Objectif: 2.000 dollars?

©REUTERS

L'or figure parmi les grands gagnants du premier semestre avec une hausse de 17%.

Alors que l’indice BEL 20 de la Bourse de Bruxelles a perdu plus de 15% au cours des six premiers mois de l’année, l’once d’or en a gagné 17%. Le métal jaune a pleinement joué son rôle de valeur refuge en ces temps troublés de crise sanitaire. Les tensions géopolitiques (Chine-USA, Hong-Kong…), la faiblesse des taux d’intérêt et la planche à billets des banques centrales qui pourrait faire grimper l’inflation ont fait le reste.

+17%
La hausse de l'once d'or au cours du premier semestre.

L’once d’or qui s’échange actuellement à 1.770 dollars environ a pour premier objectif de passer durablement les 1.800 dollars. Et ensuite, ce sera le cap des 2.000 dollars, si l’on en croit pas mal d’analystes. Robert Minter, stratégiste d’Aberdeen Standard Investments, est de ceux-là. Il prévoit un tel niveau de 2.000 dollars dans les 12 prochains mois, même en l’absence d’une deuxième vague importante de Covid-19.

Il souligne que l’intérêt pour le métal jaune va bien au-delà des acheteurs traditionnels. Les fonds de pension s’intéressent notamment au métal précieux. Par ailleurs, l’an dernier, ce sont pas moins de 26 banques centrales qui ont acheté de l’or. Ces achats officiels ont atteint leur plus haut niveau depuis les années 70.

 Sur les marchés, l'once d'or vient d'afficher sept trimestres de gains. Cela n'était plus arrivé depuis 2011.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés