Publicité
analyse

Qu'attendre des Bourses en octobre?

©Bloomberg

On peut se demander si la fin de l'année sera plus propice pour les investisseurs que les neuf premiers mois de 2018 en Europe... La plupart des indices boursiers enregistrent des pertes depuis janvier. Le Stoxx 600 accuse un repli de 1%.

Les Bourses européennes vont-elles enfin sortir de leur torpeur en octobre? Pas sûr, avancent ceux qui ont en tête le fait que le premier mois de l’automne est plutôt une période déprimante pour les marchés. Certes, il est vrai que les plus importantes crises boursières se sont très souvent déroulées par le passé au cours du mois d’octobre. Octobre 1929, octobre 1987, octobre 1988 et on en passe. Cette répétition des grandes crises au cours des mois d’octobre a fini par susciter le sentiment que le dixième mois de l’année est généralement défavorable.

C’est loin pourtant d’être le cas dans la réalité. Depuis 1998, soit sur les 20 dernières années, le bilan du mois d’octobre a été positif à 15 reprises. Et négatif à 5 reprises seulement.

L’an passé, ce mois s’était soldé sur un bilan négatif de 2,16%. Mais les deux mois qui avaient précédé octobre avaient été positifs. Cette année par contre, c’est tout le contraire qui s’annonce. Ce qui permet d’imaginer qu’octobre pourrait être plus profitable.

Prudence toutefois. Car l’évolution des marchés boursiers ne se résume pas en une histoire de statistiques. Des éléments macro-économiques et autres perceptibles à ce jour déjà risquent d’avoir plus de poids que des données statistiques. Quels sont-ils? Il y a les incertitudes sur le déficit budgétaire italien, le risque d’assister à une poursuite de la hausse des prix du pétrole, les conséquences des tensions commerciales dans le monde.

Ces risques ne manqueront pas, s’ils se concrétisent, pas d’avoir un impact négatif sur la croissance des économies mondiales dans les temps à venir. Et, par un effet de ricochet, sur l’évolution des Bourses.

Par ailleurs, la Bourse de New York caracole actuellement à ses meilleurs niveaux de son histoire. Sera-t-elle en mesure de les améliorer encore? Ou doit-on craindre des prises de bénéfice? Dans ce dernier cas de figure, et sachant que Wall Street donne habituellement le ton à l'ensemble de la planète boursière, on voit mal comment les Bourses européennes seront en mesure de se comporter autrement.

A moins que les places européennes en profitent pour effectuer un rattrapage sur leur consoeur américaine...

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés