Sur le qui-vive, la Réserve fédérale se dit prête à agir

©EPA

La Réserve Fédérale américaine n'a pas touché à ses taux d'intérêt, mais elle a surtout indiqué qu'elle est prête à agir si l'économie ralentit.

Comme prévu, la Réserve fédérale américaine (Fed) a laissé ses taux d’intérêt inchangés, entre 2,25% et 2,50%. Mais elle a surtout indiqué qu’elle est désormais sur le qui-vive pour soutenir l’économie si un ralentissement se profile. Abandonnant sa "patience" vis-à-vis d’un prochain ajustement des taux, le Comité de politique monétaire a souligné l’aggravation "des incertitudes" économiques et "agira comme il le faut pour soutenir l’expansion", laissant entendre qu’il est prêt à assouplir à l’avenir sa politique monétaire. La Fed a par ailleurs abaissé sa prévision d’inflation pour cette année à 1,5% au lieu de 1,8% projeté en mars mais laissé sa prévision de croissance en l’état à 2,1%.

Sur les marchés, immédiatement après la publication du communiqué de la Fed, les indices boursiers américains ont monté. Le taux américain à deux ans et celui à dix ans ont chuté. Le dollar a légèrement baissé face à l’euro .

"Les tensions commerciales et la croissance économique mondiale sont les deux sources d’inquiétude"
Jerome Powell
président de la Fed

Jerome Powell, le président de la Fed, a souligné que les risques ont augmenté pour la croissance économique américaine. "Les tensions commerciales et la croissance économique mondiale sont les deux sources d’inquiétude" de la Fed, a-t-il souligné. Il a constaté que ces risques ont resurgi depuis le mois dernier. "Tout dépendra des données qui seront publiées et de l’évolution économique, car les sources d’inquiétude peuvent se manifester", indique-t-il. Il a souligné que le Comité de politique monétaire ne voyait pas de raison d’abaisser les taux d’intérêt ce mois-ci, car les sources d’inquiétudes de la Fed sont récentes. Un membre du comité, James Bullard, de l’antenne régionale de Saint-Louis (Missouri), a voté contre la décision de ne pas toucher aux taux d’intérêt car il aurait préféré baisser les taux d’un quart de point dès maintenant. Jerome Powell a en outre souligné que la Fed est plus proche de son objectif d’inflation que d’autres banques centrales.

Impact du libra

Interrogé sur l’impact du libra, la cryptomonnaie que le réseau social Facebook va lancer, Jerome Powell a indiqué que "cette devise présente des bénéfices potentiels mais des risques potentiels. Aussi, nous présenterons des exigences assez élévées si Facebook décide de développer" le libra.

Il a également répété l’indépendance de la banque centrale américaine, alors que le président Donald Trump l’a souvent critiquée, l’accusant de ne pas servir l’économie américaine. Il a aussi indiqué qu’il accomplira son mandat de quatre ans.

Lire également

Publicité
Publicité

Echo Connect