analyse

Tout ce qu'il faut savoir pour investir dans l'or

©Bloomberg

L’or revient au premier plan de l’actualité financière. Et pour cause, les incertitudes dans le monde ont tendance à se multiplier sur les plans à la fois politique et monétaire. On vous explique en 9 questions tout ce qu'il faut savoir pour investir dans le métal jaune.

Les tensions commerciales sino-américaines et la perspective d’un Brexit sans accord entre la Grande-Bretagne et l’Union européenne incitent les investisseurs professionnels et particuliers à se tourner davantage vers le métal précieux. À cela s’ajoutent les politiques monétaires exceptionnelles menées par les principales banques centrales du monde qui conduisent à une situation à la fois inédite et inquiétante de taux d’intérêt négatifs.

"Du point de vue des fondamentaux, les éléments macroéconomiques et monétaires montrent que ce que nous vivons depuis quelque temps et plus encore à l’heure actuelle ne peut plus tenir", résume Alexandre Convent, administrateur auprès de Gold & Forex International (Bruxelles). "Et la fragilité du secteur bancaire en Europe qui se fait du souci pour sa rentabilité n’est pas non plus faite pour rassurer."

"Avec l’or, on ne perd pas son pouvoir d’achat. On préserve son patrimoine."
Alexandre Convent
Administrateur auprès de Gold & Forex International

Détenir de l’or permet de sécuriser son patrimoine face à toutes ces incertitudes. "Avec l’or, on ne perd pas son pouvoir d’achat. On préserve son patrimoine", insiste Alexandre Convent, qui considère "l’or comme étant une forme d’assurance bien davantage qu’un actif financier spéculatif". Pour le courtier Orobel (Liège), "que l’on soit un novice ou un professionnel dans l’investissement dans les métaux précieux, l’or reste toujours la meilleure valeur refuge. En période d’incertitude économique et d’instabilité, l’achat de pièces d’or est plus logique que toute autre chose".

Sur les marchés, l’engouement des investisseurs pour le métal jaune a repris de plus belle ces derniers mois, alors que plusieurs banques centrales dans les régions émergentes ont grossi leurs réserves. C’est le cas des banques centrales de Chine, de la Russie – qui veut réduire sa détention de dollars — de l’Inde, de la Pologne et de la Hongrie notamment qui cherchent toutes à se protéger contre la faiblesse de leur monnaie sur les marchés internationaux.

Comment faire pour acquérir de l’or? Comment procéder? Le prix de l’or n’est-il déjà pas trop élevé? Autant de questions auxquelles nous apportons une réponse.

1/ Où acheter de l’or?

Cela peut paraître surprenant mais effectuer une telle démarche est beaucoup plus simple qu’on ne l’imagine. Il suffit de se rendre au guichet de votre banque et de passer commande. En principe, même si certaines institutions financières rechignent à satisfaire votre demande notamment pour des raisons de sécurité au niveau du transport des produits vers leurs agences, la plupart d’entre elles offrent ce service. Comme chez Belfius où l’on précise néanmoins que ce n’est pas le produit que l’on recommande en priorité, ou chez BNP Paribas Fortis qui tient compte du profil d’investissement du client. "La vente de métaux or et argent est une activité que la banque maintient afin de fournir un service complet à ses clients, mais qu’elle ne promeut pas activement", précise Jeroen Petrus, chargé de communication chez BNP Paribas Fortis.

"La vente de métaux – or et argent – est une activité que la banque maintient afin de fournir un service complet à ses clients, mais qu’elle ne promeut pas activement."
Jeroen Petrus
Chargé de communication chez BNP Paribas Fortis

En dehors du monde bancaire, il existe aussi des courtiers indépendants dont les opérations d’achat et de vente d’or comptent parmi leurs principales activités. Pour ces derniers, il est bon de veiller à ce qu’ils soient agréés, comme les banques, par le gendarme des services et des marchés financiers en Belgique, la FSMA (Financial Services and Markets Authority).

Tous ces intermédiaires financiers offrent une très large palette de produits d’investissement en or qui peuvent satisfaire toutes les bourses. Du lingot d’un kilo qui vaut actuellement quelque 45.000 euros à l’achat, à la petite pièce qui, par exemple, représente 1/10e d’un Kruggerand et dont la valeur tourne aux alentours de 155 euros.

2/ Comment procéder?

Un achat peut s’effectuer en espèces. Mais dans ce cas, l’opération se limite à 3.000 euros. Si la valeur de la commande dépasse ce montant, le solde doit être réglé par le débit d’un compte bancaire. Si on achète de l’or ailleurs que chez son banquier habituel, chez un courtier agréé par exemple, le solde doit être réglé via Bancontact ou moyennant un virement bancaire ou encore par chèque bancaire certifié.

"Le bordereau devient en réalité nominatif à partir d’un montant de 3.000 euros, comme l’impose la législation prise dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent."
Alexandre Convent

"Le bordereau devient en réalité nominatif à partir d’un montant de 3.000 euros, comme l’impose la législation prise dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent", informe Alexandre Convent.

La démarche pour revendre son or est identique à celle pour un achat. Petit détail toutefois: il est hautement recommandé de conserver son or dans un état impeccable au risque de subir une décote de sa valeur, voire un refus de rachat par l’intermédiaire financier. C’est pour éviter ces désagréments que le lingot ou les pièces d’or sont d’ordinaire fournis empaquetés dans un emballage plastifié qu’il est vivement conseillé de ne pas ouvrir.

3/ Sous quelle forme acheter de l’or?

Le mieux est de posséder l’or physique (lingot ou pièce) plutôt que sous une autre forme. Avec de l’or physique, on n’a pas le souci de la contrepartie, comme ce peut être le cas avec les fonds indiciels comme les ETF (or-papier). Dans une interview accordée au site internet www.Or.fr, Egon von Greyerz, fondateur de Matterhorn Asset Management AG et de Goldswitzerland.com, explique que le marché de l’or-papier est cent fois plus gros que le marché physique. "Il n’y a pas autant d’or disponible que ce que prétendent les banques et les banques centrales, et le jour où les investisseurs voudront obtenir la livraison de leur or adossé à ce papier, il n’y aura pas assez d’or physique pour satisfaire les demandes."

4/ L’or traité avec une prime?

"La prime est la différence en pour-cent entre le prix spot de la pièce et le cours acheteur/vendeur."
Alexandre Convent

On l’a dit, il existe une panoplie de produits en or que les investisseurs particuliers et autres peuvent acquérir. Il faut savoir qu’ils se traitent avec une prime. Celle-ci est généralement un peu plus élevée pour les pièces que pour les lingots. Pourquoi? Parce que les pièces peuvent par exemple avoir été produites en nombre limité. En plus, leur fabrication nécessite d’ordinaire plus de soin que pour un lingot. "La prime, explique Alexandre Convent, est la différence en pour-cent entre le prix spot de la pièce et le cours acheteur/vendeur. Le prix spot est la valeur de l’or qu’elle contient, calculée sur la base du métal jaune sur les marchés internationaux."

Prenons un exemple: la pièce d’or de 50 écus belge émise en 1987 lorsque la Banque nationale de Belgique a commencé à réduire sa détention d’or, s’achète actuellement chez Gold & Forex International avec une prime de 1,55% qui s’ajoute à la valeur de l’or que contient cette pièce. À la revente, la prime (ou la réduction), qui est à soustraire du prix de l’or contenu dans la pièce, est de 2,02%.

5/ Comment conserver son métal précieux?

La réponse qui vient en premier à l’esprit est de le conserver chez soi, à son domicile. Il ne s’agit toutefois pas de la meilleure solution. Quid en cas de vol? On peut bien entendu faire l’acquisition d’un coffre-fort, mais cela risque d’entraîner des dépenses onéreuses. Quid en cas d’incendie? Il reste à savoir si votre compagnie d’assurance accepte d’assurer votre trésor.

"Tout locataire d’un coffre bénéficie d’une assurance contre les risques de disparition, destruction ou endommagement résultant d’un vol, un incendie ou un dégât des eaux."
Belfius

Une autre solution est de conserver son investissement en or physique dans un coffre que l’on loue à la banque. Les grandes institutions bancaires offrent généralement ce service. Que se passe-t-il dans ce cas si l’agence bancaire est victime d’un casse? "Tout locataire d’un coffre bénéficie d’une assurance contre les risques de disparition, destruction ou endommagement résultant d’un vol, un incendie ou un dégât des eaux. Il n’y a pas de limitation de la valeur assurée mentionnée dans le règlement de location des coffres", informe Belfius, qui ajoute que "le client doit pouvoir justifier la valeur de ce qui se trouve dans le coffre, comme mentionné dans les conditions générales de location d’un coffre". Des conditions qu’autant BNP Paribas Fortis que Belfius recommandent de lire.

Prétextant qu’en cas de fermeture temporaire des banques, l’accès à son coffre sera difficile, certains suggèrent encore de confier son investissement à des organismes spécialisés dans la gestion de stockage d’or. Pour l’heure, on n’en connaît pas encore qui sont actives en Belgique. Gold & Forex International étudierait cependant la possibilité d’assurer un tel service.

6/ Comment est fixé le cours de l’or?

L’or est coté chaque jour (ouvrable) dans les principales régions du monde. À Londres, New York, Zurich, Singapour ou encore à Shanghai. Mais son principal marché de cotation et de négoce de gré à gré au monde reste Londres. Le prix de référence du métal jaune est établi à un moment donné à partir de la confrontation, entre 15 participants directs constitués de banques internationales et de maisons de négoce d’or, des offres et des demandes. Cela de telle manière que le maximum d’offres et de demandes puisse être satisfait à ce prix.

À Londres, la London Bullion Market Association (LBMA) assure la gouvernance de ce marché. Elle publie la liste des producteurs et fondeurs agréés qui sert de base aux systèmes de règlement et de stockage.

7/ Le cours de l’or est-il trop élevé?

"L’or continuera de faire office de capital sécurité, aussi longtemps que l’économie ne se sera pas stabilisée."
Egon Von Greyertz
Expert en or

Après avoir progressé de près de 40% depuis la fin 2015, le cours de l’or est-il encore en mesure de progresser? Certains, qui insistent sur le caractère de long terme d’un tel investissement, osent le penser. Aussi longtemps du moins que les incertitudes politiques et monétaires ne se seront pas dissipées. "L’or continuera de faire office de capital sécurité, aussi longtemps que l’économie ne se sera pas stabilisée", avance Egon von Greyerz interrogé par le site www. Or.fr. pour qui son rallye commence à peine… Pour cet expert du marché de l’or, en regard de l’inflation et de la masse monétaire américaine, l’or est aujourd’hui aussi bon marché qu’en 1970 et 2000.

En 1971, juste avant la décision prise par le président américain Richard Nixon de rendre inconvertible le dollar en or, l’once d’or valait 35 dollars. Son prix était monté jusqu’à 850 dollars en 1981 suite à la crise pétrolière de 1973 qui avait alimenté une forte inflation. En 2000, son prix était revenu à près de 300 dollars, tandis qu’à ce jour il s’élève à plus de 1.500 dollars. L’once d’or avait atteint un plus haut historique de 1.920 dollars en septembre 2011.

8/ Un investissement dans les bijoux?

©Photo News

Investir dans les bijoux en or ne constitue pas la meilleure idée pour protéger son capital. Certes, on profite plus de son bijou dans son quotidien que d’un lingot d’or. On a le plaisir de le porter, de l’exhiber. Ce qui n’est pas le cas pour un lingot d’or. Mais si on devait décider de se débarrasser d’un bijou, on risque de subir une perte de valeur comme c’est très souvent le cas. Il ne sera repris que pour la valeur du métal précieux qu’il contient. Et encore, il doit se trouver dans un état irréprochable.

9/ Un bijou en or à 18 carats, qu’est-ce?

Tant qu’à parler de bijoux, précisons que sa valeur dépend du nombre de carats qu’il contient. Un carat de bijoutier indique la proportion de métal pur qu’il y a dans l’alliage d’or. Pourquoi allier l’or à d’autres métaux dans la fabrication de bijoux? C’est indispensable, parce que l’or à l’état pur ne supporte pas beaucoup les chocs par exemple. Il est nécessaire de l’allier avec un autre métal.

Un carat d’or équivaut ainsi à 1/24e du poids total d’alliage. De l’or à 18 carats signifie que dans 24 grammes d’alliage, il y a 18 grammes d’or pur, soit 75% de l’alliage.

Un carat d’or équivaut ainsi à 1/24e du poids total d’alliage. De l’or à 18 carats signifie que dans 24 grammes d’alliage, il y a 18 grammes d’or pur, soit 75% de l’alliage. Plus il y a de carats, plus élevé sera le prix du bijou. Pour savoir combien de carats il y a dans un bijou, il suffit de se reporter au poinçon qui figure sur le bijou. La plupart du temps, le poids restant est composé de métaux non précieux ajoutés à l’alliage pour modifier la dureté et la couleur.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés