Pourquoi des obligations américaines à 50 ans?

Janet Yellen, future secrétaire du Trésor américain, a évoqué l'émission d'obligations à très long terme. ©REUTERS

La future secrétaire du Trésor américain a évoqué la possibilité d'émettre des obligations à très long terme pour profiter des taux bas actuels.

Les États-Unis envisagent d'émettre des obligations à 50 ans. Janet Yellen, la future secrétaire au Trésor américain, a évoqué cette possibilité lors de son audition devant les sénateurs du pays. L'annonce est survenue alors qu'en Europe, la France vient juste d'émettre une obligation à 50 ans à un taux de 0,595% et levé 7 milliards d'euros. Le pays a connu une demande importante pour cette échéance, avec un carnet d'ordres qui a dépassé 75 milliards d'euros.

"Janet Yellen a déclaré que le monde a changé, signalant que même avec plus de dette, le fardeau de celle-ci a diminiué en raison de la faiblesse des taux d'intérêt qui, selon elle, dureront longtemps."
Frank Vranken
Responsable de la stratégie chez Puilaetco

"Janet Yellen a déclaré que le monde avait changé, signalant que même avec plus de dettes, le fardeau de celle-ci a diminué en raison de la faiblesse des taux d'intérêt qui, selon elle, dureront longtemps. Il n'est peut-être pas surprenant qu'elle ait mentionné qu'elle n'exclut pas l'émission d'obligations d'État ultra-longues avec une échéance de 50 ou 100 ans", a constaté Frank Vranken, responsable de la stratégie chez Puilaetco.

Profiter des taux bas

Le point commun entre la France, mais aussi la Belgique et les États-Unis s'avère la persistance des taux d'intérêt au plancher. La France et la Belgique ont déjà profité de cette période pour émettre de la dette à long terme. L'hexagone a déjà émis trois autres obligations à 50 ans depuis 2005. La Belgique a émis une obligation à 100 ans pour 100 millions d'euros en 2016, avec un rendement de 2,3%. Le pays a aussi émis la même année une échéance à 50 ans.

Les investisseurs, confrontés à une faiblesse des taux d'intérêt, plébiscitent ces obligations à long terme, qui offrent encore un rendement positif. Les analystes observent que malgré des rendements en baisse même sur les longues échéances, les investisseurs répondent toujours présents. En 2016, la France avait émis une obligation à 50 ans à un taux de 1,923%. Sa dernière émission d'une telle échéance offre un taux de 0,595%.

"Pour les Etats-Unis, ce serait une véritable nouveauté d'émettre de la dette à très long terme."
Frank Vranken
Responsable de la stratégie chez Puilaetco

"Alors qu'en 2016, les investisseurs avaient tendance à penser que l'environnement de taux bas ne durerait pas, visiblement avec le temps, ils se sont acclimatés à cet environnement et ont le sentiment que les taux bas vont être là pour très longtemps, c'est pourquoi ils n'ont plus peur d'investir à aussi long terme" a indiqué Anthony Requin, directeur de l'Agence France Trésor.

"L'Autriche a émis une obligation de 100 ans tandis que la France a récemment émis une obligation de 50 ans et les deux se négocient autour de 50 points de base. Pourquoi ne pas émettre de dettes à très long terme à ces niveaux? Pour les États-Unis, ce serait une véritable nouveauté de le faire", relève Frank Vranken.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés