On paie pour prêter à l'État belge pour 5 ans

©Photo News

Lundi, pour la toute première fois, l’Agence de la dette a obtenu un taux d’intérêt moyen négatif lors d’une émission d’OLO d’une maturité de cinq ans.

Les investisseurs paient pour placer leur argent auprès de l’État belge pour une durée allant jusqu’à cinq ans. Lundi, pour la première fois de son histoire, l’Agence de la dette a obtenu un taux d’intérêt négatif en émettant des obligations linéaires (OLO), c’est-à-dire des titres de dette de plus d’un an. Selon son communiqué, une adjudication d’OLO d’une maturité de cinq ans a permis de lever 1,043 milliard d’euros à un taux d’intérêt moyen de -0,056%.

Cette situation est la conséquence du programme d’achats de la Banque centrale européenne (BCE), qui consiste à acquérir notamment des obligations gouvernementales pour faire pression sur les taux dans le but de relancer le crédit, l’investissement et l’inflation.

"Si le Bund à dix ans tombe à -0,20%, on pourrait voir un taux belge à dix ans à zéro."
Alexandre De Groote
Petercam Institutional Bonds

Pour l’État belge, un taux à cinq ans négatif sur le marché primaire (où l’on émet de nouvelles obligations), "c’est historique", réagissait lundi Jean Deboutte, directeur à l’Agence de la dette. Des OLO à dix ans ont également été émises, pour un montant de 1,76 milliard d’euros, à un taux moyen de 0,343%. Ici aussi, il s’agit d’un plancher historique.

Faut-il pour autant s’attendre, à l’avenir, à voir les taux d’intérêt basculer en territoire négatif pour des maturités supérieures à cinq ans? "Il est vrai que, sur le marché secondaire, le taux des OLO à six ans n’est que de 0,01%", constate Jean Deboutte. Les rendements négatifs "avancent donc dans la courbe des taux", reconnaît-il. "Mais il est difficile de prévoir si ce phénomène va continuer ou s’arrêter."

Bon pour le budget

La Belgique avait déjà emprunté à taux négatif pour des maturités inférieures à un an. Depuis septembre 2014, l’État belge bénéficie systématiquement de taux d’intérêt négatif pour ces échéances courtes.

©MEDIAFIN

Mais verra-t-on un jour des OLO à dix ans à taux négatif? "Actuellement, le différentiel entre les taux de l’OLO et du Bund à dix ans s’est stabilisé à 25 points de base (0,25 point de pourcentage, NDLR)", explique Alexandre De Groote (Petercam Institutional Bonds). "Or, la BCE s’impose de ne pas acheter d’obligations offrant un taux inférieur à celui de sa facilité de dépôt, qui est à -0,20%." On peut donc supposer que le taux du Bund à dix ans ne descendra pas plus bas que -0,20%. "S’il tombe à ce niveau et que le différentiel entre taux belge et allemand se réduit, on pourrait voir un taux belge à dix ans à zéro voire légèrement négatif."

En attendant, l’évolution récente des taux a permis à l’État d’emprunter à des conditions très avantageuses, ce qui bénéficie aux finances publiques. Le taux d’intérêt moyen pondéré de l’ensemble de la dette belge est ainsi passé de 3,10% fin février à 2,90% actuellement. Cela se traduira par une baisse de la charge de la dette, un bénéfice estimé à plusieurs centaines de millions d’euros cette année. Et comme les investisseurs se reportent sur des titres à plus long terme, la Belgique a vu la maturité moyenne de sa dette monter à 7,64 ans fin mars. L’Agence de la dette prévoit qu’elle pourrait s’approcher de 8 ans à l’avenir. Encore une bonne nouvelle pour le Trésor.

[Suivez Philippe Galloy sur Twitter en cliquant ici]

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés