Une inflation toujours présente sur les marchés

Elon Musk a encore donné de l'élan aux cryptomonnaies. ©REUTERS

Une fois de plus, les marchés obligataires interprètent différemment le message sur l'inflation qui a effrayé le secteur technologique en bourse. Les cryptomonnaies ont brillé.

Les investisseurs ont dû composer cette semaine avec des signaux très contradictoires provenant notamment des États-Unis. La secrétaire du Trésor américain Janet Yellen a créé l'émoi en annonçant dans un premier temps que les taux d'intérêt pourraient être remontés, avant de nuancer son propos par la suite. Sur les marchés financiers, cela aura suffi aux intervenants pour considérer que la Réserve Fédérale américaine pourrait ralentir ses mesures de soutien à l'économie. D'autant plus que jeudi, la Banque d'Angleterre a annoncé qu'elle diminuera le montant de ses rachats d'actifs sur les marchés. Frank Vranken, responsable de la stratégie chez Puilaetco souligne que "la Grande-Bretagne est le deuxième pays du G7 à annoncer un tapering (diminution des rachats d'actifs) après le Canada." "Il n'est pas étonnant que les regards se tournent désormais vers la Réserve Fédérale américaine", ajoute-t-il.

Cette perspective de baisse de rachats d'actifs des banques centrales fait craindre une nouvelle poussée des taux obligataires, à l'image de la situation en 2013 lorsque la Réserve Fédérale américaine avait commencé à retirer ses mesures de soutien. Le secteur technologique a souffert de ces craintes, car depuis le début de l'année, la remontée des taux obligataires a provoqué un repli du compartiment.

En revanche, sur le marché obligataire, les taux longs ont connu un repli cette semaine, en particulier les échéances à dix ans. Mais comme le soulignent des analystes, en ces temps de tapering, les investisseurs se replient sur des échéances à plus court terme pour se protéger. Le taux du Bund allemand à dix ans a chuté à -0,217%.

Toutefois, en fin de semaine, les chiffres de l'emploi aux États-Unis ont renvoyé les craintes autour de l'inflation au second plan. Le secteur technologique a pu se redresser, mais en Europe, cela ne lui a pas permis de finir sur une performance positive (-0,02%).

La hausse des prix des matières premières ne montre aucun signe d'essoufflement.
Les analystes de Deutsche Bank

Le Stoxx 600 a pris 1,46% d'un vendredi à l'autre, porté par les secteurs des métaux de base et de l'énergie, deux compartiments qui composent bien avec une inflation en hausse. Le secteur des métaux de base a profité des records atteints par le cuivre et le minerai de fer, en raison de la reprise économique surtout en Chine. La baisse du dollar face aux autres devises a également joué en faveur des matières premières. L'euro a pris 1,14% à 1,216 USD en variation hebdomadaire. "La hausse des prix des matières premières ne montre aucun signe d'essoufflement", ont constaté les analystes de Deutsche Bank.

Le secteur de l'énergie a bénéficié de la progression des prix du pétrole. Le baril de Brent a gagné 1,64% à 68,35 USD sur la semaine. Cependant, les cours du brut restent gênés dans une hausse plus franche par "l'augmentation des cas de Covid-19 en Inde, qui affectent les perspectives de la demande", a expliqué Lukman Otunuga, analyste de FXTM.

"Les marchés d'actions ne semblent pas en difficulté même si le mois de mai a mauvaise réputation pour eux."
Frank Vranken
Responsable de la stratégie d'investissement chez Puilaetco

À Wall Street, le Dow Jones a touché un nouveau record. "Les marchés d'actions ne semblent pas en difficulté même si le mois de mai a mauvaise réputation pour eux" a commenté Frank Vranken.

Pleins feux sur les cryptomonnaies

Cette semaine, il aura aussi été difficile de passer à côté de la flambée des cryptomonnaies, et en premier lieu, de l'ether et du dogecoin, qui ont tous deux touché de nouveaux records. L'ether a dépassé pour la première fois 3.500 dollars, profitant de la baisse de la dominance du bitcoin sur le marché des devises virtuelles. Le bitcoin affichait au début de l'année une part de marché de 70%. Celle-ci est redescendue à environ 44% selon le site Coinmarketcap.

3.500
Dollars
L'ether a dépassé ce seuil pour la première fois, profitant de la baisse de la dominance du bitcoin.

Des analystes soulignent que l'ether a aussi bénéficié de la popularité de sa blockchain, l'ethereum, qui permet de créer des applications comme les tokens non fongibles (NFT) mais aussi la finance décentralisée (prêt, dérivés...).

Le dogecoin a lui flambé pour toucher 0,66 dollar, porté par la frénésie des particuliers sur les forums comme Reddit et les réseaux sociaux avant l'émission télévisée Saturday Night Live, où Elon Musk siégera en tant que présentateur. Les particuliers espèrent que le fondateur de Tesla va faire de nouvelles déclarations sur le dogecoin, car celui-ci a porté aux nues la cryptomonnaie sur son compte twitter jusqu'à présent. Il a répété jeudi soir croire que cette devise virtuelle, inventée comme une blague en 2013 par deux ingénieurs, pourrait devenir une monnaie du futur. Mais il a aussi prévenu que "les gens ne doivent pas mettre toutes leurs économies dans les cryptomonnaies. Ce n'est pas sage".

Mais parmi les cryptomonnaies, l'ethereum classic a connu une plus forte progression sur la semaine que le dogecoin.

Le résumé

  • Les marchés d'actions terminent en hausse sur la semaine, mais le spectre de l'inflation est resté présent dans l'esprit des investisseurs.
  • Le secteur technologique a pâti des craintes d'une poussée des taux obligataires sur fond de tapering.
  • Les secteurs des métaux de base et de l'énergie ont profité des craintes d'inflation.
  • Les cryptomonnaies comme l'ether et le dogecoin ont touché un nouveau record.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés