Une bulle sur les actions liées à l’environnement

Les politiques environnementales américaines et européennes entraînent d'importants flux d'investissements vers les actions labellisées ISR. ©BELGA

Les investisseurs professionnels s'inquiètent d'un trop grand enthousiasme pour les valeurs et les fonds liés à l’environnement.

La valorisation des actions labellisées ISR (investissement socialement responsables) inquiète de plus en plus les investisseurs professionnels. L'indice Index Renewable Energy se négocie à 42 fois les bénéfices, soit le double du multiple de l'indice MSCI World. L'indice MSCI Global Environment et l'indice MSCI World ESG leaders se négocient à des valorisations record. Beaucoup d’analystes pointent l’engouement du public pour les actions et les fonds ISR, qui ont connu des flux importants.

En 2020, un record de 32,8 milliards de dollars est entré dans les ETF (fonds cotés en bourse) labellisés ISR aux États-Unis et 43 milliards d'euros (52 milliards de dollars) en Europe, selon les données de Bloomberg Intelligence. Selon Citigroup Inc., environ la moitié des nouveaux ETF lancés en Europe en 2020 étaient axés sur la thématique.

Soutiens politiques aux États-Unis et en Europe

Le flux des investisseurs vers les fonds environnementaux peut encore durer en raison des politiques mises en place pour favoriser la transition énergétique de part et d’autres de l’Atlantique. Aux États-Unis, le président Joe Biden s'est engagé à augmenter les investissements dans l'énergie verte et les dépenses d'infrastructure.

43 milliards
d'euros
Un record de 43 milliards d'euros de flux est entré dans les ETF labellisés ISR européens en 2020, selon Bloomberg Intelligence.

En Europe, une grande partie du plan de relance de 2.100 milliards d’euros est liée à des pratiques respectueuses de l'environnement. Au milieu des dépenses consacrées à la reprise économique, l'émission de dette verte, sociale et durable devrait atteindre 1.000 milliards de dollars cette année, selon Bloomberg Intelligence.

Signaux d'alarme

Mais le flot de fonds soulève des signaux d'alarme. Les analystes de Bank of America ont indiqué que les flux d'ETF en énergie verte créent des bulles potentielles dans des actions telles que EDP Renovaveis, Orsted et Verbund. Le rebond de plus de 40% dans chacun de ces services aux collectivités européens au quatrième trimestre a coïncidé avec une multiplication par quatre des flux vers l'ETF iShares Global Clean Energy. EDPR se négocie à 50 fois les bénéfices, Orsted à 55  et Verbund à 47.

Le rallye de Plug Power et d'autres actions de piles à combustible a conduit JPMorgan à réduire FuelCell Energy  à "vendre". Selon la banque d'investissements, ces actions sont "richement évaluées" et elle recommande aux investisseurs de "rester alertes".

Aux États-Unis, les actions solaires et liées à l'hydrogène ont dépassé leurs fondamentaux, a déclaré Deirdre Cooper, co-gérant de fonds chez Ninety One. "Je pense que l'énergie solaire résidentielle aux États-Unis semble assez chère", dit-elle.

"La décarbonisation est une transformation aussi importante qu’Internet dans les années 80."
Mike Chen
Directeur de gestion de portefeuille chez PanAgora Asset Management

Les analystes de Goldman Sachs, dirigés par Arjun Menon, ont déclaré dans un rapport que si l'impact des mesures ISR sur les valorisations des actions n'a pas été historiquement marqué, il a augmenté "de manière significative" ces dernières années et est maintenant proche du plus haut depuis cinq ans.

"Un thème structurel majeur"

Toutefois, d’autres analystes ne se montrent pas inquiets pour les valorisations du secteur, en raison de la dynamique du thème de l’environnement. "Les inquiétudes liées à la valorisation peuvent signifier que certains des meilleurs pilotes de l’année dernière sous-performeront cette année. Mais c'est loin d'être une baisse durable des fonds ISR" , a souligné Mike Chen, directeur de la gestion de portefeuille et de l'investissement durable chez PanAgora Asset Management.

"La décarbonisation est une transformation aussi importante qu’internet dans les années 80", a-t-il ajouté. "C'est donc un thème structurel majeur qui ne disparaîtra pas, même si ces fonds sous-performent depuis un an."

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés