentaires, tant pour Estelle que pour Donesta, peut apporter une valeur ajoutée considérable". Un autre communiqué doit être publié à ce sujet. Le but est d’étendre le portefeuille de propriétés intellectuelles.

Le groupe fait également le point sur sa trésorerie. Au 30 juin 2018, elle s’élevait à 85,8 millions d’euros. Mais la vente du portefeuille belge de médicaments génériques et le contrat signé avec Gedeon Richter ont "considérablement amélioré" la trésorerie. "Avec des blockbusters sur des marchés aux besoins non satisfaits, une situation financière solide, (…) et un potentiel pour de nouveaux partenariats lucratifs, nous pensons que nous sommes particulièrement bien placés pour une croissance continue", conclut François Fornieri.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content