Publicité
Publicité

Un très bon trimestre en Europe mais les prévisions dominent

Volkswagen a largement dépassé les prévisions de bénéfices au deuxième trimestre mais ses prévisions frileuses ont pesé sur son action en bourse. ©AFP

La saison des résultats trimestriels est très bonne en Europe mais les investisseurs se focalisent sur les perspectives. Seuls les profits futurs comptent.

Faire mieux que prévu n'est pas synonyme de performance boursière immédiate. Si la saison des résultats trimestriels des sociétés cotées en Europe est très bonne, l'évolution de leurs cours de bourse dépend surtout des perspectives annoncées par ces entreprises pour les mois à venir. D'après les données de Refinitiv, plus de la moitié des sociétés de l'indice européen Stoxx 600 ont déjà communiqué leurs chiffres du deuxième trimestre.

139,6%
Hausse attendue des bénéfices
Les profits des sociétés cotées en Europe devraient avoir augmenté de 139,6% sur un an au deuxième trimestre, selon Refinitiv.

Deux tiers de ces entreprises ont annoncé des bénéfices supérieurs aux attentes. Par rapport à la même période en 2020, qui avait été lourdement affectée par la récession économique due au premier confinement, les profits sont attendus en hausse de 139,6%, ce qui constituerait une progression historique.

Les chiffres de l'agence Bloomberg montrent quant à eux que les sociétés du Stoxx 600 qui ont déjà annoncé leurs résultats ont vu leurs bénéfices dépasser les estimations des analystes de 31%, tandis que les ventes ont été supérieures aux prévisions de 2,3%. L'indice Stoxx 600 gagne quant à lui 2,5% depuis le début du mois de juillet. Il enchaîne les records depuis plusieurs semaines.

Perspectives prudentes

Mais il serait faux de penser que les résultats récemment publiés donnent le tempo sur les marchés d'actions. Si on observe les performances boursières récentes en Europe, on constate que ceux dont les bénéfices ont le plus dépassé les attentes n'en ont pas nécessairement profité en bourse. Ainsi, Volkswagen , dont les profits du deuxième trimestre ont dépassé de 77% l'estimation moyenne des analystes, voit son action reculer de 3% sur un mois.

AB InBev , qui a dégagé un bénéfice trimestriel supérieur de 5,6% aux attentes, est en baisse de 13% en un mois. Ce paradoxe s'explique par les perspectives de ces sociétés qui sont restées très prudentes, au grand dam des investisseurs.

Le secteur énergétique a dégagé des bénéfices bien meilleurs que prévu mais en bourse, il est à la traîne.

Cette tendance s'observe aussi dans différents secteurs. Si on considère les valeurs énergétiques, les bénéfices engrangés d'avril à juin ont été largement meilleurs que prévu: ils ont dépassé de 23,5% les attentes. Mais en bourse, ce secteur est l'un de ceux qui sont le plus à la traîne depuis début juillet: l'indice Stoxx de l'Énergie recule de 4%. Et pour cause: le ralentissement de la reprise économique à l'échelle mondiale devrait entraîner une diminution de la demande de ressources énergétiques.

Semi-conducteurs gagnants

Par contre, les valeurs technologiques ont le vent en poupe en bourse depuis un mois: elles gagnent plus de 8%, ce qui constitue la meilleure performance sectorielle en Europe. À l'intérieur de ce segment, les actions d'entreprises actives dans les semi-conducteurs se défendent particulièrement bien. ASML Holding et ASM International grimpent de 15% sur un mois.

Pourtant, les bénéfices de ces deux groupes ont à peine dépassé les prévisions au deuxième trimestre, de 2% et 0,7% respectivement. Ce qui soutient les valeurs des semi-conducteurs en bourse, c'est évidemment la pénurie de composants électroniques qui devrait perdurer, ce qui leur permettra de dégager des marges confortables pendant plus longtemps qu'on ne le pensait.

Si les résultats déçoivent, c'est la sanction boursière assurée.

Parmi les résultats publiés récemment, la seule certitude est que la petite proportion de sociétés qui ont annoncé des profits inférieurs aux attentes ont été sanctionnées en bourse. C'est notamment le cas de Siemens Gamesa . Non seulement le producteur de turbines d'éoliennes a manqué de loin la prévision moyenne mais il a dû revoir ses anticipations pour l'année à cause des coûts accrus des matières premières. Son action perd 14% sur un mois.

Le résumé

  • Dans l'ensemble, les entreprises européennes ont publié des résultats trimestriels largement supérieurs aux attentes.
  • Au deuxième trimestre, la croissance des profits devrait atteindre près de 140% par rapport à la même période l'année dernière.
  • Annoncer des chiffres supérieurs aux attentes n'est pas gage de performance boursière, comme l'illustrent AB InBev et Volkswagen: les investisseurs sont plutôt attentifs aux perspectives annoncées pour les prochains mois, ce qui a soutenu les entreprises actives dans les semi-conducteurs.
  • Mais en cas de publication de chiffres trimestriels décevants, la sanction boursière guette, comme l'a expérimenté Siemens Gamesa.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés