Publicité

Vers un "choc des taux" fatal aux actions en 2022?

Selon Bank of America, un "choc des taux d'intérêt" pourrait peser sur l'indice S&P 500 de la Bourse de New York, l'année prochaine. ©AFP

Bank of America est inquiète pour l'évolution des actions l'an prochain à cause des taux, ce qui tranche avec l'optimisme d'autres grandes banques américaines.

Les actions vont-elles plier face à une future montée des taux d'intérêt? C'est en tout cas le scénario que prévoit Bank of America (BofA) pour l'an prochain. Dans une note adressée à ses clients cette semaine, la banque d'affaires américaine prévoit qu'après le "choc pour la croissance" de 2020 et le "choc d'inflation" de cette année, il faudra faire face à un "choc des taux" en 2022.

"Nous pensons que la préservation des capitaux deviendra un thème de l'année à venir."
Michael Hartnett
Chef stratégiste de l'investissement de Bank of America

"Pour cette raison, nous sommes pessimistes et pensons que la préservation des capitaux deviendra un thème de l'année à venir", estiment les prévisionnistes de BofA, dont le chef stratégiste de l'investissement, Michael Hartnett. Cette vision tranche avec celle d'autres grands noms de Wall Street, qui estiment que les marchés d'actions continueront sur leur lancée, avec toutefois un rythme moins soutenu. Les banques Morgan Stanley, JPMorgan et Goldman Sachs sont toutes les trois optimistes pour les bénéfices futurs des sociétés cotées.

Mais les stratégistes de BofA redoutent une mauvaise surprise. Pour eux, la croissance économique actuelle, qui suit le fort rebond observé après la récession due à la crise sanitaire, constitue "un cycle des plus non conventionnels", dont la fin a "peu de probabilité de suivre une voie conventionnelle". Bank of America fait même un rapprochement avec la période de "stagflation précoce" qui avait été enregistrée à la fin des années 1960.

Attention aux cryptos

4.600
points
Selon Bank of America, le S&P 500 finira l'année 2022 à 4.600 points. L'indice boursier américain a ouvert à un peu plus de 4.670 points mercredi.

En conséquence, la banque d'affaires prévoit que le S&P 500 , l'indice le plus représentatif des actions cotées à la Bourse de New York, devrait tomber à 4.600 points au terme de l'année prochaine, contre un peu plus de 4.670 points mercredi à l'ouverture de Wall Street. "Il existe trop de similarités entre la situation actuelle et celle de 1999-2000 pour l'ignorer", a confié Savita Subramanian, le responsable de la stratégie de BofA pour les actions américaines, à la chaîne de télé CNBC, en référence à l'éclatement de la bulle des valeurs technologiques du début de la fin du siècle dernier.

Pour les prévisionnistes de la banque américaine, la seule chose qui pourrait contribuer à une poursuite de la hausse des actions serait que la Réserve fédérale, la banque centrale des États-Unis, fasse tout pour maintenir les taux d'intérêt réels nettement en territoire négatif.

BofA met aussi en garde contre les investissements populaires du moment, à savoir les valeurs technologiques et les crypto-actifs. "La mère de toutes les bulles, dans la crypto et les techs, reste un gros risque de perte extrême", affirme-t-elle.

Sous-performance des actions

Le pessimisme de Bank of America fait écho à celui de HSBC. Le stratégiste multi-actifs de la banque britannique, Max Kettner, pense que, début 2022, les investisseurs devraient abandonner les placements à risque tels que les actions et les obligations à haut rendement. Selon lui, les risques de baisse de la croissance dus à des coûts de matériaux plus élevés sont fortement sous-estimés. Il prévoit que des pressions sur les marges des entreprises finiront par se matérialiser, en particulier au premier semestre de l'année prochaine.

"La période des grands dépassements des prévisions bénéficiaires est terminée."
Max Kettner
Stratégiste multi-actifs de HSBC

"La période des extraordinaires dépassements des prévisions bénéficiaires est à présent terminée", prophétise le stratégiste de HSBC. D'après lui, les valeurs cycliques seront particulièrement à la peine au premier semestre, ce qui pourrait conduire à une sous-performance des actions par rapport aux obligations gouvernementales. HSBC conseille de ne revenir vers les actifs risqués qu'après qu'une correction aura suffisamment intégré le pessimisme pour l'avenir.

Le résumé

  • Pour 2022, Bank of America prévoit une correction des actions due à un "choc des taux d'intérêt".
  • D'après la banque d'affaires, le S&P 500 devrait tomber à 4.600 points à la fin de l'année prochaine.
  • Selon d'autres grandes banques de Wall Street, au contraire, les actions devraient continuer à grimper mais moins vite.
  • La banque britannique HSBC partage le pessimisme de Bank of America.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés