Statu quo de la Fed, extrême prudence de Powell

Jerome Powell, le président de la Réserve fédérale des Etats-Unis, a refusé tout commentaire sur l'élection présidentielle. ©BELGAIMAGE

La banque centrale américaine n'a apporté aucune modification aux mesures destinées à soutenir l'économie. Jerome Powell, son président, est resté très prudent.

La Réserve fédérale (Fed) a opté pour le statu quo. La banque centrale des États-Unis n'a modifié ni ses taux d'intérêt directeurs, ni son programme d'achats d'actifs, comme attendu par la grande majorité des économistes. Le communiqué du comité de politique monétaire de la Fed, dévoilé ce jeudi soir, est quasiment la copie conforme de celui qui avait été publié à la mi-septembre après sa précédente réunion.

"L'activité économique et l'emploi ont continué à se redresser mais restent bien en dessous de leurs niveaux du début de l'année", indique le texte des banquiers centraux américains, qui se sont prononcés, cette fois, à l'unanimité, alors que deux d'entre eux avaient émis des opinions dissidentes il y a un mois et demi. Durant sa conférence de presse, Jerome Powell, le président de la Fed, a refusé tout commentaire au sujet de l'élection présidentielle, toujours indécise à ce moment-là, laquelle n'a "pas été du tout un point central de la réunion", a-t-il déclaré.

Attentisme prévisible

"A l'instar des élections américaines, la réunion de la Fed n'a accouché d'aucune décision", a plaisanté le chef économiste de la banque MUFG Union Bank, cité par l'agence Bloomberg, pour souligner l'absence totale de changement dans la politique monétaire américaine.

"La récente hausse des cas de Covid-19, à la fois ici aux États-Unis et à l'étranger, est particulièrement préoccupante."
Jerome Powell
Président de la Fed

Cet attentisme de la banque centrale des Etats-Unis était largement prévisible, compte tenu de la proximité du scrutin présidentiel. La Fed voulait éviter toute immixtion dans le déroulement du processus électoral.

Jerome Powell a tout de même détaillé davantage l'analyse de la situation économique des Etats-Unis. Le rythme du redressement de la première économie mondiale a ralenti au cours des derniers mois, a-t-il indiqué, tandis que le communiqué se contente de mentionner que la reprise a continué mais à un faible niveau.

La nuance est importante car les observateurs s'attendent à voir la Fed augmenter son soutien à l'économie en décembre. En soulignant le ralentissement en cours, le patron de la banque centrale accrédite cette hypothèse. D'autant plus que "le chemin à parcourir reste hautement incertain", a précisé Jerome Powell, qui s'est ensuite montré plus direct en déclarant: "Je pense qu'il est probable qu'il faille un soutien supplémentaire de la politique monétaire et de la politique budgétaire."

Inquiétude pour la situation sanitaire

"Jay" Powell a souligné qu'"un soutien budgétaire direct pourrait être nécessaire". Il s'agit d'une allusion aux nouvelles dépenses que le (futur) gouvernement américain devrait adopter pour stimuler davantage la reprise afin de contrer les effets négatifs de l'aggravation de la pandémie de coronavirus. A ce sujet, le président de la Fed a réitéré son inquiétude: "La récente hausse des cas de Covid-19, à la fois ici aux États-Unis et à l'étranger, est particulièrement préoccupante."

"Je pense qu'on pourrait en faire davantage."
Jerome Powell
Président de la Fed

La Fed a par ailleurs laissé entendre qu'elle restait prête à intervenir si nécessaire. "Aujourd'hui (jeudi, ndlr), nous avons eu une discussion approfondie sur les options du programme d'achats d'actifs", a confié Jerome Powell. "Je pense qu'on pourrait en faire davantage", a-t-il précisé en réponse à une question sur une possible extension de ce programme. Le patron de la Réserve fédérale a toutefois précisé qu'il existait quantité d'options possibles: modifier la durée de ce programme, sa taille, sa composition ou la maturité des titres visés.

Faut-il le préciser, les marchés n'ont quasiment pas réagi à la (non-)décision de la Fed et aux commentaires extrêmement prudents de son président...

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés