Risque de refinancement plus élevé pour les sociétés belges

©EPA

La part de la dette à court terme par rapport au total des dettes en Belgique dépasse la moyenne européenne, selon Moody's.

Dans un rapport, l’agence de notation Moodys’ souligne que les entreprises belges sont les plus sujettes à un risque de refinancement parmi les sociétés européennes. Elle place aussi dans la liste les sociétés hollandaises, slovaques, britanniques et allemandes. L’inquiétude de Moody’s porte sur le refinancement de la dette à court terme des entreprises.

"De manière générale, la dette à court terme parmi le total des dettes a baissé pour les sociétés européennes", constate Ruosha Li, analyste pour Moody's. "Toutefois, la dépendance des sociétés aux crédits a augmenté depuis 2015, et hausse leur exposition à des changements possibles du sentiment économique", ajoute-t-il.

"La dépendance des sociétés aux crédits a augmenté depuis 2015, et hausse leur exposition à des changements possibles du sentiment économique."
Ruosha Li
analyste pour Moody's

Dépendance aux crédits

Mais l'analyste remarque qu’entre les pays, cette dépendance aux crédits varie fortement. Il a déterminé que la moyenne européenne de proportion de la dette à court terme par rapport au total des dettes s’élève à 28%. En Belgique, ce ratio atteint les 35%, selon Moody’s. De plus, la dette à court terme des sociétés non financières belges pèse plus de 50% du PIB, d’après l’agence de notation.

La Belgique se classe parmi les pays à haute dette par rapport au PIB pour ses entreprises. Mais le Luxembourg, l’Irlande et Chypre se placent dans le top trois.

L’agence de notation souligne qu’en 2018, le montant des crédits aux entreprises dans la zone euro s’élevait à 3.200 milliards d’euros, en hausse de 30% par rapport à 2014.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés