Ruée sur les nouvelles obligations d'Etat

©Photo News

L'Etat belge a émis pour 6 milliards d'euros d'obligations d'Etat à dix ans. Le coupon de cette nouvelle obligation belge été fixé à 0,944%.

La première émission d'obligations linéaires de l'Etat belge en 2019 est un succès. Selon l'Agence fédérale de la dette, les investisseurs ont souscrit pour 28,5 milliards d'euros pour les obligations d'Etat à dix ans, un record en la matière.

Le Trésor public avait annoncé au début de l'opération qu'il offrirait un taux d'intérêt d'environ 11 points de base plus élevé que le taux swap, une sorte de taux interbancaire. Etant donné que la demande est beaucoup plus importante que l'offre, le Trésor a abaissé le taux d'intérêt à 8 points de base au-dessus du taux interbancaire. Le coupon de la nouvelle obligation belge à dix ans a donc été fixé à 0,944%.

La Belgique a finalement décidé de placer pour 6 milliards d'euros d'obligations. Ce n'est que la deuxième fois de l'histoire qu'un tel montant est atteint. Avec cet emprunt, l’Agence de la dette a déjà réalisé 21,4% de ses émissions de titres de dette à long terme de 2019. Dans son plan de financement, publié le 12 décembre, elle prévoyait en effet de lever 28 milliards d’euros via les Olo (obligations linéaires) cette année. 

"De l'argent facile"

"Un taux d'intérêt supérieur au taux de swap est normal, la situation en 2018 était plutôt exceptionnelle alors que les choses sont actuellement en train de se normaliser."
Jean Deboutte
Directeur de l'Agence de la dette

"La très forte demande pour les obligations d'Etat ne signifie pas que le Trésor paiera trop d'intérêts", explique Jean Deboutte, directeur de l'Agence fédérale de la dette. "Une partie des ordres provient de fonds spéculatifs, j'appelle cela de l'argent facile. Ces fonds savent qu'ils n'obtiendront seulement qu'une partie des obligations demandées. Mais, la qualité du carnet d'ordres est bonne, car de nombreuses souscriptions proviennent d'investisseurs à long terme", précise Jean Deboutte.

Cela étant dit, le Trésor prête aujourd'hui à un taux d'intérêt supérieur au taux swap, alors qu'il y a un an, il a pu emprunter de l'argent à un taux d'intérêt de 17 points de base inférieur au taux swap. En outre, la différence des taux par rapport à l'Allemagne a augmenté de 15 à 55 points de base au cours de la dernière année.

Pour le directeur de l'Agence de la dette, la plupart des pays européens ont vu la différence entre leurs taux d'intérêt et ceux de l'Allemagne s'envoler ces derniers mois. Les turbulences sur les marchés boursiers ont ainsi conduit les investisseurs à chercher des produits plus sûrs, comme les obligations allemandes. "Un taux d'intérêt supérieur au taux swap est normal, la situation en 2018 était plutôt exceptionnelle alors que les choses sont actuellement en train de se normaliser", conclut Jean Deboutte.  

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect