Première baisse mensuelle des marchés en trois mois

©AFP

Le climat d'inquiétudes qui pèse sur la zone euro ne s'est pas dissipé et les valeurs bancaires et financières ont subi la vindicte des investisseurs. Au point que l'indice Stoxx 600 a perdu 1,55 % sur le mois de novembre, sa première perte depuis août.

Après avoir repris un peu de hauteur en début de séance ce mardi, au lendemain d'un plus bas de 8 semaines, les marchés d'actions ont à nouveau cédé au doute. L'aide financière apportée à l'Irlande par ses partenaires européens "fait gagner du temps", mais ne résoud pas les problèmes du pays, a estimé le chef du fonds Pimco, un gros investisseur en obligations d'Etat, dans un entretien au quotidien Handelsblatt publié mardi.

Vers 18h00, l'euro s’orientait à la baisse mardi, perdant près de 8% de sa valeur contre le billet vert ce mois-ci, après être brièvement tombé sous 1,30 dollar (1,2969 USD vers 14h30) pour la première fois depuis la mi-septembre. La monnaie unique se dépréciait également face à la devise nippone à 108,85 yens contre 110,56 yens la veille, après être tombé à 108,35 yens, un plus bas depuis le 15 septembre.

"Si l'intention du paquet d'aide à l'Irlande de ce week-end était de signifier aux marchés que les ministres européens étaient à la hauteur du défi posé par la crise actuelle, la réaction tend à prouver que cela a lamentablement échoué", a estimé Michael Hewson, de CMC Marketings. Preuve de ces craintes persistantes, les taux de rendement des obligations d'Etat de l’Espagne et du Portugal restaient fortement tendus mardi.

Les responsables politiques et monétaires européens ne parviennent plus semble-t-il à enrayer la tendance de marchés qui testent leur détermination à aider financièrement des pays endettés. Mais ce ne sont désormais plus uniquement les pays périphériques qui sont attaqués puisque les coûts d'emprunt de la Belgique et de la France ont également augmenté.

Les investisseurs américains et britanniques ont nettement réduit leur exposition aux obligations de la zone euro ce mois-ci, privilégiant les marchés d'actions, en dépit de leur faiblesse.

Les spreads des obligations à 10 ans espagnoles , italiennes et belges par rapport aux obligations allemandes de même échéance ont atteint leur plus haut niveau depuis la création de l'euro en janvier 1999, et le coût de l'assurance contre l'insolvabilité de ces Etats a également grimpé.

"Objectivement, sur la base des fondamentaux de l'Italie, la réaction semble excessive, mais le marché est en panique, ce qui pourrait vouloir dire que la crise de confiance en l'euro est entrée dans une phase plus dangereuse" pouvant obliger la BCE à intervenir, analyse Marco Valli, chef économiste pour la zone euro d'UniCredit. Le marché ne croit pas cependant, selon lui, à la nécessité pour l'Italie d'avoir recours à un plan d'aide, étant donné le poids de son économie et de sa dette.

L'Italie croule en effet sous une des dettes publiques les plus élevées du monde, représentant près de 120% de son PIB.
Malgré cette dette, Rome avait réussi jusqu'à présent à rassurer les marchés en limitant la progression de son déficit public et en adoptant en juillet une cure d'austérité devant lui permettre de ramener ce déficit à 2,7% en 2012.

Le Dax de la Bourse de Francfort a clôturé en baisse de 0,14% à 6.688,49 points, des indicateurs américains positifs n'ayant pu compenser l'inquiétude ambiante sur la dette en zone euro. A Londres, l'indice Footsie-100 des principales valeurs a perdu 22,68 points, soit 0,41% par rapport à la clôture de lundi, à 5.528,27 points. L'AEX amstellodamois s'est déprécié de 0,69 % à 327,41 points. Le CAC 40 a terminé en baisse (-0,73%), juste au-dessus des 3.600 points (3.610,44 points), de nouveau pénalisé par le secteur bancaire.

Dans ce contexte, l'indice paneuropéen DJ Stoxx 600 a relâché 0,13 % à 261,83 points, enregistrant sa première chute en rythme mensuel (-1,55 %) depuis le mois d'août dernier. Les valeurs des assurances ont signé les reculs sectoriels les plus importants, avec un repli de 1,38 % pour l'indice DJ Stoxx 600 de référence. A l'inverse, les valeurs liées aux producteurs de matières premières (+1,10%) ont emmené les meilleures progressions sectorielles.

A Bruxelles, l'indice Bel 20 est retombé de 0,60 % à 2.506,13 points. Les financières étaient évidemment en berne. Ageas a corrigé de 2,98 % à 1,76 euro après avoir perdu 6 % en séance, signant ainsi sa plus longue série baissière depuis six mois. Dexia a abandonné 3,82 % à 2,82 euros tandis que KBC a rétrogradé de 1,73 % à 27,02 euros. Colruyt, qui publie ses résultats après Bourse ce mardi, a gagné 0,39 % à 38,49 euros.



AGENDA


  • ZONE EURO

- L'inflation est restée stable en novembre dans la zone euro, à 1,9% sur un an, selon une première estimation publiée mardi par l'office européen des statistiques Eurostat. Elle avait accéléré à 1,9% en octobre, après 1,8% en septembre. Elle avait auparavant fait une petite pause en août, à 1,6% après 1,7% en juillet.

- Le nombre de chômeurs en Allemagne a poursuivi sa décrue au mois de novembre, selon des chiffres publiés mardi, mais le mouvement pourrait s'essouffler, moins du fait de la conjoncture que de facteurs démographiques.

  • ALLEMAGNE

Le nombre de chômeurs en Allemagne a poursuivi sa décrue au mois de novembre, selon des chiffres publiés mardi, mais dans des proportions trop faibles pour faire bouger le taux de chômage brut, resté stable à 7%.

  • ETATS-UNIS

La confiance du consommateur américain a progressé davantage que prévu en novembre, et atteint son plus haut niveau depuis juin 2010, notamment grâce à une amélioration du marché de l'emploi, selon l'indice de l'organisation patronale Conference Board publié mardi. Cet indice ressort à 54,1 en novembre contre 49,9 (révisé de 50,2) en octobre. Les analystes interrogés par Reuters l'attendaient à 52,6. L'indice des anticipations ressort à 74,2 contre 67,5 (révisé de 67,8) le mois dernier, et touche son plus haut niveau depuis mai 2010. L'indice d'évaluation de la conjoncture du moment est remonté à 24,0 après 23,5 (révisé de 23,9) en octobre. La proportion de ceux qui trouvent qu'un emploi est difficile à trouver atteint 46,5%, alors qu'ils étaient 46,3% à penser cela un mois plus tôt, tandis que celle des personnes jugeant qu'il est facile de décrocher un emploi est passée de 3,5% à 4,0%.

La croissance de l'activité économique s'est nettement accelérée en novembre dans la région de Chicago pour atteindre son plus haut niveau depuis avril 2010, selon l'indice des directeurs d'achats (PMI) de la région publié mardi. Il ressort à 62,5 en novembre contre 60,6 en octobre. Il était attendu à 60,0. Un chiffre supérieur à 50 traduit une expansion de l'activité. La composante des commandes nouvelles ressort à 67,2 contre 65,0 en octobre, soit son plus haut niveau depuis mai 2007, et celle de l'emploi s'établit à 56,3 contre 54,6.

- Audition à la Chambre des Représentants sur l'assouplissement quantitatif de la Fed (20h)


VALEURS

AGEAS
- Rabo Securities a réduit son avis sur la valeur à 2,50 euros contre 3,20 euros. L'avis passe à "conserver" contre "acheter" avant.

COLRUYT
- Le groupe de distribution basé à Halle est attendu sur ses résultats semestriels. Le chiffre d’affaires devrait ressortir en hausse de 7,5 % à 174,7 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année.

GDF SUEZ
- Le groupe français d'énergie GDF Suez va construire une centrale électrique dans le sud du Pérou, pour un investissement de 200 millions de dollars (151 millions d'euros).

DEXIA
- Goldman Sachs a ajouté Dexia à sa liste de valeurs européennes recommandées à l'achat.

ALFACAM
- Alfacam a annoncé que son chiffre d’affaires serait gonflé de 5,5 millions d’euros suite à la vente d’un second car régie. Alfacam avait déjà annoncé la vente d’un véhicule similaire il y a quelques semaines. Les deux opérations représenten une marge bénéficiaire de 3 millions d’euros.

RHJ INTERNATIONAL
- Le holding RHJ International a fait état d’une perte nette de 78,1 millions d’euros sur les six premiers mois de son exercice en cours, contre un bénéfice net de 301,6 millions d’euros un an avant.

REALDOLMEN
- KBC Securities a réduit son objectif de cours sur la valeur à 19 euros contre 23 euros avant.

IMMO MOURY
- Immo Moury SCA a annoncé l’achat d’un bâtiment commercial à Angleur pour un montant de 140.000 euros.
- Résultats 1S 2010/2011

PAIRI DAIZA
- Résultats 1S 2010/2011 (16h30).

EPIQ
- Offre de rachat par Elex à 1,75 euro par action. L’offre court jusqu’au 3 décembre.

WEB
- Augmentation de capital avec droit de préférence. Jusqu’au 1er décembre.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés