Volumes en hausse sur les marchés d'Euronext

©MEDIAFIN

Depuis le début de l’année, le groupe qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, connaît une hausse de ses volumes de transactions, qui n’avait plus été observée depuis 2008.

En septembre, Euronext a connu un mois très actif en termes de volumes de transactions. Le groupe, qui rassemble les Bourses de Paris, Amsterdam, Bruxelles et Lisbonne, a enregistré un bond de 35% des volumes sur ses marchés au comptant par rapport à la même période l’an dernier. Le volume moyen quotidien s’est établi à 8,07 milliards d’euros le mois dernier. Il faut remonter à 2008 pour retrouver un tel niveau. Le groupe note que le 18 septembre a été la deuxième journée la plus active de l’année (après le 24 août), où 18,1 milliards d’euros ont été négociés, au lendemain de la réunion de comité de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine. Celle-ci n’a pas bougé ses taux d’intérêt alors que cette décision était attendue par les intervenants de marché. Wall Street a mal réagi à cet immobilisme de la Fed. Le lendemain, les marchés européens ont accusé le coup.

À cela est venue s’ajouter une forte activité sur le titre AB InBev, poids lourd de la Bourse de Bruxelles, mais aussi de l’ensemble des places d’Euronext. Le groupe brassicole avait annoncé le 16 septembre son intention de racheter son concurrent américain SABMiller, ce qui a provoqué une forte hausse du secteur dans les jours qui suivirent.

Les volumes de transactions sur Euronext Bruxelles sont revenus à leur niveau de 2008, en pleine crise financière.

Une année soutenue

Récemment, lors d’une conférence de presse, Vincent Van Dessel, le président d’Euronext Bruxelles, avait indiqué que les volumes de transactions sur le marché au comptant de Bruxelles avaient progressé depuis le début de l’année. Et pas seulement depuis juillet, où la volatilité a fait son retour sur les marchés d’actions. Les volumes de transactions sur Euronext Bruxelles, et pour l’ensemble du groupe, sont revenus à leur niveau de 2008, en pleine crise financière. Depuis 2009, ils avaient chuté de près de 40% et évolué de manière stable alors que la volatilité a diminué sur les marchés.

Mais il faut rappeler que les marchés européens bénéficient depuis le début de l’année du plan d’assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne, annoncé à la fin de 2014, et lancé en mars. Ce geste a soutenu les marchés d’actions.

Euronext n’est pas le seul groupe à avoir connu une hausse de ses volumes de transactions cette année. Nasdaq OMX, qui opère les Bourses des pays scandinaves, a aussi constaté une augmentation de plus de 20% de ses volumes de transactions par rapport à 2014.

Deutsche Börse, l’opérateur de la Bourse de Francfort, a lui connu une hausse de 40% de ses volumes de transactions en septembre par rapport au même mois en 2014, grâce à Volkswagen. Depuis le début de l’année, le groupe observe aussi des volumes de transactions particulièrement soutenus.

Mais cette hausse généralisée des volumes de transactions sur les marchés européens s’accompagne d’une évolution en dents de scie des indices européens depuis le début de l’année. Le Bel 20 progresse de plus de 4% depuis janvier, avec des phases de creux.

Lire également

Publicité
Publicité
Publicité

Messages sponsorisés

Messages sponsorisés