Publicité

Un géant immobilier chinois inquiète les marchés

©REUTERS

China Evergrande, mastodonte immobilier chinois, n'est plus très loin d'un défaut, d'après une note de Moody's. On craint un effet sur le système financier.

Après la crise des "subprime mortgages" aux États-Unis en 2008, y aura-t-il une crise financière partant du marché immobilier chinois? Les investisseurs s'inquiètent en tout cas des conséquences économiques potentielles d'un éventuel défaut de China Evergrande , numéro deux de l'immobilier en Chine. Mardi, Moody's a rétrogradé ce mammouth de la brique chinoise à "Ca", une note qui n'est qu'à deux crans du niveau le plus bas signifiant la faillite. Autrement dit, Evergrande est considéré par l'agence d'évaluation financière comme "potentiellement en défaut ou très proche d'un défaut".

-7,75%
plongeon boursier d'Evergrande
L'action Evergrande a plongé de près de 8% mardi, ce qui l'a ramenée tout près de son prix d'entrée en Bourse de 2009.

En Bourse de Hong Kong, l'action Evergrande a chuté de 7,75% à 3,57 dollars hongkongais. Elle est ainsi revenue à proximité du prix de son introduction en bourse, soit 3,5 dollars de Hong Kong en 2009. La banque d'affaires américaine Goldman Sachs a fait passer sa recommandation sur Evergrande de "neutre" à "vendre", tout en abaissant fortement son objectif de cours à 3 dollars hongkongais, contre 15,60 dollars auparavant.

Répercussions sur l'économie

Evergrande souffre parce que les autorités chinoises ont pris des mesures pour lutter contre la surchauffe du marché immobilier de la deuxième puissance économique mondiale. Pékin veut éviter une accélération de la hausse du prix de la brique. Le président chinois Xi Jinping martèle que les immeubles sont destinés à l'habitation et non à la spéculation.

L'an dernier, l'assouplissement monétaire destiné à contrer la crise due à la pandémie avait dopé le marché immobilier chinois, ce qui avait fait grimper les prix. À présent, les autorités chinoises veulent renverser la vapeur.

"Un ralentissement rapide des activités du secteur immobilier pourrait conduire à un effet de propagation significatif."
Bank of America

Peut-être un peu trop bien. De janvier à juillet, les crédits à but immobilier ont enregistré leur plus faible progression depuis huit ans. Et en juillet, la hausse des prix des habitations est tombée au plus bas sur six mois. On constate déjà des répercussions sur l'économie. D'après les données la banque d'affaires américaine Morgan Stanley, 6,2 milliards de dollars de défauts ont déjà été recensés cette année parmi les obligations high yield (titres de dette les plus risqués, assortis d'un taux élevé) des sociétés immobilières chinoises, soit environ 1,3 milliard de dollars de plus qu'au cours des douze ans précédents cumulés.

Hors de contrôle?

À présent, le durcissement de l'accès au crédit menace les finances d'Evergrande, ce qui inquiète, compte tenu de la taille de son bilan. Le géant chinois a des engagements financiers qui atteignent 305 milliards de dollars, selon Bloomberg. La faillite d'un tel mastodonte pourrait avoir des répercussions sur le système financier. "Un ralentissement rapide des activités du secteur immobilier pourrait conduire à un effet de propagation significatif", avertissent les analystes de Bank of America. "Alors que la raison d'un tel resserrement du crédit était de stabiliser l'endettement et de rééquilibrer l'économie, le risque augmente de voir la croissance déstabilisée en présence d'un rapide désendettement."

"Si la valeur des maisons tombe sous celle des prêts, les gens ne pourront plus rembourser en vendant."
Li Yang
Président de l'Institution nationale chinoise pour la finance et le développement

Les autorités chinoises sont prévenues. "Si, un jour, la valeur des maisons tombe sous la valeur des prêts, les gens ne seront plus capables de rembourser leur dette en vendant leur maison, ce qui pourrait provoquer une véritable crise pour le marché immobilier", a averti Li Yang, le président de l'Institution nationale pour la finance et le développement, cité par le China Economic Daily, quotidien dirigé par Pékin. Mais parmi les investisseurs, la crainte est que le ralentissement du marché immobilier chinois soit déjà hors de contrôle.

Le résumé

  • Moody's a rétrogradé la note de China Evergrande à "Ca", soit à deux crans du niveau le plus bas possible, ce dernier signifiant la faillite.
  • Evergrande est le deuxième plus grand groupe immobilier chinois et a des engagements financiers de 305 milliards de dollars, ce qui suscite des craintes sur l'impact d'un éventuel défaut sur le secteur financier.
  • Bank of America juge que le risque de déstabilisation de la croissance à cause d'un rapide désendettement a augmenté.
  • Les défauts sur des obligations à haut risque du secteur immobilier chinois ont déjà fortement augmenté en 2021 par rapport aux années précédentes.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés