Un cas GameStop peu probable en Europe

©AFP

Les règles européennes et le comportement des particuliers empêchent un emballement comme sur le titre GameStop aux États-Unis.

Un cas GameStop s'avère peu probable en Europe, ont estimé Steven Maijoor, le président de l'ESMA (autorité européenne des marchés financiers) et Ugo Bassi, directeur pour les marchés financiers à la Commission européenne. Lors d'une audition au parlement européen, ils ont constaté que les règles européennes en place empêchent un emballement des investisseurs. Pour rappel, aux États-Unis, le titre GameStop, mais aussi d'autres valeurs comme AMC, ont flambé suite à une fronde des investisseurs particuliers, rassemblés sur des forums, qui ont ciblé des actions avec une forte proportion de positions à la baisse (short positions). "En Europe, le trading sur GameStop et AMC a été très marginal", a souligné Steven Maijoor. "Seules 20 valeurs européennes présentent des positions à la baisse supérieures à 10%, avec un maximum à 16%. Cela n'engendre pas un environnement où l'on peut observer un short squeeze", ajoute-t-il.

Un cadre réglementaire plus strict

Ugo Bassi a rappelé que "depuis 2008, de nombreuses règles ont été adoptées pour éviter l'instabilité financière". "Les positions short doivent être déclarées au-delà d'un certain seuil, et les règles MiFID, en particulier celles de best execution, rendent impossible des modèles de commission à zéro comme sur Robinhood aux États-Unis", ajoute-t-il.

"Aux États-Unis, ce sont les hedge funds qui doivent volontairement déclarer leurs positions short. En Europe, nous disposons d'une meilleure information."
Steven Maijoor
Président de l'Esma

Steven Maijoor souligne que cette transparence sur les positions short est une spécificité européenne. "Aux États-Unis, ce sont les hedge funds qui doivent volontairement déclarer leurs positions short. En Europe, nous disposons d'une meilleure information", a-t-il indiqué. Il a aussi constaté qu'aucun courtier en Europe n'a dû faire face à des appels de marge, contrairement à Robinhood. Ceci avait conduit la plateforme à restreindre temporairement les transactions sur des titres comme GameStop.

"Nous avions signalé ce mois-ci que les investisseurs doivent être prudents face à l'information diffusée sur les réseaux sociaux, impossibles à vérifier. Ils doivent s'informer avant de prendre une décision d'investissement, et être capables de supporter des pertes grâce à la diversification."
Steven Maijoor

L'importance de l'éducation financière

Steven Maijoor a souligné également l'importance de l'éducation financière."Nous avions signalé ce mois-ci que les investisseurs doivent être prudents face à l'information diffusée sur les réseaux sociaux, impossibles à vérifier. Ils doivent s'informer avant de prendre une décision d'investissement, et être capables de supporter des pertes grâce à la diversification", relève-t-il. Il constate cependant que "les produits d'investissement ont des frais élevés, particulièrement en ces temps de taux d'intérêt très bas. Cela explique pourquoi les ménages détiennent beaucoup de cash et que la participation des investisseurs particuliers sur le marché reste faible."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés