Chroniqueur, newsmanager

La folie des SPAC, ces coquilles vides cotées, se poursuit à Wall Street.

Depuis janvier de l’année passée, les SPAC (Special Purpose Acquisition Companies) ont déjà levé plus de 90 milliards de dollars à Wall Street. En 2020, elles avaient récolté un record de 83 milliards de dollars. L’année 2021 a démarré en trombe, avec un montant de 8,4 milliards déjà enregistré (chiffres de Statista arrêtés au 12 janvier).

90 milliards
de dollars
Les montants levés par les SPAC aux USA depuis 2020.

Ces SPAC sont des coquilles vides qui viennent se faire coter en bourse avec l’unique but de racheter d'autres entreprises. En souscrivant à une SPAC, l’investisseur fait le pari (un peu à l'aveugle) que le gestionnaire de la SPAC (parfois des noms très connus du monde entrepreneurial et financier, comme le milliardaire Bill Ackman) réalisera une belle acquisition, ce qui lui permettra de réaliser une plus-value rapide.

Les hedge funds (fonds spéculatifs) sont particulièrement friands de ce type de véhicules. Mais, il peut y avoir des déceptions en cours de route. Le constructeur de camions électriques Nikola est coté sur le Nasdaq via une SPAC. Mais après être monté à près de 94 dollars l'an dernier, le cours a chuté et l’action s’échange aujourd’hui à moins de 20 dollars.

Le banquier Tidjane Thiam va lancer une SPAC. ©AFP

Cette semaine, on a appris que Tidjane Thiam, l'ancien patron de Credit Suisse, était sur le point de lancer une SPAC à New York, afin d'investir dans des sociétés financières de pays développés ou émergents. On évoque un montant de 250 millions de dollars.  Ce banquier franco-ivoirien est un proche d'Emmanuel Macron. Le président français lui aurait d'ailleurs proposé le poste de ministre de l'Économie à la mi-2020.    

Lire également

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés