Publicité

Sequana Medical profite des déboires de Genfit

©Mathieu Paternoster

L'effondrement du cours de Genfit fait suite à l'échec d'un essai de phase 3 sur un traitement contre la NASH. Le malheur de l'action fait le bonheur d'une autre, Sequana Medical à la Bourse de Bruxelles.

Le chemin vers le développement de nouvelles thérapies NASH est jonché d’échecs. Après les sociétés biopharmaceutiques américaines Conatus Pharma, Galectin Therapeutics et le Danois Novo Nordisk, le groupe biotech français Genfit subit à son tour cette dure épreuve. Il a annoncé dans la soirée de lundi à mardi avoir échoué dans un essai clinique concernant le traitement de la NASH, une stéato-hépatite non alcoolique. Son essai de phase 3 sur son traitement expérimental elafibranor n’a pas atteint le critère principal de résolution de la NASH sans aggravation de la fibrose.

Le groupe qui disposait d’une trésorerie de 277 millions d’euros à fin 2019 et avait dépensé cette année-là 66,17 millions d’euros en frais de recherche, avait indiqué au moment de la publication de ses résultats de 2019 que "ses dépenses engagées en 2020 dépendront grandement de la nature des résultats intermédiaires de l’essai clinique de phase 3 'Resolve-it'" auprès des patients atteints de stéatohépatite non alcoolique (NASH).

L’échec est d’autant plus cuisant qu’en raison de la pandémie de Covid-19, Genfit avait indiqué au même moment avoir suspendu ou reporté tous ses autres essais cliniques. Il envisage de les reprendre dès que la conjoncture permettra d’assurer la sécurité des patients et des professionnels de santé. Seules les activités support permettant la poursuite des études en cours ou l’initiation de nouvelles études se poursuivront, avait encore précisé le groupe biotech, afin de minimiser les retards potentiels lorsque la crise prendra fin.  

Chute vertigineuse en bourse

Conséquence de l’annonce faite, la valeur de la société à la Bourse de Paris s’est effondrée de 65,7% à 291,9 millions d’euros. L’action qui avait plongé jusqu’à 5 euros a clôturé à 6,96 euros.

"Ces résultats sont très décevants, non seulement pour les équipes de Genfit, mais aussi pour les patients et les soignants, puisqu’il subsiste un besoin médical non satisfait considérable dans le domaine de la NASH."
Pascal Pringent
Directeur général de Genfit

"Ces résultats sont très décevants, non seulement pour les équipes de Genfit, mais aussi pour les patients et les soignants, puisqu’il subsiste un besoin médical non satisfait considérable dans le domaine de la NASH", a commenté Pascal Pringent, le directeur général du groupe.

Analyste auprès de la banque d’investissement américaine Stifel, Derek Archilla estime que la société devrait se concentrer sur "l’opportunité du médicament dans la cholangite biliaire primitive", une maladie auto-immune du foie pour laquelle l’elafibranor dispose de "solides données de preuve de concept".

Le malheur des uns fait…

L’échec de Genfit constitue une opportunité supplémentaire pour d’autres groupes de recherches biopharmaceutiques qui voient un concurrent potentiel s’effacer. En particulier à la bourse du Nasdaq où est également cotée Genfit. Le plus lourd d’entre eux, avec une capitalisation boursière proche de 3 milliards de dollars, Intercept Pharmaceuticals devrait obtenir l’approbation réglementaire du premier médicament destiné à traiter la NASH en juin. Les attentes concernant son traitement de suivi potentiellement meilleur que chez d’autres acteurs opérant dans le même domaine, mais de plus petite taille comme Madrigal Pharmaceuticals (1,6 milliard de dollars) et Viking Therapeutics (525 millions de dollars) ont favorisé la volatilité au sein des actions liées à la NASH lundi.

Tandis que celle d'Intercept Pharma avait terminé la séance de lundi à Wall Street sur un gain de 3%, le gain pour celles de Viking Therapeutics et de Madrigal Pharma oscillait entre 11% et 14%.

L'analyste Matthias Maenhout de chez Kepler Cheuvreux estime que les résultats décevants dévoilés par Genfit devraient constituer une nouvelle favorable pour Sequana Medical. Au moment où il avait démarré la couverture de son titre, il avait craint que les thérapies médicamenteuses de Genfit pour traiter la NASH et la fibrose ne constituent une menace pour ce spécialiste belge de la biotechnologie. Cela dans la mesure où elles auraient pu réduire la population cible pour sa pompe lymphatique.

L'action  du groupe biotech qui pèse 97 millions d'euros à la Bourse de Bruxelles, a bien réagi à cette perspective. Elle a achevé la séance sur un bond de 16,07% à 6,50 euros. L'analyste vise un cours de 12,1 euros pour l'action.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés