Publicité
Publicité

Que fera la Fed face à la remontée des contaminations?

Jerome Powell, le président de la Fed, doit prendre la parole mercredi soir. ©Photo News

La banque centrale américaine devra-t-elle maintenir une politique très souple plus longtemps que prévu à cause de la situation sanitaire? Réponse mercredi.

La Réserve fédérale (Fed) va-t-elle changer ses plans face à la reprise de la pandémie aux États-Unis? La banque centrale américaine a entamé sa réunion mardi et se prononcera ce mercredi sur sa politique monétaire. Depuis sa réunion de la mi-juin, les contaminations sont reparties nettement à la hausse.

+60%
Hausse des contaminations aux USA
En une semaine, le nombre de contaminations au coronavirus a grimpé de plus de 60% aux États-Unis, ce qui pourrait inciter la Fed à se montrer plus patiente.

D'après les derniers chiffres publiés, le nombre de personnes testées positives au coronavirus outre-Atlantique a augmenté de plus de 60% en une semaine. Ce paramètre pourrait influencer la politique de la Fed. Il y a un mois et demi, celle-ci avait surpris les investisseurs en laissant entrevoir un resserrement monétaire plus vigoureux que prévu. Les indicateurs économiques, concernant l'emploi et l'activité, étaient bien orientés et l'accélération de l'inflation était considérée comme temporaire. Le scénario qui se dessinait était donc une annonce ultérieure - en août ou en septembre - concernant une future réduction des achats d'actifs, prélude à une première remontée des taux directeurs bien plus tard.

Effet sur les consommateurs

Mais au cours des six dernières semaines, la situation a changé. Certains indicateurs économiques, comme l'indice ISM des services, ont laissé entrevoir une décélération de la croissance économique américaine.

"La trajectoire de l'économie dépendra significativement de l'évolution du virus."
La Réserve fédérale américaine

En plus, la situation sanitaire est à nouveau préoccupante. Or, "la trajectoire de l'économie dépendra significativement de l'évolution du virus", martèle la Fed depuis le début de la crise sanitaire. Si la banque centrale s'était réjouie, en juin, de voir les progrès de la vaccination contrer la propagation du coronavirus, les autorités s'inquiètent désormais du plafonnement de la proportion de la population vaccinée, à savoir quelque 50% des Américains.

Les économistes interrogés par l'agence Reuters estiment que les contaminations par le variant Delta pourraient peser sur la confiance des consommateurs et les dissuader de voyager et de dépenser. La Fed en tiendra-t-elle compte? Réponse mercredi soir, lors de la publication du communiqué du FOMC (Federal open market committee), le comité de politique monétaire de l'institution, à 20h, heure belge. Elle sera suivie, une demi-heure plus tard, d'une conférence de presse de Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine.

Inquiétudes sur l'inflation

Aux risques qui pèsent sur la croissance à cause de la situation sanitaire s'ajoutent de nouvelles inquiétudes au sujet de l'inflation. Au premier semestre, la Fed se voulait rassurante à ce sujet: elle estimait que l'accélération de la hausse des prix était la conséquence de la forte reprise de l'économie, ce qui créait des goulets d'étranglement provoquant une augmentation des cours des matériaux. Selon les banquiers centraux américains, cette situation était transitoire, les chaînes d'approvisionnement étant censées retrouver un rythme de croisière au fil du temps.

"La Fed continuera à préparer le terrain à un ralentissement des achats d'actifs mais il n'y aura pas encore de changement majeur."
Christian Nolting
Chief Investment Officer de Deutsche Bank

Mais depuis lors, il y a eu des catastrophes naturelles, telles que des inondations, en Chine comme en Allemagne, qui ont affecté davantage la production des ressources de base disponibles pour les entreprises. De quoi modifier le discours de la Fed au sujet de l'inflation? Deutsche Bank n'y croit pas trop. Son chief investment officer, Christian Nolting, indique, dans une note publiée lundi, que "le communiqué du FOMC devrait contenir certains ajustements de langage sur l'inflation, mais pas de gros changements". Selon lui, "le FOMC continuera à préparer le terrain à un ralentissement des achats d'actifs, mais il n'y aura pas encore de changement majeur de politique".

Le résumé

  • La Réserve fédérale se réunit mardi et mercredi pour fixer sa politique monétaire. Depuis sa réunion précédente, la situation a bien changé.
  • La situation sanitaire s'est dégradée: de quoi inciter la Fed à se montrer plus patiente avant de resserrer les conditions financières?
  • L'inflation pourrait aussi poser problème. Alors qu'elle est censée être temporaire, des développements récents pourraient la soutenir plus durablement.
  • Toutefois, selon Deutsche Bank, le discours de la Fed ne devrait pas connaître de changement majeur. Réponse mercredi soir.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés