S&P avertit sur la Russie, le rouble repart à la baisse

©EPA

Standard & Poor's a annoncé qu'elle pourrait abaisser la note de la Russie, qu'elle a maintenue pour l'instant à BBB-, en raison de l'effondrement de sa monnaie et de la "faiblesse de son économie". Le rouble, après plusieurs jours de rebond, se replie après cet avertissement de Standard & Poor's, qui envisage de classer la dette de la Russie comme un investissement spéculatif.

Le rouble, après plusieurs jours de rebond, se repliait légèrement mercredi après l'avertissement de l'agence Standard & Poor's, qui envisage de classer la dette de la Russie comme un investissement spéculatif.

Le dollar montait à 54,60 roubles vers 09H00 GMT contre 54,50 roubles mardi soir et l'euro à 66,71 roubles contre 66,47 roubles.

Le rouble a subi en début de semaine dernière son plongeon le plus violent en quinze ans, touchant le 16 décembre 100 roubles pour un euro et 80 roubles pour un dollar. Il s'est ensuite stabilisé grâce au durcissement monétaire de la banque centrale et les interventions du ministère des Finances puis des grands exportateurs publics.

• Pourquoi placer la note russe sous surveillance?

Mardi soir, Standard & Poor's a annoncé placer sous surveillance négative la note attribuée à la dette extérieure de la Russie, actuellement à "BBB-", voyant une chance sur deux d'abaissement. Un abaissement d'un cran ferait passer cette note dans la catégorie des placements "spéculatifs".

L'agence américaine observe "une rapide détérioration de la flexibilité monétaire de la Russie" vu l'évolution du cours du rouble et "des conséquences de sa faiblesse économique sur son système financier".

Il s'agit d'une "mauvaise surprise" et "le marché devrait juger assez élevée la probabilité d'un abaissement", ont prévenu les analystes de la banque russe Alfa.

"Nous sommes particulièrement inquiets de cette annonce. La récente hausse de taux (de la banque centrale, ndlr) rend les perspectives de croissance pour l'année prochaine très mauvaises, ce qui pourrait remettre en question la stabilité des institutions financières russe", ont-ils expliqué.

Moody's s'inquiète aussi

L'agence Moody's a de son côté placé mardi 16 établissements financiers russes sous surveillance en vue d'un possible abaissement en raison de "la grave et rapide détérioration" de l'environnement économique. Elle prévoit une chute de 5,5% du produit intérieur brut en 2015 et de 3% en 2016.

Elle estime que le secteur financier risque d'être confronté à "des pressions importantes sur les coûts de financement, sur la qualité des actifs et sur la rentabilité".

La Russie, contrairement à 1998, est jugée relativement protégée d'un défaut de paiement grâce à une faible dette extérieure, des budgets à l'équilibre depuis plusieurs années et d'importantes réserves de change. La tempête financière qu'elle traverse fragilise cependant son secteur bancaire et les autorités se sont empressées d'annoncer des mesures destinées à assurer la stabilité financière.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés