Publicité

Trouvez le courtier qui vous convient le mieux

Parmi les courtiers en ligne actifs en Belgique, on compte Keytrade Banque mais aussi Bolero, BinckBank, Degiro, MeDirect ou encore Lynx. ©Lieven Van Assche

Au moment de choisir leur courtier en ligne, de nombreux investisseurs se laissent surtout guider par les prix, alors qu’il est tout aussi important de prendre en compte les services, qui peuvent varier considérablement d’un courtier à l’autre.

Une des conséquences remarquables de la crise du coronavirus est le regain d’intérêt pour les investissements. Les courtiers en ligne ont affiché une excellente année 2020, avec plus de transactions et de nombreux nouveaux clients.

Les courtiers en ligne sont actifs dans notre pays depuis plus de 20 ans. Ils ont le mérite d’avoir démocratisé les investissements. Exemple: si vous achetez des actions belges via une grande banque classique, il n’est pas rare que vous deviez débourser 25 euros. Dans le cas d’un ordre d’achat de 1.000 euros sur Euronext Bruxelles, vous voyez donc immédiatement disparaître en fumée 2,5% de votre investissement, auquel viendra s’ajouter la taxe boursière de 0,35%.

25
euros
Chez les courtiers en ligne, vous éviterez de devoir débourser 25 euros pour acheter des actions, comme le demandent la plupart des grandes banques classiques.

Si vous placez votre ordre chez un des courtiers en ligne dont nous vous parlons ci-après, les taux sont beaucoup moins élevés (cf. le tableau ci-dessus) et - contrairement aux grandes banques - ces courtiers ne facturent pas de frais fixes comme les droits de garde. Ils offrent tous un accès aux bourses d’Euronext (Bruxelles, Amsterdam et Paris) et de Wall Street, à savoir le New York Stock Exchange (NYSE) et le Nasdaq. Chez chaque courtier, vous pouvez acheter des actions et des trackers (fonds indiciels cotés qui répliquent souvent un indice boursier, NDLR). La plupart d’entre eux proposent également une sélection de fonds gérés activement. Bolero - avec qui nous donnons le coup d’envoi - est une exception.

Bolero

"Pour les amateurs d'informations"

Bolero se distingue par les informations et les rapports dont il inonde les investisseurs. Le courtier peut s’appuyer sur les équipes d’analystes de KBC Securities pour les actions du Benelux et de KBC Asset Management pour les actions internationales. Ces rapports sont réécrits dans une langue compréhensible par un large public. Le courtier organise également de nombreux séminaires de formation. L’app permet d’accéder à des articles de L’Echo sur les actions que vous détenez en portefeuille et sur l’actualité internationale.

Les relations entre Bolero et KBC ont d’autres avantages: le courtier vous permet de souscrire facilement des introductions en bourse ou des émissions obligataires. C’est le seul courtier qui permet de passer un ordre en ligne pour une entreprise cotée sur Euronext Expert Market, comme Etex ou Aliaxis, à un prix minimum de 30 euros. Et grâce à la présence de KBC en Europe de l’Est, vous pouvez aussi acheter des actions tchèques, hongroises ou polonaises.

Bolero se distingue par les informations et les rapports dont il inonde les investisseurs.

Les clients de Bolero bénéficient de nombreux conseils de KBC Securities. Dans les fiches (très détaillées) sur les actions, les clients peuvent également consulter le consensus des analystes. Même s’il n’est pas conseillé de suivre aveuglément leurs avis, il est toujours intéressant d’étudier leur argumentation.

Bolero est le seul courtier de notre sélection à facturer des frais pour la perception de dividendes étrangers.

Degiro

"Pour ceux qui aiment faire de bonnes affaires"

Degiro est en 2021 ce que Keytrade était en 1998 et Binck en 2004: le courtier le moins cher pour les actions belges. Ceux qui cherchent à limiter leurs coûts sont à la bonne adresse. Le courtier applique cependant un taux négatif aux dépôts de plus de 2.500 euros. Si vous détenez des liquidités pendant un certain temps, il vaut mieux reverser votre argent sur le compte ouvert auprès de votre banque de référence. Les transferts sont rapides, mais peu pratiques pour ceux qui souhaitent entrer ou sortir rapidement du marché. Degiro retient la taxe belge à la source ainsi que le précompte mobilier sur les dividendes d’actions belges. Ceux qui n’investissent que dans des actions belges ou dans des entreprises américaines en croissance qui ne distribuent aucun dividende n’ont aucun souci à se faire au niveau fiscal. Cependant, il est conseillé de vérifier ces retenues, car de petites erreurs se produisent de temps en temps.

2.500
euros
Degiro applique un taux négatif aux dépôts de plus de 2.500 euros

Bien entendu, vous devez déclarer l’existence de ce compte étranger au Point de Contact Central (PCC) et mentionner les dividendes d’actions étrangères sur votre déclaration fiscale annuelle. Les comptes ont récemment été transférés en Allemagne suite à la reprise de Degiro par Flatex. La principale lacune dans l’offre de services de Degiro est le manque d’accès aux options américaines, d’autant plus que ces dernières sont les plus populaires parmi les amateurs d’options.

BinckBank

"Pour les services (gratuits)"

BinckBank est une banque néerlandaise qui vient d’être rachetée par sa consœur danoise Saxo. BinckBank continue cependant à travailler sous licence bancaire néerlandaise. Ceux qui veulent éviter les démarches administratives qui vont de pair avec la détention d’un compte à l’étranger trouveront les meilleures conditions financières chez BinckBank. Si vous passez un ordre important (> 7.500 euros) sur Euronext Bruxelles, cela vous coûtera 50% de moins que chez Bolero ou Keytrade. Le courtier ne facture généralement pas de frais pour les services connexes. Par exemple, un actionnaire de la Compagnie des Alpes recevra gratuitement et sur simple demande les tickets d’entrée pour le parc à thème auxquels il a droit. Les taux pour les transferts de titres sont également moins élevés que chez les autres courtiers.

Ceux qui veulent éviter les démarches administratives qui vont de pair avec la détention d’un compte à l’étranger trouveront les meilleures conditions financières chez BinckBank.

L’introduction récente d’un taux de garde négatif de 0,5% pour les liquidités supérieures à 25.000 euros est cependant un désavantage pour ceux qui tentent de « timer » le marché avec de gros montants. La plate-forme a été élargie et sa convivialité améliorée. Ceux qui souhaitent consulter la fiche d’une action dans l’app voient apparaître notamment un graphique du cours sur lequel ils peuvent réaliser une analyse technique. Dans le courant de cette année, la plateforme BinckBank devrait migrer vers celle de Saxo. Les clients de BinckBank ont accès aux actualités boursières sous forme de télex, mais la banque fournit moins d’informations que Bolero. BinckBank a récemment lancé une nouvelle initiative dans ce domaine en publiant tous les matins une lettre d’information rédigée par L’Investisseur. Après la migration vers Saxo, les clients auront également accès à Saxo research.

Keytrade Banque

"Pour vos enfants"

Ceux qui aiment investir en actions pour leurs enfants pourront le faire facilement chez Keytrade Bank. Ce courtier en ligne vous permet d’ouvrir facilement un compte à vue, un compte d’épargne ou un compte-titres au nom de vos enfants. Les parents reçoivent ensuite une procuration pour gérer ces comptes. Vous pouvez acheter ou vendre librement des actions ainsi que transférer l’argent sur un autre compte. La seule chose que vous devez faire est de vous engager dans un "pop-up" à gérer cet argent "en bon père de famille". En Belgique, il n’est pas toujours simple d’épargner pour ses enfants et ce n’est pas sans risque. Par exemple, ceux qui décident d’investir en bourse pendant 15 ans l’argent reçu en cadeau par leur enfant sur un compte dédié pourraient en théorie être attaqués en justice par leur enfant si quelque chose tourne mal. Il est également possible d’investir directement en actions les étrennes de votre enfant sans passer par un compte d’épargne.

Keytrade souffre de quelques lacunes en comparaison avec celles d’autres courtiers. Il n’est par exemple pas possible de changer un ordre de bourse.

Nous estimons que la plateforme de Keytrade souffre de quelques lacunes en comparaison avec celles d’autres courtiers. Il n’est par exemple pas possible de changer un ordre de bourse. Si vous changez d’avis, vous devez l’annuler et introduire un nouvel ordre. Cela peut sembler de l’ordre du détail, mais pour un investisseur actif, c’est ennuyeux. Keytrade Banque offre d’autres services que les transactions boursières. Vous pouvez y souscrire un emprunt hypothécaire, obtenir une carte de crédit et vous recevez même une petite contribution financière lors de chaque virement.

MeDirect

"Pour les amateurs de fonds"

MeDirect se définit elle-même comme la "banque des fonds". Les clients ont le choix parmi 60 maisons de fonds et peuvent investir dans un plan d’investissement périodique. A quelques exceptions près, MeDirect ne facture aucun droit d’entrée. Il est possible d’acheter des actions via MeDirect, mais ce n’est pas le cœur de métier de la banque, comme le remarqueront rapidement les investisseurs actifs. MeDirect n’affiche par exemple pas les cours de bourse en temps réel (même si vous êtes prêt à payer un supplément) et il n’est pas possible de placer des ordres "stop loss" (grâce auquel l’ordre est exécuté si l’action tombe en dessous d’un certain cours, NDLR) de plus d’une journée. Ce courtier est surtout intéressant pour ceux qui sont fans de fonds et n’achètent que rarement des actions.

Lynx

"Pour les investisseurs actifs (en options)"

3.000
euros
Lynx est le seul à fixer un seuil d’entrée. Lorsque vous ouvrez un compte, vous devez y verser au minimum 3.000 euros.

Lynx n’est pas le courtier le plus démocratique et il est le seul à fixer un seuil d’entrée. Lorsque vous ouvrez un compte, vous devez y verser au minimum 3.000 euros. Lynx facture également un "inactivity fee". Si la valeur de votre portefeuille est inférieure à 1.000 dollars, Lynx vous facture 1 dollar par mois si vous ne réalisez aucune transaction. Lynx s’adresse donc aux investisseurs actifs. Les clients peuvent utiliser deux plateformes: une version simplifiée où la convivialité occupe une place centrale, et une version téléchargeable dans laquelle même un investisseur averti aura du mal à s’en sortir s’il ne prend pas le temps d’étudier le fonctionnement du site. "Investissez comme un professionnel avec 60 types d’ordres", clame Lynx.

Le courtier dispose d’un service clientèle en français. Contrairement à Degiro, Lynx a une filiale en Belgique. Mais ici aussi, vous ouvrez un compte étranger qui vient d’être transféré du Royaume-Uni en Irlande suite au Brexit. Ce compte doit donc être mentionné chaque année sur votre déclaration fiscale et une seule fois au PCC. Tout comme Degiro et BinckBank, Lynx applique un taux négatif, mais uniquement à partir de 10.000 euros de liquidités. Ceux qui investissent dans des produits exotiques sont à la bonne adresse. Vous pouvez réaliser des transactions sur les bourses de Mexico, des Etats baltes, d’Australie, du Japon, de Singapour, de Hong Kong et même de Chine (via Hongkong Connect). Mais les clients de Lynx investissent surtout dans des dérivés (options, futures, etc.). Selon Lynx, ces transactions représentent la moitié du volume de la plateforme.

Autres courtiers

Nous n’avons pas pu couvrir en détail l’ensemble des courtiers. Deutsche Bank propose une plateforme à des taux inférieurs à ceux des grandes banques et avec des droits de garde plafonnés.

Easybroker et Mexem sont des courtiers en ligne qui, comme Lynx, utilisent la plateforme de trading de la société américaine Interactive Brokers. Les tarifs de Mexem sont particulièrement bas et le courtier tombe sous la supervision de l’autorité de contrôle chypriote.

Ceux qui investissent (parfois) gratuitement via le courtier néerlandais Bux, doivent s’occuper eux-mêmes des taxes et du versement de la taxe boursière. Ceux qui ne le font pas - ou le font de manière incorrecte - risquent d’être poursuivis par l’administration fiscale. "Si tout se déroule comme prévu, nous pourrons proposer avant l’été - et si possible plus tôt - la retenue à la source de la taxe boursière", a déclaré le fondateur Nick Bortot.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés