Pour certains, les Bourses auraient atteint un point d'inflexion

©AFP

Le bilan de la semaine

Cela sent la détente sur les marchés. En particulier en Europe, où les Bourses ont repris du poil de la bête. Des indices comme le CAC 40 de Paris ou le DAX 30 de Francfort affichent des gains proches de 2% sur la semaine. La Bourse de Bruxelles n’a pas été en reste. Son indice Bel 20 a repris 1,89% à 3.709,56 points.

Le Stoxx 600 paneuropéen a de son côté limité ses gains à 1,1% à 377,85 points. Cette "pauvre" performance du Stoxx 600 est à mettre sur le compte des valeurs britanniques qui constituent la plus forte composante (environ 30%) de l’indice. À Londres, où la Banque d’Angleterre a laissé jeudi son taux directeur inchangé, le FT 100 n’a gagné que 0,36%.

Reprise émergente

Cette détente en Europe a été de pair avec une remontée des places boursières émergentes. Après être tombé juste sous les 1.000 points dans la matinée de mardi – soit une chute de 21% depuis le pic de janvier – l’indice MSCI Emergent a ensuite repris le chemin de la hausse sans interruption, pour se rapprocher des 1.020 points en fin de semaine.

Certes, ce n’est pas la première fois que cet indice fait mine de se redresser. "Il y a toutefois des raisons de penser que la correction de ces marchés est terminée, estime Frédéric Rollin, senior investment advisor chez Pictet A.M. (Paris). La Chine, explique-t-il, a une fois de plus ouvert le robinet monétaire afin de compenser les effets des droits de douane appliqués par les Etats-Unis. Cette stimulation pourrait de plus s’accompagner d’une expansion des dépenses publiques qui accentuerait la croissance économique, une perspective que les actions des marchés émergents n’ont pas encore prises en compte."

Dollar en repli

Les Bourses émergentes ont été soutenues dans leur mouvement de reprise par la baisse du dollar ces derniers jours. Face à un panier de 10 devises parmi lesquelles on trouve la roupie indienne, le peso mexicain ou encore le yuan chinois, le billet vert vient de connaître sa plus mauvaise semaine depuis février. Il s’est replié de 1%. Contre l’euro, il a reculé de 0,7%. La monnaie européenne a fini la semaine à 1,167 dollar.

Les cambistes sont de plus en plus nombreux à estimer que la hausse du dollar est derrière nous et qu’il fait face à un risque de correction. Dans le même temps, l’euro a bénéficié du rebond de la livre turque jeudi après le relèvement du taux directeur de la Banque centrale turque à 24%. On se rappellera que l’euro avait souffert au mois d’août de risques de contagion de la crise turque aux institutions bancaires du Vieux Continent.

BCE confiante

Autre élément, et non des moindres, qui a procuré du soutien à l’euro, la confiance affichée par la Banque centrale européenne (BCE) par rapport à la situation économique de sa zone. Elle lui permet de confirmer la réduction de moitié de ses rachats d’actifs dès le mois d’octobre. Cela s’est traduit par une petite hausse des rendements des obligations d’États. Le rendement à 10 ans du Bund allemand est passé de 0,386% à 0,44% d’un vendredi à l’autre. Celui de l’OLO belge de maturité équivalente, de 0,73%, à 0,78%.

Pour que les Bourses dans le monde puissent confirmer leur remontée dans les semaines à venir, il faudra impérativement que la Chine et les Etats-Unis parviennent à un accord sur le front de leurs échanges commerciaux. "Ce que les marchés attendent désormais, ce sont les développements dans la politique commerciale américaine", disent les analystes de la banque Mizuho Securities.

Jusqu’à ce jour, les tensions commerciales entre les Etats-Unis et ses partenaires n’ont guère traumatisé les investisseurs à la Bourse de New York. L’indice S&P 500 reste scotché tout près de son plus haut historique du 29 août dernier (2.914,04 points). Il affichait, à vendredi 19h, un gain hebdo de 1,2% à 2.906 points. À observer l’indice DJ des actions du transport – un indice considéré comme précurseur de l’évolution future de Wall Street – qui a atteint un sommet historique au début de la semaine (11.554 points), le Dow Jones des 30 valeurs industrielles devrait être en mesure de réaliser prochainement une telle performance. Cette semaine, il a gagné 1,1% à 26.203 points.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Contenu sponsorisé

Partner content