Publicité

Taux belge à très court terme le plus élevé depuis 2016

©RV DOC

L'Etat belge a emprunté un milliard d'euros à trois mois au taux d'intérêt moyen le moins négatif depuis plus de deux ans et demi.

Les taux à court terme de l'Etat belge restent négatifs mais moins qu'au cours des deux dernières années. Ce mardi, l'Agence de la dette a placé des certificats de Trésorerie à très court terme (maturité d'environ trois mois) à un taux d'intérêt moyen de -0,538%. Il s'agit du taux le moins négatif pour ce type d'emprunt depuis juin 2016, lorsque l'Agence avait obtenu un taux moyen de -0,515% pour une telle adjudication.

Les taux d'intérêt négatifs signifient que les investisseurs qui confient de l'argent à l'Etat belge via ce placement abandonnent une part de leur investissement au profit du Trésor public. Autrement dit, ils préfèrent payer pour obtenir la sécurité de remboursement qu'offre le certificat belge plutôt que d'investir dans des actifs plus risqués sur cette courte période.

Ces taux négatifs sont directement influencés par la politique monétaire de la Banque centrale européenne (BCE) qui applique un taux de -0,40% aux dépôts au jour le jour que les banques effectuent à la BCE lorsqu'elles ont des liquidités excédentaires. L'institut monétaire a aussi acheté des titres de dette des Etats de la zone euro jusqu'en décembre dernier, ce qui a fait pression sur les taux. A présent, la BCE se contente de réinvestir les montants obtenus des titres arrivant à maturité.

En décembre 2017, l'Etat belge avait obtenu le taux le plus bas historiquement pour un emprunt à trois mois, à savoir -0,792%. Aujourd'hui, ce taux est donc 25 points de base (un quart de point de pourcentage) plus élevé. L'arrêt des achats d'actifs de la BCE, première étape d'une future normalisation de sa politique monétaire, a contribué à cette légère remontée des taux courts.

Mais historiquement, les taux des titres belges à court terme restent très bas. En 2014, ils étaient positifs.

Lors de l'adjudication de ce mardi, qui a rapporté exactement 1,06 milliard d'euros au Trésor public, la demande des investisseurs a été soutenue. Le taux de soumissions satisfaites (bid-to-cover ratio) s'est élevé à 2,22.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés