Publicité

Vers une nouvelle pause de la Fed avant le débat du tapering

Jerome Powell, président de la Fed, commentera la décision de la banque centrale mercredi soir. ©REUTERS

Les économistes ne voient pas de modification de politique monétaire aux États-Unis avant le quatrième trimestre. Mais les marchés scruteront tout changement de ton.

Pas (encore) de changement de cap en vue pour la Réserve fédérale (Fed). Ce mercredi, la banque centrale des États-Unis devrait maintenir sa politique monétaire inchangée. L'ouverture de discussions sur un futur retrait de son soutien extraordinaire à l'économie ne devrait survenir que dans les prochains mois.

120 mds $
Achats d'actifs de la Fed
Chaque mois, la Fed achète 80 milliards de dollars d'obligations gouvernementales des États-Unis et 40 milliards de dollars d'actifs adossés à des crédits.

D'après les spécialistes des marchés, le comité de politique monétaire (Federal Open Market Committee, FOMC) de la Fed ne touchera pas aux taux directeurs. Le taux d'intérêt des fonds fédéraux, référence des marchés américains, devrait donc rester à zéro, comme depuis un peu plus d'un an à cause de la crise sanitaire. L'objectif est de décourager l'épargne et d'inciter les gens à chercher du rendement pour leur argent en l'investissant, ce qui doit soutenir l'économie.

La même logique vaut pour le programme d'achats d'actifs de la Fed, qui devrait lui aussi être reconduit en l'état ce mercredi. Pour rappel, la banque centrale américaine acquiert chaque mois environ 80 milliards de dollars d'obligations des États-Unis et 40 milliards de dollars d'actifs adossés à des crédits, ce qui fait pression sur les taux d'intérêt de ces titres de dette. De quoi inciter les investisseurs à privilégier des actifs plus rémunérateurs, censés soutenir la croissance économique.

Tous les voyants au vert

Mais toute la question est de savoir si cette croissance a encore besoin d'être autant soutenue. Le mois dernier, 916.000 emplois ont été créés aux USA. L'activité manufacturière a connu sa plus forte hausse depuis 1983 et celle des services a enregistré une augmentation record. Début avril, le Fonds monétaire international (FMI) a relevé sa prévision de croissance du produit intérieur brut américain à 6,4% cette année, contre 5,1% selon ses précédentes estimations. Tous les voyants sont donc au vert pour la première économie mondiale. De quoi inciter la Fed à changer de cap?

Une première remontée des taux directeurs n'est pas attendue avant 2023.

Pas cette fois-ci, assurent les spécialistes de l'économie. La banque centrale américaine devrait se contenter d'acter la nette amélioration de la conjoncture outre-Atlantique. Selon un sondage de Bloomberg, les économistes n'entrevoient pas de ralentissement des achats d'actifs de la Fed avant le quatrième trimestre de cette année, soit tout de même un peu plus tôt qu'estimé précédemment, à savoir en 2022.

En outre, une première remontée des taux directeurs n'est pas attendue avant 2023. Ce mercredi, le communiqué de la Réserve fédérale, attendu à 20h (heure belge), devrait donc se contenter de répéter qu'un ajustement de la politique monétaire n'interviendra qu'une fois que l'économie US aura réalisé "de nouveaux progrès substantiels" en vue d'atteindre les objectifs d'emploi et d'inflation.

"Trop tôt"

Les investisseurs chercheront néanmoins un éventuel changement de ton dans ce communiqué et dans les commentaires du président de la Fed, Jerome Powell, qui doit s'exprimer lors d'une conférence de presse à partir de 20h30. M. Powell a déjà fait savoir qu'il avertirait les marchés bien à l'avance en cas de modification de la position du FOMC.

"La Fed veut voir une série de données très positives avant de commencer à envisager un tapering."
Gero Jung
Chef économiste de Mirabaud Asset Management

"Nous pensons qu'il est trop tôt, compte tenu de l'insistance de la Fed à se focaliser sur les données économiques fortes et pas sur les anticipations d'amélioration", estime Gero Jung, chef économiste de Mirabaud Asset Management, cité par l'agence Bloomberg. "À notre avis, la Fed veut voir une série de données très positives, comme les chiffres de l'emploi de mars, avant de commencer à envisager un processus de 'tapering' (ralentissement des achats d'actifs, NDLR)." Cet attentisme supposé de la Fed sera à confirmer ce mercredi soir.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés