Primes élevées en cas de rachat de biotechs

©BELGA

D'après une enquête de BiotechBourse, 2019 est une très bonne année pour les primes de rachat des sociétés biotechnologiques cotées. Par contre, le nombre de fusions et acquisitions est relativement faible.

Investir dans les biotechs en espérant un OPA (offre publique d'acquisition), un bon plan? Bon nombre d'investisseurs se laissent tenter par des actions du secteur biotechnologique à cause de la possibilité d'une future offre d'acquistition qui doperait la valeur de ces titres. Les résultats d'une étude réalisée par BiotechBourse, publiés ce mardi, montrent que ces opérations sont rares mais lucratives.

D'après cette enquête, depuis le début de cette année, il y a eu peu de fusions et acquisitions dans le secteur biotech mais que les primes consenties à ces occasions ont été élevées. Au point de vue du nombre d'opérations de M&A (merger & acquisition), "l'année 2019 est très en-dessous de la moyenne du nombre de M&A de biotechs cotées depuis 2008", constate le site spécialisé dans les actions biotech. "Après un très bon premier trimestre, le deuxième trimestre a été le plus mauvais depuis 2008."

Prime moyenne de 86%

Par contre, lorsqu'une OPA est lancée sur une biotech, le montant proposé est plus élevé que les années précédentes. "Les montants de M&A de biotechs cotées (106,7 milliards de dollars) cette année sont déjà similaires au total annuel des trois années précédentes", relève BiotechBourse.

63%
Prime médiane
La prime médiane en cas d'OPA sur une biotech s'élève à 63% cette année, contre 51% depuis 2008. Contrairement à la moyenne, la médiane permet de mieux cerner la valeur centrale des primes, en excluant les valeurs extrêmes.

Cela se traduit par des primes élevées par rapport au cours de Bourse des sociétés visées par une offre. En moyenne, en 2019, la prime par rapport au cours de clôture précédant l'OPA s'est élevées à 86%, alors que la prime moyenne se limitait à 64% depuis 2008.

La prime médiane de 2019 est quant à elle de 63%, contre 51% depuis 2008. Pour rappel, la médiane est la valeur sous laquelle on trouve le même nombre de valeurs qu'au-dessus d'elle, contrairement à la moyenne qui est obtenue en additionnant l'ensemble des valeurs puis en divisant le total par le nombre de valeurs: la médiane permet ainsi de faire abstraction des valeurs les plus extrêmes.

Surtout aux Etats-Unis

Quoi qu'il en soit, 2019 est une "très bonne année pour les primes de rachat des biotechs cotées", souligne l'étude. Il s'agit même de "la troisième meilleure année des douze dernières années".

BiotechBourse pense que d'autres OPA pourraient survenir d'ici la fin de l'année, si toutefois la tendance historique se confirme: "A fin août 2014, peu de M&A avaient été annoncés (10 seulement), avant de connaître un fort rattrapage lors des quatre derniers mois de l'année (13). La saisonnalité des M&A est généralement bien orientée en septembre et en décembre."

Enfin, l'étude note que la grande majorité des fusions et acquisitions ont eu lieu aux Etats-Unis. En Europe, il n'y a eu que deux rachats de biotechs cotées cette année: la reprise du britannique Nightstar par Biogen et celle du suédois Nuevolution par Amgen.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect