La Financière de l'Échiquier: "Vers une normalisation sur les marchés boursiers"

Olivier de Berranger ©La Financière de L'Echiquier

Olivier de Berranger de La Financière de l’Échiquier préfère les actions de qualité, tant sur la croissance que sur les secteurs cycliques.

Après une année 2020 particulièrement difficile, Olivier de Berranger, directeur de la gestion d’actifs chez La Financière de l’Échiquier, souligne que le pire est désormais derrière nous, à condition qu’il n’y ait pas une nouvelle vague de contamination et qu’un vaccin arrive prochainement. "La Chine est clairement la région qui s’en sort le mieux, tandis que la zone euro est restée un peu en retrait en raison des délais pris dans la mise en place du plan de relance."

Lire aussi | Keith Wade (Schroders): "Les vaccins ouvrent un chemin pour sortir de l’impasse"

"La Chine est clairement la région qui s’en sort le mieux, tandis que la zone euro est restée un peu en retrait en raison des délais pris dans la mise en place du plan de relance"
Olivier de Berranger
Directeur de la gestion d'actifs chez La Financière de l'Échiquier

Leadership boursier

Au niveau américain, le manque d’une majorité claire au Sénat pourrait empêcher Joe Biden de faire passer des mesures trop agressives, ce qui devrait limiter le risque réglementaire sur les grands groupes technologiques américains.

"Dans le même temps, la nouvelle administration pourrait imposer des restrictions plus importantes aux mouvements de personnes, ce qui pourrait impacter négativement la croissance au premier semestre."  

La croissance économique pour 2021 devrait ressortir vers 5-6% en Chine, 4-5% aux États-Unis, et probablement un peu moins rapide en Europe en raison de l’étalement des confinements et des contraintes sanitaires qui vont continuer à peser sur l’activité au premier semestre 2021.

Retour de l’austérité?

Au niveau de la stratégie d’investissement, Olivier de Berranger rappelle que 2020 est resté marqué par une aversion certaine au risque, avec des meilleures performances qui ont été dégagées par les actions technologiques américaines et les actions chinoises. "Nous tablons sur une certaine forme de consolidation du marché pour les semaines à venir en raison de mauvaises nouvelles économiques liées à la pandémie."

"Pour 2021, nous pensons qu’il existe désormais une probabilité importante que les actions cycliques continuent leur bonne performance de ces deux dernières semaines."
Olivier de Berranger
Directeur de la gestion d'actifs chez La Financière de l'Échiquier

"Pour 2021, nous pensons qu’il existe désormais une probabilité importante que les actions cycliques continuent leur bonne performance de ces deux dernières semaines. La décote de certains secteurs avait atteint des niveaux extrêmes, et ils ont bien répondu aux annonces relatives aux différents vaccins. Nous allons retrouver une certaine forme de normalité, où il sera possible de faire une distinction entre les bonnes et les mauvaises sociétés sur chaque secteur." Il faudra privilégier les actions de qualité tant sur la croissance que sur les cycliques, notamment les banques ou les producteurs d’automobiles avec des bilans sains. "Aujourd'hui, tout n’est pas bon à acheter sur le secteur technologique, et je pense que nous nous dirigeons vers un environnement dans lequel la capacité de faire du stockpicking pourra faire la différence."

Lire également

Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés