Publicité

Prudence avant de prêter de l'argent aux petites sociétés

Ces dernières semaines, des projets de crowdlending ont connu de sérieuses difficultés, menaçant les investisseurs de perdre leur capital investi. Voici quelques conseils avant de se lancer à l'eau.

Le crowdlending est en plein essor et profite pleinement des réseaux sociaux pour attirer le grand public. Le fonctionnement est simple: il s'agit d'emprunter de l'argent à monsieur et madame tout le monde pour financer un projet ou soutenir une petite entreprise. Les taux d'intérêt bruts peuvent parfois atteindre 9% par an.

Mais, il y a des risques. Le plus courant est celui de la faillite de l’entreprise soutenue. Plusieurs exemples ont récemment inquiété les investisseurs belges. Que devez-vous savoir avant de vous lancer dans un tel projet?

La FSMA veille au grain

Le crowdlending doit se faire via une plateforme reconnue. La FSMA, le régulateur financier du marché belge, accorde un agrément aux plateformes de financement alternatif. Sept plateformes ont ainsi été approuvées. En outre, les entreprises déjà réglementées peuvent aussi créer une plateforme sans avoir besoin d'une licence supplémentaire. KBC Bolero en est un exemple.

Ne prêtez pas de trop gros montants à une seule entreprise, et répartissez-les sur plusieurs entreprises.

Le fait qu'une plateforme soit reconnue par la FSMA ne signifie pas que le remboursement de votre prêt soit garanti. Les plateformes ne jouent qu'un rôle d'intermédiaire. "Nous mettons en relation les entreprises et les investisseurs, mais nous ne donnons pas de conseils. L'investisseur doit faire le tri", explique KBC Bolero.

Cela ne veut toutefois pas dire qu'il n'y a pas de contrôle du tout. La FSMA peut vérifier si la note d'information que les entreprises doivent fournir est complète et sincère. Si ce n'est pas le cas, l'entreprise risque une amende salée.

Des garanties sont possibles

Mais même une note d'information correctement rédigée ne garantit pas aux investisseurs qu'ils puissent évaluer correctement tous les risques. Il est très difficile d'évaluer la solvabilité des petites entreprises. De plus, il n'y a pas de notation de crédit disponible, comme c'est le cas sur les marchés obligataires.

3%
Chez Bolero Crowdfunding, le taux de faillite en 2020 était légèrement supérieur à 3%.

Les risques de prêter de l'argent à une petite entreprise sont donc indéniablement plus élevés. Le crowdlending est une forme de prêt subordonné qui place les détenteurs d'obligations en queue de file en cas de faillite.

Ceux qui veulent s'en protéger peuvent également opter pour un prêt assorti d'une certaine garantie de capital. Mais dans ce cas, le rendement est bien sûr plus faible. Chez Bolero Crowdfunding, le taux de faillite en 2020 était légèrement supérieur à 3%.

Il est aussi important de maintenir une diversification suffisante. Ne prêtez pas de trop gros montants à une seule entreprise, et répartissez-les sur plusieurs entreprises.

En bref

  • Le crowdlending est une variante de ce qu'on appelle le "financement participatif".
  • Sept plateformes de crowdlending ont été approuvées par la FSMA en Belgique.
  • Look & Fin est le plus gros acteur du secteur en Belgique.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés