Publicité
Publicité

"Sans clash, les cours du pétrole ne vont pas grimper jusqu'à 80 dollars"

©rv

3 questions à Frank Vranken, chief strategist chez Puilaetco Dewaay

1/ La hausse des cours du pétrole suite à l’attaque contre les installations pétrolières saoudiennes est-elle durable?

Si les Etats-Unis décident que l’Iran est coupable dans cette attaque, cela va constituer un danger pendant les prochains mois. Tout se joue autour de l’attitude américaine face à l’Iran. Sans clash, les cours du pétrole ne vont pas grimper jusqu’à 80 dollars. Aujourd’hui, les prix ont grimpé de 10%. Ils intègrent une prime de risque pour prendre en compte l’incertitude au Moyen-Orient. Mais avec le ralentissement économique mondial, la demande en pétrole devrait être plus faible. On se retrouverait avec le même problème que l’Opep qui tente d’enrayer la chute des prix pétroliers.

2/ Cette hausse des prix pétroliers dans le contexte de ralentissement de l’économie mondiale est-elle un élément négatif supplémentaire pour celle-ci?

Dans le pire des cas, l’économie mondiale va se retrouver avec une poussée inflationniste si les cours du pétrole flambent en raison d’un conflit armé entre les Etats-Unis et l’Iran. Certains pays, qui sont de grands importateurs de pétrole et qui présentent un déficit des comptes courants, vont être impactés. Cela nuit à la croissance. Mais il est trop tôt pour se prononcer. À long terme, cela peut être déflationniste.

3/ La démission de John Bolton la semaine dernière peut-elle apaiser la situation entre les USA et l’Iran?

Je ne suis pas convaincu, car Mike Pompeo, aux Affaires étrangères, inclut l’Iran parmi les responsables de l’attaque. Et Donald Trump a prévenu que les armes sont chargées face à l’Iran. Le langage américain est fort, comme pour le conflit commercial avec la Chine. Mais les Etats-Unis doivent montrer plus de preuves.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés