nécrologie

Paul Volcker, la première "rockstar" des banquiers centraux (1927-2019)

L'ancien président de la Réserve fédérale, qui a combattu une inflation galopante dans les années 1980 et inspiré des réformes difficiles à Wall Street, est décédé ce dimanche à l'âge de 92 ans.

Figure historique de la finance aux États-Unis, Paul Volcker est le premier à avoir conféré le statut de célébrité au poste de banquier central lorsqu'il était président de la Réserve fédérale américaine (Fed) de 1979 à 1987. Comme pour l'homme qui lui a succédé, Alan Greenspan, Volcker pourrait apaiser ou exciter les marchés financiers avec juste un vague murmure.

L'homme en soi était déjà un mythe. Il mesurait 2,03 mètres, fumait des cigares bon marché, portait de vieux costumes et parlait avec un baryton grondant, créant une mystique qui intimidait les membres du Congrès et même les présidents. Une partie de son aura de pouvoir était due à la nature inhabituelle de la Fed - les gouverneurs de la banque centrale, bien que nommés par le président et supervisés par le Congrès, ne sont en fait responsables devant personne.

Terrasser le dragon "inflation"

Nommé à la tête de la Fed par le président démocrate Jimmy Carter, puis reconduit par le républicain Ronald Reagan, il est surtout connu pour avoir relevé plusieurs fois le principal taux directeur de la banque central dès le début de son mandat. À l'époque, l'inflation - que Volcker définissait comme "trop d'argent courant après trop peu de biens" - caracole alors au rythme annuel de 13%. Pour la juguler, il va faire grimper les taux d'intérêt de 11% à 20%.

"Sans la ténacité et les tripes de Paul Volcker, nous n'aurions peut-être jamais brisé l'emprise de l'inflation croissante et de la baisse de la productivité qui ont frappé les États-Unis dans les années 1970"
Arthur Levitt
l'ancien président de la SEC

Ce sévère tour de vis ne se fera pas sans douleur et s'accompagnera d'une récession, qui lui vaudra des attaques féroces. Les concessionnaires automobiles lui envoient des clés de voiture dans des cercueils, les agriculteurs étranglés de dettes encerclent le siège de la banque centrale de leurs tracteurs.

Mais cet intellectuel pragmatique et entêté ne cède pas: "rien ne le stimule intellectuellement davantage qu'une crise", disait de lui son épouse Barbara.

La règle Volcker

Dans les années 2000, Paul Volcker a acquis une nouvelle notoriété quand il devient le principal conseiller financier du président Barack Obama alors que les États-Unis subissent la crise économique la plus profonde depuis la Grande Dépression des années 1930.

Pour aider l'économie américaine à se redresser, il propose alors d'empêcher les banques de faire des investissements à haut risque avec l'argent des déposants. Ce dispositif, que l'on a appelé la règle Volcker, a toutefois perdu sa substance sous les efforts de dérégulation de l'administration Trump.

un record de 20,5% en mai 1981. 

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés