Une vague de consolidation dans la gestion d'actifs

Le monde de la gestion d'actifs vit de grands changements.

La fusion entre Franklin Templeton et Legg Mason est la dernière opération en date dans le secteur de la gestion d'actifs qui vit un grand boulversement.

Les fusions de firmes de gestion d'actifs se multiplient. Mardi dernier, Franklin Templeton a annoncé un accord pour racheter son concurrent Legg Mason afin de former un groupe qui gérera 1500 milliards de dollars de capitaux. La veille, Jupiter Asset Management avait indiqué un accord de rachat de son concurrent Merian pour 370 millions de livres sterling. En 2017, Janus et Henderson ont fusionné. Standard Life et Aberdeen ont aussi regroupé leurs forces.

1.400
milliards de dollars
Ces dix dernières années, les fonds actifs en actions américaines ont subi des retraits importants, pour 1.400 milliards de dollars, selon Investment Company Institute et Bloomberg Intelligence.

En janvier, la banque espagnole Banco De Sabadell avait accepté de vendre sa division de gestion d'actifs à la firme Amundi pour 430 millions d'euros. GAM Holding a indiqué considérer une vente à la fin 2019."Les fusions et acquisitions restent une nécessité dans le monde de la gestion d'actifs qui subit des retraits de capitaux, une chute des marges bénéficiaires et une augmentation des coûts" constate Portia Patel, analyste chez Cannacord. 

La forte concurrence de la gestion passive

La vague de consolidation dans la gestion d'actifs survient alors que les gestionnaires actifs, qui procèdent à un choix de titres sur les marchés, se trouvent sous pression face à la gestion passive, qui réplique la performance des indices comme le S&P500 ou le MSCI World. Les investisseurs se focalisent de plus en plus sur les frais de gestion. Charles Symons, directeur de Blackrock et  responsable de Ishares pour la Belgique et le Luxembourg, a souligné que "l'aspect frais joue un rôle important". Il a indiqué qu'en Belgique, dans la gestion discrétionnaire et les fonds de fonds en Belgique, 15% des portefeuilles sont désormais investis en ETF (fonds qui répliquent la performance d'un indice).

Aux États-Unis, durant la dernière décennie, les ETF et les fonds gérés passivement en actions américaines ont collecté 1600 milliards de dollars alors que les gestionnaires actifs dans les valeurs américaines ont perdu 1400 milliards de dollars de capitaux, selon les données de Investment Company Institute et Bloomberg Intelligence. Cette évolution a provoqué une chute des frais de commission, des licenciements de personnel importants, et la vague de consolidation à grande échelle dans le secteur de la gestion d'actifs. 

"Les fusions et acquistions restent une nécessité dans le monde de la gestion d'actifs qui subit des retraits de capitaux, une chute des marges bénéficiaires et une augmentation des coûts."
Portia Patel
Aanalyste chez Canaccord

Le secteur a bien changé depuis la création de Franklin Templeton en 1947 et la firme précurseur de Legg Mason en 1899. Leur fusion va permettre à Franklin de faire des économies annuelles d'environ 200 millions de dollars, notamment via l'optimisation des capacités de distribution et une restructuration des opérations.

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés