Nagelmackers relève son exposition aux actions défensives

©BELGA

La guerre commerciale a occupé une grande partie de la présentation des perspectives marchés pour le second semestre de Nagelmackers.

Olivier Colsoul, économiste senior à la banque Nagelmackers, souligne que les conséquences d’une intensification de cette dispute pourraient être douloureuses pour l’ensemble des économies. "Il est toutefois heureux que les menaces de Donald Trump n’aient pas toujours été suivies de mesures concrètes depuis deux ans", note-t-il. Les exportations américaines et chinoises ont déjà fortement piqué du nez et les nouveaux tarifs vont toucher plus directement les consommateurs américains. "Les marchés financiers ont déjà fortement corrigé depuis les plus hauts atteints en avril et les derniers chiffres de l’économie américaine ont renforcé le scepticisme des marchés obligataires, qui intègrent désormais trois baisses de taux d’ici mars 2020", précise Olivier Colsoul, pour qui un ralentissement global trop prononcé devrait être évité, notamment grâce à la Chine qui continuera à stimuler son économie.

"Les marchés sont très nerveux, avec une occurrence élevée de mouvements importants et imprévisibles."
Christofer Govaerts
stratégiste senior banque nagelmackers

Christofer Govaerts, stratégiste senior chez Nagelmackers, constate que la hausse des marchés boursiers durant le premier trimestre a été principalement alimentée par les programmes de rachat d’actions. "La liquidité reste un point d’attention pour tout le monde, notamment sur les futures du S & P 500 où le niveau reste particulièrement faible. Les marchés sont également extrêmement nerveux, avec une occurrence élevée de mouvements importants et imprévisibles."

"20% sur l’immobilier"

Il pense néanmoins que l’environnement reste globalement favorable à une prise de risque et il surpondère les actions (notamment dans les pays émergents) avec une position de cash élevée afin de pouvoir profiter d’une correction éventuelle.

Les gestionnaires spécialisés en moyennes capitalisations européennes, Rik Dhoest et Pascale Nachtergaele, ont mis cinq titres en avant dans leur sélection, dont deux valeurs belges. "Nous avons relevé notre exposition sur des sociétés plus défensives, avec notamment 20% sur le secteur immobilier", soutiennent-ils. Jensen Group (objectif: 40 euros) est ainsi apprécié pour son profil de croissance et les perspectives favorables dans les machines à laver industrielles, tandis que la valorisation est redevenue raisonnable suite à la correction intervenue en 2018.

VGP (objectif: 85 euros) fait également partie des actions préférées, en raison d’une forte croissance attendue pour l’immobilier de logistique, tandis que la joint-venture avec Allianz a permis de réduire les incertitudes liées au développement des actifs logistiques. Parmi les autres valeurs préférées figurent Basic Fit (objectif: 34 euros) en raison son profil de croissance rapide, Sopra Steria (objectif: 135 euros) pour son potentiel de redressement dans le domaine des services informatiques, et Lagardère (objectif: 27 euros) avec son plan de transformation stratégique qui devrait permettre de dégraisser le spectre d’activités tout en réduisant la cyclicité.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect