Risque de correction sur les marchés

D'éventuels problèmes dans les plans de vaccination constituent le risque principal pour les investisseurs, selon le sondage de BofA Merrill Lynch. ©Photo News

Le niveau de liquidités extrêmement bas des gestionnaires de fonds constitue un signal de vente. Mais les signes d'un début de cycle de croissance sont bien là.

Bientôt une correction en bourse, malgré la confirmation de la reprise de la croissance économique? C'est en tout cas ce que semble traduire le dernier sondage de Bank of America Merrill Lynch, dont les résultats ont été publiés mardi. Les gestionnaires d'actifs interrogés signalent que le niveau de leurs liquidités a encore diminué ce mois-ci. Or, en décembre, ce niveau de trésorerie était déjà passé sous la barre des 4%, ce qui représente un signal de vente, car cela coïncide généralement avec un excès d'optimisme des investisseurs, selon BofA. Un sentiment renforcé par les valorisations élevées en bourse.

"Le scénario 'Boucle d'or', avec une forte croissance mais une faible inflation, est abandonné."
Frank Vranken
Chef stratégiste chez Puilaetco

D'un autre côté, la plupart des gestionnaires de fonds sondés par BofA Merrill Lynch s'attendent à une progression des bénéfices par action. Ils estiment que l'économie est dans une phase de début de cycle de croissance. Logiquement, ils ont privilégié les secteurs cycliques au cours du mois écoulé: les valeurs de l'énergie, de la banque et des matériaux ont été plébiscitées, au détriment des actions de sociétés actives dans la technologie, la santé et les télécoms, qui avaient tiré leur épingle du jeu durant la première partie de la crise sanitaire.

Écart de taux plus grand

Plus de neuf gestionnaires d'actifs sur dix s'attendent aussi à une progression de l'inflation. "C'est un pari facile puisque, toutes choses restant égales par ailleurs, l'effet de base (le fait qu'on va comparer les prix de 2021 à ceux de l'an dernier, qui étaient faibles, NDLR) devrait déjà amener l'indice des prix à la consommation américain vers les 2% dans les prochains mois", analyse Frank Vranken, chef stratégiste chez Puilaetco.

83%
Selon Bank of America Merrill Lynch, 83% des gestionnaires de fonds s'attendent à voir la courbe des taux d'intérêt s'incliner davantage, soit une augmentation de l'écart entre taux courts et taux longs.

Par ailleurs, plus de huit sondés sur dix estiment que la courbe des taux va se pentifier, ce qui implique une augmentation de l'écart entre les taux des titres à court terme et ceux des obligations de plus longue maturité. "La conséquence logique de telles convictions est que le scénario 'Boucle d'or' (situation idéale où différents paramètres économiques ne sont ni trop faibles ni exagérément élevés, ndlr), avec une forte croissance mais une faible inflation, est abandonné", signale M. Vranken.

Sur le plan des risques, les sondés considèrent que la plus grande menace potentielle réside dans d'éventuels problèmes dans la mise en oeuvre des plans de vaccination. Enfin, ils jugent que mise sur le bitcoin est l'investissement le plus plébiscité du mois écoulé. La cryptomonnaie détrône ainsi les valeurs technologiques. Cette position en fait la cible privilégiée d'éventuelles futures prises de bénéfices.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés