Publicité

Pas de répit pour Evergrande, à deux doigts d'un défaut

Evergrande n'a pas réussi à vendre des parts d'une filiale malgré l'intervention des autorités de la province de Guangdong, où se situe Shenzhen, ville où est localisé le siège du groupe. ©REUTERS

De retour en bourse, Evergrande a chuté de plus de 12% après avoir échoué à vendre une de ses filiales. Le groupe immobilier chinois risque un défaut samedi.

Le dossier Evergrande semble plus mal embarqué que jamais. Jeudi, l'action du groupe immobilier chinois a plongé de plus de 12% en Bourse de Hong Kong après l'annonce de l'échec de la vente d'une participation majoritaire dans sa filiale Evergrande Property Services à Hooplife, une filiale de Hopson Development Holdings, un autre promoteur immobilier chinois. "L'entreprise a exercé son droit d'annulation/résiliation", indique Evergrande dans un communiqué publié mercredi.

83,5
millions $
Evergrande doit payer 83,5 millions de dollars d'intérêts sur un emprunt obligataire pour samedi au plus tard.

Cette transaction aurait permis de rapporter 20,04 milliards de dollars hongkongais (2,6 milliards de dollars ou 2,2 milliards d'euros) au numéro deux de l'immobilier chinois, en grande difficulté financière. Cet argent était censé lui apporter un peu de répit. Il aurait déjà dû payer 83,5 millions de dollars d'intérêts sur un emprunt obligataire le 23 septembre. Pour ce paiement, une période de grâce de 30 jours expire samedi. Si les créanciers ne perçoivent pas leur dû à cette date, ils pourront enclencher une procédure aboutissant à un constat d'insolvabilité du géant chinois de la brique.

Les affaires périclitent

Des dirigeants politiques de la province de Guangdong, où se situe Shenzhen, ville où est localisé le siège d'Evergrande, avaient tenté d'intercéder en faveur du groupe immobilier dans les négociations avec Hopson, mais sans succès, a appris l'agence d'informations financières Bloomberg.

"Il n'y a pas de garantie que le groupe sera capable d'assumer ses obligations financières."
Evergrande

La cotation de l'action Evergrande avait été suspendue dans l'attente d'une annonce au sujet de la vente de 50,1% de sa filiale de gestion immobilière. Dans le communiqué annonçant son retour à la cote, le promoteur chinois constate qu'"il n'y a pas eu de progrès concrets sur la vente d'actifs du groupe". "Au vu des difficultés, défis et incertitudes dans l'amélioration de ses liquidités, il n'y a pas de garantie que le groupe sera capable d'assumer ses obligations financières", avertit-il.

Evergrande est donc plus mal en point que jamais. D'autant plus que, d'après Bloomberg, ses affaires continuent à péricliter: en septembre et octobre, le groupe chinois aurait conclu des contrats pour un montant total de 3,65 milliards de yuans (570 millions de dollars ou 490 millions d'euros), contre 142 milliards de yuan sur une période comparable en 2020.

Les autorités rassurent

Pour les investisseurs, la question qui se pose surtout est celle des conséquences d'un défaut d'Evergrande, une issue qui semble de plus en plus inévitable, compte tenu de la dette colossale de 300 milliards de dollars (plus de 250 milliards d'euros) du groupe. Sur le marché immobilier chinois, les prêteurs sont en train de faire le tri.

Selon Bloomberg, les promoteurs dont les bilans financiers sont les plus fragiles voient leurs coûts d'emprunt augmenter sensiblement. Trois d'entre eux ont fait défaut ce mois-ci et deux autres pourraient suivre dans les prochains jours, sans compter Evergrande qui frôle la faillite. Les taux d'intérêt des obligations les plus spéculatives du secteur ont dépassé 20%.

Les autorités chinoises rassurent au sujet des conséquences d'une faillite d'Evergrande.

Par contre, les groupes immobiliers chinois les plus solides, tels que Longfor Group Holdings et Country Garden Holdings , ont vu leur cours de bourse grimper jeudi. Et pour cause: les autorités rassurent au sujet de l'effet d'une déconfiture d'Evergrande. Yi Gang, gouverneur de la Banque populaire de Chine, la banque centrale chinoise et le vice-Premier ministre chinois, Liu He, ont affirmé que les risques liés à l'immobilier du pays pouvaient être maîtrisés. Jeudi, le régulateur bancaire chinois a assuré qu'il n'y aurait pas d'impact majeur sur le secteur financier.

Le résumé

  • La situation d'Evergrande se détériore. Le promoteur chinois est au bord d'un défaut et ses affaires sont au plus mal.
  • Il n'est pas parvenu à conclure la vente d'une participation majoritaire dans une filiale.
  • Sur les marchés, les groupes immobiliers chinois sont désavoués ou soutenus, selon la solidité de leur bilan.
  • Les autorités chinoises rassurent sur les conséquences d'une faillite.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés