Plancher historique pour les bons d'Etat

©Photo News

Les bons d'Etat viennent de connaître leur pire campagne de souscription de l'histoire et leur plus faible montant total levé en un an.

Le bon d'Etat n'avait jamais été aussi peu en forme. La campagne de souscription qui s'est clôturée vendredi dernier n'a permis de lever que 2,73 millions d'euros, a annoncé l'Agence de la dette ce lundi. Il s'agit du plus faible montant jamais enregistré au terme d'une campagne de bons d'Etat depuis que ce placement destiné aux particuliers est proposé par l'Etat belge.

Le précédent plancher remontait à juin 2015, quand le bon d'Etat avait rapporté 3,02 millions d'euros.

En 2017, ces titres de dette proposés aux Belges tous les trimestres n'ont rapporté que 19,55 millions d'euros à l'Etat, ce qui fait de cette année la pire de l'histoire des bons d'Etat.

Pourquoi ce placement n'attire-t-il plus? Depuis 2012, les taux d'intérêt auxquels l'Etat belge peut refinancer sa dette sur les marchés internationaux ont fortement diminué, sous l'impulsion de la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE). Cette dernière a, tout d'abord, réduit ses taux directeurs à des niveaux historiquement bas puis a procédé, ensuite, à des achats d'actifs, notamment des obligations gouvernementales, ce qui a contribué à comprimer les taux d'intérêt de celles-ci.

Ayant accès à des prêts à taux très faibles sur le marché des obligations, l'Etat belge ne peut se permettre d'offrir davantage aux particuliers via les bons d'Etat.

Le bon d'Etat à dix ans qui était proposé durant la campagne qui vient de s'achever affichait un taux d'intérêt de 0,50% brut, soit 0,35% net. C'est un peu mieux que beaucoup de comptes d'épargne mais il s'agit d'un placement pour dix années...

De plus, l'inflation a atteint 2,07% en novembre en Belgique, selon le service public fédéral de l'Economie, ce qui réduit encore l'intérêt d'opter pour des placements aussi peu rémunérateurs puisque le rendement offert ne permet pas de compenser l'érosion monétaire. Selon le Bureau du Plan, les prix à la consommation devraient enregistrer une hausse de 2,1% cette année.

Dans le plan de financement de 2017, l'Agence de la dette avait tablé sur des rentrées de 250 millions d'euros en provenance des bons d'Etat. Le montant effectivement levé n'atteint même pas 8% de l'objectif. Mais cela ne posera pas de problème à l'Etat belge puisque celui-ci avait levé 550 millions d'euros de plus que prévu par le biais des obligations linéaires (Olo), titres de dette destinés en priorité aux investisseurs institutionnels.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect

Messages sponsorisés

n