Vagues d'euphorie sur les bourses après la dépression d'il y a huit jours

©Mathieu Paternoster

Folle semaine sur les marchés, où les indices boursiers retournent à leur sommet.

Après la vague de déprime qui avait envahi les marchés il y a huit jours, l'optimisme a fait un retour inattendu au cours de la semaine écoulée. La Chine, et plus particulièrement l’épidémie de coronavirus a encore été au centre de beaucoup de conversation dans les coulisses des marchés. Mais, même si le nombre de décès causé par ce virus a pris des proportions gigantesques, cette fois, cela n’a pas empêché les Bourses de renouer avec la hausse. Sur certaines places, comme celle de Bruxelles, les gains approchaient les 6% à l’issue des quatre premières journées. De quoi donner du grain à moudre à ceux qui prétendaient que la baisse des marchés du mois de janvier s’expliquait avant tout par des prises de bénéfices, après la fort belle année 2019 que les investisseurs venaient de vivre.

Ce sont encore des dégagements bénéficiaires réapparues à la veille de ce week-end, alors que l’on attendait les chiffres de l’emploi aux Etats-Unis, qui ont réduit l’avance des marchés. L’indice Bel 20 qui était monté jusqu’à 4.140,23 points jeudi en fin de journée, a ainsi ramené son avance à 4,80% d’un vendredi à l’autre, à 4.095,20 points.

Remontée de Shanghai

De son côté, l’indice Stoxx 600 avait atteint un nouveau sommet historique de 425,49 points à la clôture des séances jeudi en Europe. Pas davantage que le Bel 20, il est parvenu à conserver intacts ses gains. Il a clôturé la séance de vendredi à 424,36 points. Ce qui lui permet tout de même d’afficher un gain appréciable de 3,32% sur la semaine. Il s’agit de son meilleur bilan hebdomadaire depuis novembre 2018. Le Stoxx 600 a bénéficié de l’engouement des investisseurs pour les valeurs technologiques (+6,3% en moyenne), ainsi que pour celles des banques (+6,7%).

Des records ont aussi été établis à New York. L’indice S&P 500 affichait vendredi en début de soirée une hausse de 3,51% à 3.338,76 points. Sur  le Nasdaq, l’indice Composite montait de 4,47% à 9.559,8 points.

Du coté des marchés émergents, les indices ont aussi progressé. Ils se sont adjugés quelque 3,5% en moyenne. La Bourse de Shanghai n’a pas été en mesure de suivre le mouvement. Elle enregistre un bilan négatif de 3,38% sur la semaine. Il y a lieu toutefois de noter qu’elle a progressé sans interruption au cours des 4 dernières séances. C’est à la reprise des cotations lundi, après la semaine fériée du Nouvel An Lunaire, qu’elle a vécu sa séance la plus chaotique. Elle avait chuté de 7,7% ce jour-là.

Déprime du Brent

Sur les autres marchés, l’attention des investisseurs s’est concentrée sur les prix pétroliers pour lesquels les pays-membres de l’Opep et d’autres non-membres cherchent la parade afin d’enrayer leur chute. En baisse pour la 7e semaine de suite, le baril de Brent a encore perdu 5,954,7 USD. En raison de la prolongation des congés de Nouvel An, l’économie tourne au ralenti dans une bonne partie du pays. Du coup, les besoins de la Chine en pétrole sont moindres et ses achats diminuent, alimentant de la sorte les excédents de production mondiaux.

Au rayon des changes, l’euro a maintenu profil baissier. La monnaie européenne a encore cédé 1,30% à 1,0949 dollar et 0,86% à 1,1801 contre la livre sterling.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés