Publicité

Un investisseur activiste redoutable et redouté

Nelson Peltz aime les marques. ©REUTERS

Nelson Peltz, qui s'était attaqué à Procter & Gamble, jette cette fois son dévolu sur Unilever (Ola, Knorr, Dove...).

L’activiste américain Nelson Peltz, 79 ans, et son fonds Trian Partners savent comment mettre la pression, notamment sur les groupes agroalimentaires. Mardi, le groupe Unilever, qui détient des marques comme les glaces Ola, les soupes Knorr ou les savons Dove, a dévoilé une réorganisation comprenant la suppression d'environ 1.500 postes d'encadrement. Une réponse directe du CEO Alan Jope à l’arrivée de Peltz dans le capital, révélée par plusieurs médias, mais aussi, sans doute, une volonté de se racheter après l’échec retentissant de l’offre d’Unilever sur la division des produits de santé de grande consommation de GSK.

Les analystes pensent que son expérience chez P&G, où le cours de l'action a bien rebondi depuis 2017, pourrait fortement l'inspirer chez Unilever.

Le redoutable et redouté Peltz a débuté sa carrière comme livreur dans l’entreprise de son grand-père, A. Peltz & Sons, spécialisée dans les produits frais et les surgelés. C’était bien avant de devenir un investisseur activiste qui jongle avec les marques les plus diverses. Il a ainsi provoqué la scission de Cadbury Schweppes et défendu l’idée d’une fusion entre PepsiCo et le groupe Mondelez. En 2012, c’est Danone qu’il fait trembler en réclamant des réductions importantes de coûts.

C'est ensuite Procter & Gamble qu'il a eu dans son viseur en 2017, exigeant une compression des coûts et une amélioration des performances. Après une rude bataille, il a finalement obtenu un siège au conseil d’administration, siège qu’il a quitté l’an dernier. Les analystes pensent que son expérience chez P&G, où le cours de l'action a bien rebondi depuis 2017, pourrait fortement l'inspirer chez Unilever. Pas vraiment de quoi rassurer le CEO Alan Jope.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés